Partagez|

Histoire de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 24/04/2010
Admin
MDJ
MessageSujet: Histoire de la ville Dim 14 Avr - 16:29
L'Avventura.

    Nul ne savait ce qui se déroulait entre ces murs enfouis au plus profond des sous-sols du laboratoire. En surface, des hôtesses étaient chargées de vous accueillir avec un sourire très professionnel à l’éclat aussi douteux que dans les spots publicitaires diffusés en boucle sur l’écran de la salle d’attente de l’institut médical. A croire que les industries du dentifrice et de la recherche génétique étaient des partenaires financiers de longues dates. Seulement, ce n’était que le côté visible de l’iceberg : pendant que des citoyens modèles allaient gracieusement donner leur sang ou subir des analyses médicales poussées, les hôtes étaient bien différents à l’abri des regards. Là, derrière une porte vitrée bloquant l’accès à une pièce insonorisée à merveille, leur souffrance n’avait rien de comparable à tous ces hommes et ces femmes. Il faut dire que personne ici, sous terre, ne les considérait comme des êtres humains, ce qui facilitait la prévention du moindre état d’âme à leur égard. Des erreurs de la nature pour certaines, de merveilleux sujets d’études pour d’autres. Des êtres génétiquement modifiés, dont la plupart étaient nés entre ces murs et n’avaient connu que ceux-ci, en plus des nombreuses allées et venues de blouses blanches dans leur habitat, un concentré de mètres carrés pour seule attache.

    Un esprit épris de liberté, un moment d’inattention que la routine rend inévitable et le drame se produisit. L’un des cobayes s’échappa de sa prison dorée aux relents de désinfectant pour s’éparpiller parmi le personnel. Par chance, la journée touchait à sa fin et peu de civils se trouvaient sur place. Le cobaye fut rapidement maîtrisé, à seulement quelques mètres du laboratoire et euthanasié aussitôt. On pensait naïvement que les choses en resteraient là. Les langues s’activèrent malheureusement plus vite encore qu’on le redouta. Les rumeurs se développent et foisonnent comme le cancer le ferait en votre sein. Les dirigeants du laboratoire privé eurent beau multiplié les conférences de presse pour évincer tout ragot susceptible de ternir leurs images, quelques témoins audacieux de la scène diffusaient déjà leurs preuves sur la toile : bientôt, les photographies de cet être surnaturelle, simplement vêtu d’une blouse ouverte dans le dos, laissant apparaître une queue d’animal quelconque alors que deux oreilles pointues tournoyaient dans tous les sens au sommet de son crâne, se répandirent sur Internet, alimentant rumeurs et imagination. L’incident prit des proportions énormes, à tel point que d’autres créatures surnaturelles, en liberté cette fois, décidèrent d’user de cet événement pour s’octroyer quelques libertés supplémentaires. Les apparitions aux quatre coins du monde se multiplièrent. On ne comptait plus les récits et témoignages, fondés ou non, de témoins prétendant avoir aperçu un homme mi-loup, mi-humain ou encore un regard envoûteur revêtant toutes les nuances du rouge.

    Des agressions survinrent également. Plusieurs corps, démembrés ou vidés de leur sang furent découverts, attisant la panique au sein de la population humaine, telle l’huile sur le feu. Alors l’Humanité se décida à agir. Ou plutôt, elle le fit, encore une fois à l’ombre des regards. Les laboratoires privés comme clandestins furent démantelés, du moins, selon nos sources à ce jour et les cobayes, mis sous la surveillance exclusive d’une petite organisation à l’influence tentaculaire, dont la mission principale était de protéger les hommes contre ces créatures surnaturelles, monstres tout droit sortis de nos contes de fées. L’existence de telles créatures était connue de leurs services mais l’organisation tenait à garder l’Humanité dans l’ignorance, dans le seul but d’empêcher un élan de panique mondial, lequel aurait fait chuter les marchés financiers et plongé le monde dans le chaos le plus total. Cette lutte clandestine avait toujours survécu entre les deux camps mais pour la première fois, les créatures jugèrent bon d’imposer leur existence aux hommes. Lassées de vivre dans l’ombre, d’être massacrées tel du bétail sans que personne ne soit au courant de ces actes, elles se rebellèrent. Certes, certaines profitèrent de la confusion pour déchirer les chairs de leurs ennemis mais d’autres désiraient ardemment la paix, autant que leurs adversaires humains. Et s’il fallait prendre les armes pour pouvoir être enfin libres de sortir en plein jour sans craindre une balle perdue, alors ils le feraient.


    Une interminable polémique débuta. Les médias employèrent tous les mots possibles pour exprimer la peur et le dégoût des citoyens. La haine prit lentement place et l'humain se retourna violemment contre les créatures, réclamant la mort de ces dernières. On assista cependant à un retournement de situation : des humains se présentèrent au grand public et dévoilèrent pour la première fois une différence qu'ils possédaient, une chose que les tous les humains ne semblaient pas avoir. Ces humains, spéciaux à plus d'un titre, avaient des « pouvoirs », des capacités qui permettaient de créer des sources, des objets mais aussi de les détruire ; d'autres savaient manier les éléments naturels et ainsi de suite. Ils se dévoilèrent pour sauver les créatures de l'ignorance humaine. Ils s'étaient eux-mêmes cachés pendant de nombreuses années. Il était temps de changer la société, ses habitudes, ses habitants.



Le 14 Décembre 2009,

    Le monde se posa des questions : il vit des enfants humains capables de créer des boules de feu, de parler aux animaux, d'entendre partiellement les pensées des hommes. Le doute s'instaura dans l'esprit de nombreuses personnes. Une vote fut finalement annoncé pour apaiser les mœurs et, surtout, pour prendre une décision : « Que ceux qui veulent que la paix prévale entre toutes les créatures votent « Oui » ; que ceux qui veulent vivre sans ces créatures votent « Non ». La majorité des humains vota pour la paix et le traité de paix était écrit.

    L’Humanité avait fait son choix, vint la question que tous redoutaient : comment parvenir à gérer ces nouvelles races, aux mœurs inconnues et qui effrayaient tant ? Les langues se déliaient entre elles à l’abri des oreilles indiscrètes, la confiance dans les gouvernements – humains pour la grande majorité d’entre eux – était mise à mal. Une organisation prit les choses en main : disséminée à travers le monde sous la forme de petits groupes luttant dans l’ombre pour cacher l’existence des créatures, le Cercle se révéla enfin aux yeux du monde. Changer de nom, changer ses manières de faire… Son but était à présent de faire régner les droits de chacune des races répertoriées. Il fallut trouver de nouveaux visages, de nouvelles personnes à placer à la tête de l’organisation. Une nouvelle vie commençait pour celle-ci et ses intentions étaient maintenant toutes différentes de ce qu’elles avaient été, pendant des siècles. Mais il ne fallait pas n’importe qui, aussi des enquêteurs au service de l’organisation purent donner quelques noms, après avoir observé de nombreux individus à travers le pays et aux quatre coins du monde. Un pour chaque race ressorti de ces recherches.

    ► Pandore Besalius pour les lycanthropes. Une jeune femme froide en apparence mais qui prenait à cœur la défense de toutes les espèces.
    ► Thobari Kumohira pour les humains. Il ne tolérait pas les injustices et sous ses airs de tire-au-flanc, il était impitoyable avec ses ennemis.
    ► Naome Xerxes Ishika pour les vampires. Un noble de plusieurs siècles qui prit part aux agissements du Cercle pour intérêt personnel, par ennui du monde.
    ► Fisherandrield pour les hybrides. Un oublié désireux de faire entendre la voix de ses semblables avec un sens pratique hors du commun, avec un soupçon de manipulation.
    ► Alazar pour les elfes. Douce et respectueuse, l’avenir de tous la préoccupait.

    Tous furent sélectionnés pour leurs aptitudes et après de longs débats entre anciens et nouveaux visages du Cercle, un accord fut passé : le rôle des premiers était transmis aux seconds, pour protéger les espèces, quelles qu’elles soient. Leurs intérêts et leur sécurité. Les Cinq – comme on aime encore les surnommer aujourd’hui – étaient des personnes imposantes et puissantes cependant elles furent assistées des gouvernements pour désigner le siège du premier berceau interraciale. Car c’était bien beau de reconnaître l’existence des créatures en tout genre, il fallait à présent leur offrir asile. Après de rudes négociations, la petite ville de l’Avventura fut choisie. Ville paisible, elle demeurait idéalement située en France : bordée d’un côté par de hautes montagnes et de l’autre, par un océan d’arbres, elle offrait une ville presque assiégée par la nature elle-même, ce qui rassura les gouvernements. De leur point de vue, l’endroit paraissait tout désigner pour servir de ghetto où enfermer les créatures jugées dangereuses à bien des égards. Mais ce ne fut pas l’avis du Cercle, qui releva le défi de créer une paix harmonieuse entre hommes et créatures. En échange de la liberté d’exercer leur propre loi sur la ville, le Cercle se devait d’empêcher que les créatures s’en aillent tuer ailleurs. Ces dernières pouvaient à loisir profiter de la nature environnante pour s’adonner à la chasse plutôt que de s’en prendre aux hommes. Les Cinq installèrent donc le centre du Cercle dans la ville d’Avventura et développèrent dans un premier temps, des lois et des aides pour l’intégration des créatures.



Le 15 Décembre 2009,

    Cette façon de procéder semblait sombre et les habitants s'indignaient sans surprise que des inconnus se placent au pouvoir sans vote préalable. Malgré tout, les jours qui suivirent prouvèrent à la population que le Cercle était une organisation importante : des groupes de Rebelles s'unirent pour détruire cet idéal de paix et s'attaquèrent à diverses villes et notamment à celle de l'Avventura. Ils ne voulaient pas se soumettre aux nouvelles lois : les vampires ne voulaient pas vivre de pochettes de sang pour épargner les humains, les lycans ne voulaient pas vivre comme des chiens, ils voulaient de la viande fraîche, pas des restes. Tuer et se battre était un choix de vie pour certains d'entre eux.

    Ce qui était sûr, c'était que pour les Rebelles, le Cercle devait être démoli. Quand ils arrivèrent aux portes de la ville, les Cinq étaient là. Ces derniers unirent leur force et usèrent de leurs pouvoirs pour repousser les opposants dans un premiers temps et pour en enfermer quelques uns. Grâce à cette action le Cercle, qui avait maintenu la paix, gagna la confiance de tous et commença à déléguer des Représentants aux quatre coins du monde pour tout faire pour maintenir la paix entre les créatures.Nous vivons désormais dans nouveau monde, peuplé d'êtres aussi différents et variés les uns que les autres. Mais tous partagent un même but : celui de vivre en paix et de trouver les réponses aux questions que tout un chacun se pose depuis l'aube de la vie. Malgré tout, dans ce nouveau monde de nombreuses créatures se cachent toujours. Peut-être sont-elles dangereuses, peut-être sont-elles amicales. Ailleurs, dans l'obscurité, les Rebelles existent toujours et plus organisés que jamais, ils complotent pour détrôner le Cercle et les descendants des Cinq.

~~~~Signature~~~~

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 24/04/2010
Admin
MDJ
MessageSujet: Re: Histoire de la ville Dim 14 Avr - 16:33
Le 27 Mars 2010, des nouvelles races arrivent.

    « Ils ont toujours été parmi nous mais, aveugles que nous sommes, nous ne les avions même pas remarqués, alors que peu à peu, ils prenaient autant de place que les vampires, lycanthropes et autres créatures surnaturelles que nous avions acceptées bon gré mal gré. On ne peut les laisser continuer à proliférer sans tenter de les contrôler ! C’était impossible, irréaliste et pourtant personne ne me croit ! Que faire ? On me prend pour un fou mais ils sont parmi nous ! Ouvrez les yeux ! S’il vous plait… »
    Journal de bord de Marck Sertman.
    Patient en proie à des délires paranoïaques et des crises de démence aiguë.
    Patient décédé depuis quatre jours.

    Alors que le docteur parcourait ces lignes, il soupira et ses lèvres s’étirèrent en un mince sourire, tous pensaient cet inconnu fou alors qu’en vérité il n’était pas loin de la réalité. Sa queue de chat apparut derrière lui et ses oreilles dépassèrent de ses cheveux, les hybrides étaient parmi nous, des créatures mi-homme mi-autre chose que les humains, vampires, lycanthropes, elfes et fées allaient devoir connaître ces créatures et apprendre à vivre avec.

    Ils sont parmi nous, ouvrez les yeux, ici un Neko, homme-chat, là, des Inus, hommes-chiens ; par ici des Sarus, hommes-singes. Les plus rares restant le mélange vampire-lycan, tout le monde sait que ces deux espèces sont faites pour s’entretuer hormis quelques rares exceptions, ces créatures étant appelées les Oubliés. Et maintenant, les voici parmi nous, n’ayez pas peur, ils ne vous feront rien...

~~~~Signature~~~~

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 24/04/2010
Admin
MDJ
MessageSujet: Re: Histoire de la ville Dim 14 Avr - 16:35
Avril 2011,

    Depuis la nuit des temps, ils sont là, parmi nous. Ils nous observent, nous influence en bien ou en mal, mais nul n’a jamais osé mettre un nom précis sur eux. Ce ne sont que des légendes, des murmures prononcés au coin d’un feu, d’une lumière faiblissante. Ange Gardien, Démon sont les termes qui viennent à l’esprit des personnes rarement touchées par ces créatures. Mais elles sont restées discrètes pendant des siècles, ne laissant peu de traces de leur passage. Des heureux évènements pour les uns, de terribles pour les autres. Vie et mort à jamais équilibrées.


    Pourtant, en ce jour d’avril 2011, nombreux sont ceux à avoir été témoins de leur arrivée. D’abord cette femme, petite aux yeux remplis de haine et de malice. Ce fut la première Darkness à fouler les rues de l’Avventura en répandant dans son sillage mort et désolation. Elle ne se cachait plus. Elisabeth était son nom. Craint pendant nombre de jours. Mais elle n’arriva pas seule en ville. Alissa, femme élancée aux yeux baignant de sincérité et de bonté. Les témoins se souviendront toujours de ses grandes ailes blanches, signe de sa pureté d’âme. Les deux jeunes femmes, Némésis naturelles, se livrèrent un combat sans merci. L’une ne cherchant qu’à détruire un maximum de choses autour d’elle. L’autre, protégeant au péril de sa vie, les existences de toutes races. Ce fut le début de ce que les survivants nommèrent tragiquement les Trois Jours Sombres, pendant lesquels la ville ne connut plus que le chaos et la désolation, la seconde succédant au premier, quand vint le moment de pleurer victimes et disparus. Deux camps s'opposèrent alors : d'un côté, se trouvaient les créatures refusant de se plier aux lois humaines et d'être considérées comme les égales. Elisabeth a leur tête, ils multiplièrent les atrocités, dont certaines demeurent encore impunies aujourd'hui. Inutile de préciser que de simples règlements de comptes se mêlèrent parfaitement dans un assaut d'une telle violence. Les émeutes battirent leur plein l'espace de trois jours. Trois jours pour ramener la paix et l'ordre en ville. C'était déjà trop long pour le Cercle. A cet instant, on prit conscience de la fragilité qu'incarnait la paix mais le besoin naturel de la protéger ne faiblit pas, au contraire ! Si un morceau de la forêt fut brûlé à jamais par la haine d’Elisabeth, le bâtiment multifonction lui, fut pendant l’affrontement entouré d’un halo blanc, siège de la protection ultime d’Alissa. Le combat fut tellement violent, qu’à travers le monde, les autres représentants de ces deux races le ressentir. Le Bien et le Mal étaient soumis à rudes épreuves. Si bien que la disparition des deux premières créatures, appelées plus tard Darkness et Lightness, engendra la venue de leur compères dans la ville. Ces deux races millénaires ne pouvaient plus se cacher, ne le voulaient plus. Il fallait montrer au monde que la bonté et l’amour étaient toujours là pour contrebalancer la haine et la destruction. Le sujet de ces deux races était trop sensible aux yeux des représentants du Cercle, si bien, qu’ils ne leur offrirent pas de place en leur sein. Trop de doutes quant à leur but, trop de rancœur pour certains, trop peu de confiance pour d’autres...


    C'est alors qu'un nouveau peuple, les Elémentaires, vit le jour. On ignore encore exactement comment ils sont nés, et plus encore quelles sont leurs réelles intentions et motivations. Mais on a appris qu'ils sont une manifestation de la Nature qui a donné un corps physique à ses éléments afin qu'ils puissant la sauver de la dévastation que lui fait subir la haine que se vouent les races qui peuple la Terre. L’arrivée au grand jour de ces nouvelles créatures fut l’objet de maintes discussions entre les représentants du Cercle. Certains acceptaient l’idée d’ajouter un membre à leur équation. Pour ne laisser aucune espèce sans porte parole. C'est ainsi, quelques mois plus tard, que la première représentante des élémentaires s'incarna en la personne de Djenna Lorka.

~~~~Signature~~~~

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 24/04/2010
Admin
MDJ
MessageSujet: Re: Histoire de la ville Dim 14 Avr - 16:36
Mai 2012, Le début d’une épidémie ?

    En deux heures à peine l’hôpital de l’Avventura a reçu cinq cas des plus étranges. D’un lycanthrope robuste, déménageur de profession peu sujet aux maladies, en passant par une jeune Neko d’une dizaine d’années à peine et de sa sœur de treize ans, sans oublier une femme d’affaires qui a su dissimuler avec grand goût sa nature et pour finir dans le cliché un mystérieux personnage qui a refusé que l’on l’approche. Ils ne pouvaient être plus disparates, rien ne les lie si ce n’est peut-être le surnaturel. Les premiers symptômes qu’ils ont semblé éprouver étaient de simples maux, de tête pour la plupart, et des nausées. Cependant, il s’est avéré qu’une simple maladie n’est plus à envisager car ces cinq personnes ont depuis peu connu un symptôme commun et peu répandu : l’hallucination.

    S’ils ont été admis dans l’hôpital c’est notamment pour ce dernier symptôme, les docteurs restent encore perplexes quant à l’origine de cette subite maladie. A l’heure où l’on rédige ces mots, un autre cas vient de se présenter et on commence à entendre le mot « épidémie ». Néanmoins, après les premiers tests, on ne sait toujours pas de quoi souffrent ces individus.

    L’investigation de l’équipe médicale les a mené à retracer les évènements de la journée des malades, mais rien ne concorde. A part les sœurs qui ont passé leur temps ensemble au Parc et à une boutique de jouets, ou encore la femme d’affaires et le jeune déménageur qui sont allés déjeuner dans la même rue, aucun lien n’a encore été établi entre les victimes de cette étrange maladie.

    Pour l’instant leur état est stable et certains médicaments atténuent les douleurs ou les hallucinations. Mais il va s’en dire que déjà plusieurs pronostics ont été établis et se sont montrés faux et personne ne sait si la maladie va évoluer ou non et dans quel sens. Le pire, malheureusement, reste à savoir comment ce virus a été contracté et à quel point il est virulent.


Juin 2012, La maladie sévit.

    Ça y est, les médecins en sont sûrs ! Un virus sévit dans la ville frappant au hasard toutes les créatures de l'Avventura, seul les humains semblent s'en sortir miraculeusement ! Nombre de créatures accusent ces derniers d'avoir commis une tentative de génocide sur leur peuple et de nouveaux massacres ont éclatés dans notre petite ville tout juste sortie des Trois Jours Sombres.

    Cependant il semblerait que certaines personnes guérissent, mais peu de liens correspondent entre leur guérison et ce qu'ils ont fait... Les lycans plus particulièrement après avoir adopté leur forme animale lors d'hallucination reconnaissent se sentir mieux mais la plupart ignore ce qu'ils ont fait si ce n'est avoir eu du sang sur eux... Le sang serait-il la solution ? Mais celui de qui ou de quoi ? Le mystère reste encore entier car s'il faut un sang spécifique pour survivre qui sait ce dont certains seront capables pour survivre...?


Septembre 2012, La fin de l'épidémie mais pas seulement.

    Après quatre mois d'épidémie, les chercheurs et médecins parviennent à soigner un grand nombre d'habitants. Malheureusement, certains trop atteints nous ont quitté. Le sang était donc le remède, mais pas n'importe lequel : le sang humain. Contre toute attente, cette partie de la population qui était épargnée se montra d'une grande solidarité. Les dons de sang se multiplièrent dès l'annonce d'un communiqué de presse informant la clé de la guérison pour les créatures. La maladie put ainsi être éradiquée rapidement et ne fit pas plus de victimes.

    Du moins, c'est ce que l'on croyait. Alors qu'un rassemblement est organisé dans un des amphithéâtre du Cercle, une annonce d'une grande importance est dévoilée : la cause de ce fléau. En effet, loin d'être apparu naturellement, la ville apprend qui est responsable de ce doux massacre : une elfe aux pouvoirs étonnants. Ayant vu l'avenir, elle souhaitait unir les peuples en passant par la douleur. De l'indignation et du mépris montèrent dans l'amphithéâtre, chacun réclamait vengeance... Mais alors que le sort de la jeune elfe semblait sellé, des murmures puis des voix se firent entendre : "Le pardon" disaient-elles. Et contre toute attente, la population passa l'éponge, allant à accuser de nouveau les Rebelles pour cet épisode chaotique. Allant jusqu'à oublier l'existence même des Elfes. Ces derniers disparurent silencieusement alors que la vie de l'Avventura reprenait son cours normal.

~~~~Signature~~~~

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 24/04/2010
Admin
MDJ
MessageSujet: Re: Histoire de la ville Dim 26 Juil - 21:29
Octobre 2014, première offensive.

    Trop discrets pour ne pas préparer un mauvais coup dans l’ombre, les Rebelles passent enfin à l’action ! Ou plutôt, les soupçons se portent sur eux et ce, malgré l’absence de preuves. Plusieurs dizaines de personnes se sont ainsi volatilisées lors d’une conférence organisée à l’université sans que la sécurité présente sur place ne remarque quelque chose ! Les forces du Cercle seraient-elles défaillantes ? Quel sort attend les malheureux disparus ? Très vite, on soupçonne un professeur de l’université mais sans preuves tangibles, la police peine à mettre un visage sur le vrai coupable. Les aveux d’un autre suspect pourraient bien changer la donne. Est-il seulement digne de confiance quand on connaît l’animosité qui règne entre lui et le chef de la police ?


Juin 2015, le Cercle donne l’assaut !

    On avait douté d’eux, on les attendait, les voici ! Après avoir enchainé les réunions en toute hâte et dans l’urgence de porter secours aux personnes enlevées, les forces du Cercle s’avancent enfin vers le présumé repaire de leurs adversaires. Il aura fallu des mois de patience et d’infiltration secrète pour y parvenir mais les résultats sont à la hauteur des espérances que tous plaçaient dans l’Organisation : la Grotte, dont l’existence demeurait inconnue jusqu’alors, vient de tomber, entraînant ses occupants illégaux avec elle. Tous ? Pas exactement. Les rapports font état de quelques survivants en fuite. Sans compter que les identités exactes des leaders de l’opposition demeurent mystérieuses. Les langues se dénouent peu sous la menace de représailles sanglantes.  La rumeur raconte qu’un lightness est impliqué dans les récents événements, notamment le fameux enlèvement de masse survenu à l’université. Professeur et présent au moment des faits, les soupçons s’intensifient à son sujet. Qui croire si même ces êtres de Lumière s’en prennent aux autres ? Qu’en est-il de la balance entre le Bien et le Mal ? Est-ce que les masques tomberont un jour ? L’avenir nous le dira.


Août 2015, la Grotte est tombée et le Cercle réaffirme son autorité.

    L’aube se leva enfin, marquant la fin des affrontements. Les pâles rayons du soleil réchauffent à peine le champ de bataille, dévoilant ci et là des corps immobiles, suspendus dans leurs ultimes mouvements d’agonie. D'autres encore, ombres furtives se détachant dans les couleurs de l'aube, s'activent en dépit du silence de mort qui règne ci-bas. La victoire est l’œuvre du Cercle pourtant, il n’y aura ni cris de joie, ni réjouissances ce soir-là. La satisfaction d’avoir pris possession du repaire ennemi n’est que passagère, rapidement remplacée par une bile amère d’avoir à compter les pertes au sein de son propre camp. Le bilan est lourd, notamment parmi les représentants. La victoire est là, indéniable et douloureuse. Le nombre de victimes dans le camp adverse suffit à peine à estomper le cruel constat. Tous les otages n’ont pas pu être sauvés à temps. La découverte des corps mutilés, laissant entrevoir la cruauté même des expériences menées sur eux parvint à faire frissonner les combattants les plus expérimentés. L’horreur est partout. Sans compter que les premiers rapports font état de survivants en fuite. Des êtres éparpillés et peut-être sans danger pour le moment mais dont l’existence constituera un risque pour la paix. Dorénavant, leur vie ne sera que fardeau : le Cercle les traquera, où qu’ils se cachent. L’organisation criminelle est dissoute et la lutte s’intensifiera pour que jamais, elle ne renaisse de ses cendres. Le Cercle vient de remporter sa première grande victoire en tant qu’organisme gouvernemental indépendant. Non. La violence ne l’emportera pas. Le Cercle demeure et demeurera.

    Rebelles arrêtés :
    - Aline, Aéris

    Rebelles en fuite :
    - Bran, Stan, Leann, Jilan

    Rebelles abattus :
    - Adélaïde, Lidina, Faust





    Victimes côté Cercle :
    - Eleonor, Ewilan, Jean Dame

    Extrait du bilan des pertes humaines remis à Soleon, directeur de la prison du Cercle. Août 2015.

~~~~Signature~~~~

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 24/04/2010
Admin
MDJ
MessageSujet: Re: Histoire de la ville Mer 15 Fév - 19:03
Contexte 2.0 "10 Janvier 2017.

Alors que l'avventura laisse le soleil se coucher, pour accueillir la nuit en son ciel étoilé, sur lequel repose une Lune aux teintes étrangement rosées, d'inexplicables apparitions émergent des ombres les plus banales de la ville et délivrent d'un quartier à l'autre de multiples hordes de démons. Il est à peine 22h20, que les premiers hurlements réveillent en sursauts les habitants. Un massacre de masse oppose des forces machiavéliques, aux créatures du monde réel. Non préparées et entièrement concentrées sur la traque des rebelles, les forces de l'ordre luttent dans l'anarchie la plus totale, subissant des pertes continues et victimes d'un soudain brouillage des communications. Même les sièges les plus sécurisés subissent des assauts, sans qu'aucun secours ne leurs vienne en aide. Les citoyens trépassent, crocs, griffes, magies, armes et pièges s'offrent aux âmes égarées, ainsi qu'aux fuyards désespérés. Des créatures surgissant sans nuls doutes des entrailles de l'enfer, se distinguent par des hauts faits, dont très peu purent réchapper pour en témoigner. Certains citoyens lutteront en vain, d'autres sauveront des vies en éprouvant leurs forces à cette nouvelle menace inexpliquée. La Lune gagne en éclat, rougeoyant meurtre après meurtre, comme si le sang des innocents lui est directement livré. Avant que l'aube ne puisse réconforter la ville de ses premiers rayons, une voix aussi informe que la silhouette naît dans les limbes de chaque âme: humains, lycans, élémentaires, vampires, hybrides et lightness. Et elle délivre un message sans équivoque:

"Nous reviendrons."

Suite à ce massacre à sens unique, le chaos ne cédera sa place qu’à la misère et la terreur. Les rebelles ne sont déjà plus que de l’histoire ancienne. Désormais les cendres et le sang tapissent les pavés de la ville. L’hôpital a été entièrement vidés, plus aucun médecins, ni aides-soignants ne réside entre les quatre murs des bâtiments. Sans parler des patients qui n’ont laissés aucune traces, si ce n’est quelques exceptions, comme des membres déchirés dans un coin ou l’autre d’une chambre éventrée par on ne sait quel prodige. D’autres infrastructures ont connu le même sort. Beaucoup de gens ont tentés de se réfugier dans la forêt, fuyant avec familles et possessions de fortunes. Très peu purent réellement gagner la lisère, avant de se faire rattraper par la folie incarnée. Pour les chanceux ayant finalement réussit à atteindre la forêt, ils sont accueilli à bras ouverts par d’aveuglants spots lumineux, ainsi que des gyrophares bleus et rouges. Plusieurs mégaphones, ainsi que des unités militaires recueillent les survivants, offrant aux rescapés protection et refuge. Aucun d’entre eux ne porte l’insigne du Cercle, seuls des écuissons bleus blancs et rouges ornent quelques gilets. L’hôpital n’étant pas le seul bâtiment à subir une importante concentration de monstres, le bâtiment du Cercle, autrefois symbole de puissance et d’ordre n’est plus qu’une ruine où errent quelques soldats et représentants. Les flammes laissent tomber le triste voile de la défaite sur l’ancienne bâtisse, alors que les équipes de secours montées et désignées à la hâte s’évertuent à gagner la ville. Les moyens de communications, tels que le téléphone, les lignes sous terraines, satellites et même internet n’ont étés suspendu que le temps de l’attaque,permettant aux forces du Cercle encore en vie de s’organiser tardivement.

Les rues brûlent, ou s’effondrent sur elles-mêmes, emportant avec eux, cadavres et blessés et enfouissant le désespoir et les larmes dans une avalanche de décombres. Plusieurs héros se démarqueront, mais beaucoup d’autres terniront l’image des rescapés. Nombreux sont ceux qui profitent du chaos pour assouvir leurs dessins si longtemps refoulés. Créatures et humains laissent leurs anciennes querelles reprendre vivement le dessus. Le Cercle ayant une nouvelle fois échoué à son devoir, les citoyens les plus téméraires refusent leurs aides, détournant camions armés, ou lapidant les forces de l’ordre cherchant à porter secours. Seul le quartier dévasté n’a pas subi le moindre dégât, protégé par une étrange aura tout le long de l’attaque : une statue composée d’un matériau inidentifiable rayonne d’une douce lueur mauve. Plusieurs citoyens et locaux déposeront fleurs et pièces aux pieds de cette dernière. Un symbole est né, alors que les locaux, commencent à fermer l’accès au reste de la ville. On les a ignorés, oubliés et laissés vivre dans la misère pendant sept longues années. Désormais, le quartier dévasté ne jure que par lui-même. Deux heures après l’aube, alors que des camions de l’Armée de terre finissent d’encercler la ville, plusieurs hélicoptères munis de haut parleurs, surplombés par des enceintes tonitruantes monopolisent l’attention des survivants :

« Citoyens de l’Avventura, ici le générale Theodore Valencien. Au nom de la République, des pouvoirs publics français et de l’armée française nous vous sommons de vous réunir tous dans l’ordre et le calme aux diverses places publiques qui composent votre ville. Nous laissons aux derniers représentants du Cercle une semaine pour œuvrer dans cette direction et répondre immédiatement à cet ordre. La France veut se voir restituer son territoire, créatures et humains seront traités de manière équitable et égale. Suite aux multiples catastrophes ayant secouées votre ville ces cinq dernières années, nous nous verrons une fois l’ordre rétabli, dans l’obligation de destituer le Cercle, afin d’implanter une nouvelle institution plus performante et équitable. Si, suite à ce message nos ordres ne sont pas exécutés, la nation française se réserve le droit, ainsi que le devoir, de réprimer toute formes de rebellions. D'ouvrir le feu aux moindres comportements suspects, aux moindres informalités, autant sur les créatures que sur les humains. Je répète… »

Les hélicoptères tourneront plus d’une heure, sillonnant, et photographiant ce qu’ils pourront, analysant et estimant les dégâts. Peu réussiront à admettre qu’aucun char d’assauts, ni type de bombes n’aient pu être employés pour ravager cette ville. L’Avventura verra ses habitants faire face à de multiples mouvements de foules. Entrant dans un quotidien fastidieux, le jour ils devront lutter pour coexister et se faire une place. La nuit, ils survivront et se serreront les coudes… ou bien blesseront les genoux des autres pour s’échapper.

« Anciens rebelles, nouveaux chefs de gangs, simples travailleurs à la rue, héros anonymes, terroristes en devenir, représentants du Cercles, partisans, créatures ou humains. Vous n’êtes plus désormais que des rescapés à la merci de deux nouveaux ennemis bien plus puissants que cette ville n’a jamais affrontée. Saurez-vous faire le bon choix ? Montez votre camp ou rejoignez en un. Mais décidez-vous vite, car n’oubliez pas : nous reviendrons. Muahahahahahah. »

~~~~Signature~~~~

Revenir en haut Aller en bas

Histoire de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Histoire des tramways d'Haïti 1878-1932
» Ville, citadelle et château de Parthenay
» Que dire d'être Noir dans la « république » de Pétion-Ville ? RACISME : HAÏTI
» Flashback sur la ville de Jérémie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Avventura :: L'explication du Coeur. :: Le contexte :: Univers-