Alice, poupée parmi les ombres [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Partagez|
Alice
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 29/01/2016

Feuille de personnage
Particularité: Sans émotions
Emploi: Vendeuse de ballons à la fête foraine
Rang: Poupée

Message par Alice le Ven 29 Jan - 8:05

Revenir en haut Aller en bas
Identité




> crédit image : Echo – Pandora Heart

Nom : Fut un temps où elle en avait un

Prénom : Alice

Surnom : A déterminer

Âge : 397 ans mais elle a conservé l’apparence d’une jeune fille de 18 ans, bien qu’on lui en donne souvent 16

Date et lieu de naissance : 7 décembre 1618, à Amien

Sexe : Femme

Créature : Darkness

Rang social : Pauvre

Travail : Vendeuse de ballons à la fête foraine

Camps : Rebelle





Les descriptions


Le Physique : Si l’on fait abstraction de sa robe usée par les affres du temps, déchirée par endroits, Alice a tout d’une parfaite poupée de porcelaine. Petite, atteignant à peine le 1m60, elle possède un teint blanc et naturel, presque blafard comme celui des vampires et l’absence d’émotions dans les traits de son visage ou bien au fond de ses yeux, font qu’on la confond souvent avec un cadavre revenu à la vie. Mais ce n’est qu’une impression : en la touchant, on se rend compte qu’elle est chaude, comme tout être vivant qui se respecte. Plus que la pâleur de sa peau, la finesse de son visage intrigue. Ses joues sont rondes et lisses, sans imperfections cutanées. Son nez est petit et bien droit, tandis que ses lèvres, finement dessinées elles aussi et colorées d’un rose discret, non aguicheur, viennent conclure la ligne offerte par son nez. La couleur cendrée de ses cheveux en étonne plus d’un mais elle s’accorde parfaitement avec le teint d’Alice. Seuls ses yeux, pareils à deux gouttes extraites d’un océan lointain, livrent un peu de couleur dans le visage de la jeune fille. Nombreux sont ceux qui regrettent de ne pas y lire davantage d’émotions, ce serait-ce que passager. Ses cheveux encadrent parfaitement son visage mais avec le temps, ils ont poussé de manière un peu désordonnée malgré les tentatives d’Alice pour les couper. Si bien que ses yeux sont à peine visible sous la frange rebelle et déstructurée qui lui retombe sur le front, sans compter les quelques mèches qui s’échappent ci-et-là de sa coupe habituelle, reposant sur et derrière les épaules de la jeune fille. Avec le temps, elle a appris à les accepter ainsi même si on lui répète souvent de les couper un peu. Alice a conservé la robe qu’elle portait le jour de son départ définitif de la maison familiale. N’éprouvant pas le besoin d’en changer, elle se contente de se laver régulièrement dans les demeures qu’elle investit, sitôt les propriétaires assassinés. Une robe à froufrous bleu marine aux reflets mauves et aux dessous blancs, surmontée de deux gros nœuds papillon en soie de la même couleur, qui ferait tourner les têtes des jeunes lolitas gothiques des temps modernes. Du moins, à ses débuts, puisque sa tenue a quelque peu perdu de son éclat au fil des années. Elle demeure toujours plus chic que les vêtements de certains SDF mais l’usure du temps et des intempéries ont laissé leurs marques. L’intéressée a également conservé ses chaussures, auparavant cirées comme il se doit mais elle se promène pieds nus la plupart du temps.

La jeune fille ne possède pas de forme démoniaque à proprement parler. Il s’agit en réalité de l’apparence du démon après que celui-ci ait recouvert son corps. La transformation n’est pas des plus ragoûtantes : en effet, une matière noire et visqueuse, semblable à du pétrole, s’échappera des pores d’Alice pour ensuite l’envelopper toute entière. Sa silhouette grandira alors jusqu’à atteindre les 2m50 environ, dévoilant un corps long et fin, aux membres tout aussi allongés mais trompeurs. Sous cette apparence, la créature ressemblera à un gros reptile, oscillant entre le lézard et le caméléon mais avec une démarche aussi rapide que le premier et plus souple que le second. Le démon peut se tenir sur ses deux pattes arrières, ce qui lui donne cette hauteur de 2m50 mais lorsqu'il se trouve sur ses quatre pattes, il ne dépasse pas 1m50 de haut. En revanche, il compense en étant plus long quand il se déplace sur quatre pattes, en effet, sa queue est presque aussi grande que lui, ce qui lui permet d'attraper et de frapper avec. Seulement, la créature est aveugle ! Elle ne possède pas deux globes oculaires vitreux comme on pourrait s'y attendre, elle n'a tout simplement pas d'yeux ! De ce fait, son odorat et son ouïe sont extrêmement développées, au même titre qu'un lycan. S'il n'est pas aussi fort que ces derniers, le démon compense sans peine par la ruse et la traque sans relâche une fois sa proie blessée. En effet, sa gueule est pourvue de crocs aiguisés comme des rasoirs, ce qui laisse généralement de mauvais souvenirs à ses adversaires survivants. Et même lorsque le démon n’a pas l’avantage physique sur son adversaire, il se montre ingénieux pour parvenir à ses fins. A noter que même arrachés, ses membres se reconstitueront d’eux-mêmes. Il faudra compter une ou deux minutes avant que les morceaux ne se rassemblent d'eux-mêmes, sur la volonté du démon, lequel peut aussi retarder la reconstitution d'un membre, quel qu’il soit, dans le but de tromper son adversaire. Cependant, il ressent la douleur d'un membre arraché, au même titre qu'une brûlure ou une électrocution. Nombreux sont ses adversaires à avoir cru remporter la victoire après l’avoir décapité pour ensuite déchanter très vite. Le seul moyen de l’arrêter est de tuer sa porteuse, Alice. Même sous cette apparence, elle demeure présente, dissimulée dans le poitrail de la créature, unique rempart entre la jeune fille et les armes mortelles. Le poitrail du démon n'est pas pourvu de protection particulière mais il vous faudra chercher la jeune fille à l'intérieur au risque de perdre subitement la tête. Nul n’a encore eu l’idée de l’arracher au démon alors que ce dernier était sorti. A savoir que cette forme peut être revêtit en journée mais le temps de présence du démon sera divisé par deux (2h en tout) et que le temps de régénération sera triplé (comptez 6min par membre). Cependant, en dépit de sa force et de sa vitesse grâce aux lightness dévorés au fil des années, il arrive parfois que la bonté enfouie dans les souvenirs de ces êtres si purs revienne hanter le démon, lui faisant temporairement perdre le contrôle de son corps. Rares sont ceux qui ont assisté à un tel spectacle, trop heureux de saisir leur chance pour s’enfuir… De plus, la créature ne peut pas rester éternellement dans le monde des vivants puisqu’il n’est pas le sien, son propre corps se désintègre au fur et à mesure que les heures passent. Grâce à l’absorption des lightness, il parvint à résister quelques heures de plus, pour un total avoisinant les 4h, alors le meilleur moyen de le vaincre consiste à faire durer le combat… Si vous en êtes capables bien entendu.

Signe(s) Particulier(s) ? : /

Objet(s) fétiche(s) ou de valeur : /

Image(s) : /

Capacité : /

Le Mental : Le visage d’Alice n’exprime rien et ce, quel que soit la situation dans laquelle elle se trouve, ce qui déroute souvent ses interlocuteurs. Telle une enfant, la jeune fille ne connaît pas l’indécence, pas plus qu’elle ne réalisera l’embarras dans lequel elle parvient à plonger les gens qui feront sa connaissance, involontairement de surcroît. Avec du recul, on peut aisément lui attribuer le mental d’un enfant avec toute l’ignorance dont il peut faire preuve, avec l’indifférence si glaciale, voire hautaine d’après certains, qui demeure sur le visage de la principale intéressée. Qu’importent la couleur si jolie de ses yeux ou même la finesse avec laquelle ses lèvres sont dessinées, impossible de savoir réellement ce à quoi elle pense. Rien ne trahira le fond de ses pensées, à supposer qu’elle puisse se faire une propre opinion sur quelque chose, sans que le démon ne vienne lui imposer ses choix. Concernant ce dernier, il se trouve être l’exact opposé de sa poupée : imposant, autoritaire, bruyant, cruel… Il prend un malin plaisir à tourmenter ses victimes, avant, pendant et après la chasse, de sorte que leur calvaire soit le plus long possible. Non satisfait de se nourrir de la moindre des émotions négatives de cette dernières, le démon apprécie également de dévorer, au sens physique du terme, ses proies. Les plus chanceux mourront au bout du second membre arraché, quant aux autres… Il faut savoir que c'est un traqueur, le plaisir réside davantage dans la chasse que dans la mise à mort. Cependant, s’il est attiré par les lightness dans le but de s’offrir plus de résistance et plus de force au fil de ses repas, la créature se retrouve démunie face à tout ce qui traduit de bons sentiments. Son dégoût s’est depuis longtemps mué en paranoïa aiguë et il se montre d’autant plus violent face aux proies qui résistent dans ce sens. En effet, tout sentiment positif (amour, générosité, gentillesse...) le rend particulièrement agressif mais également plus vulnérable car le souvenir des lightness dévorés s'en retrouve plus prononcé.

Ses goûts et passions : A déterminer.





Biographie


Lien sociaux : Roland, forain sédentaire qui a accepté de la laisser vendre des ballons contre une pièce ou deux.

Histoire : La première lettre de l’alphabet scella leur alliance. Ambre et Alice, jumelles de naissance. Les couloirs de la vaste demeure familiale résonnaient de leurs rires entremêlés. Indissociables, indispensables l’une à l’autre, les deux jumelles partageaient tout, jusqu’au moindre secret. On s’amusait à les voir si complices. Complicité qu’elles avaient probablement acquise après avoir grandies dans un même ventre. Leurs parents se félicitaient de les trouver jolies comme des cœurs toutes les deux. Portraits crachés de leur mère, elles avaient toutes les deux les cheveux noirs ébène et les yeux bleu roi. Cela ne faisait aucun doute qu’en grandissant, elles deviendraient toutes deux des beautés à faire chavirer les cœurs de la gente masculine. Malheureusement, elles ne connaîtraient jamais ce futur-là. Le destin en voulut autrement. Alors qu’elles étaient parties toutes les deux faire une balade à cheval dans l’immense parc de la propriété, la monture d’Ambre fit un écart à la vue d’un lapin un peu trop vif. Sa cavalière ne fut pas désarçonnée pour autant mais elle ne put éviter la chute lorsque le cheval se cabra brusquement. Sa tête heurta violemment le sol et même les appels de sa jumelle ne la firent se relever. Plus jamais la voix d’Alice ne la ferait réagir. Inerte, les yeux toujours grand ouverts, la jeune fille fut conduite dans sa chambre. On y fit appeler les plus grands médecins de l’époque, rien n’y fit. La vie quittait lentement le corps d’Ambre, sans que personne ne puisse la ramener parmi eux. Pendant tout ce temps, Alice resta à son chevet, espérant, priant pour qu’elle se rétablisse. En vain. Par une chaude nuit d’été, sa sœur, sa tendre âme complice, s’éteignit sans un bruit. Le choc fut trop violent. A l’instant où la vie quittait le corps d’Ambre, sa jumelle sentit une déchirure terrible dans la poitrine. Le lien était rompu. Savoir que sa sœur n’avait pas souffert fut là une bien maigre consolation pour la jumelle restante, qui n’avait plus que l’apparence semblable à celle d’un cadavre, à défaut de pouvoir toujours en revendiquer le titre. Sans Ambre à ses côtés, comment prétendre être une jumelle ? Leur paire volait en éclats, ainsi que les repères de la survivante. La mort de sa jumelle laissa Alice dans un désespoir sans nom. Elle ne comptait plus les jours enfermée dans sa chambre à pleurer, à hurler le nom de sa sœur disparue. Les souvenirs étaient là, trop vivaces et cruels. Toutes leurs aventures lui revenaient en pleine figure, comme une grosse claque. Plus jamais elle ne reverrait le doux sourire sur le visage d’Ambre. Plus jamais elles ne feraient route ensemble. Plus jamais de confidences sur l’oreiller tout en tendant l’oreille pour repérer une éventuelle approche furtive des domestiques dans le couloir. Alice ne pouvait pas s’y résoudre. Tout cela ne pouvait pas se terminer ainsi !

En proie au désespoir de revoir un jour sa tendre sœur, elle chercha une solution. Ramener un mort à la vie n’était pas possible aux yeux de la science, il ne lui restait plus que l’occulte. Et rien de mieux que la vieille bibliothèque familiale. Vestiges du passé, de vieux grimoires  trônaient encore et toujours sur les étagères en bois. Des frissons de peur l’agitaient tandis qu’elle tournait les pages devenues collantes à force d’être caressées par ses doigts moites de sueur. Au fond d’elle-même, Alice savait pertinemment que ce qu’elle s’apprêtait à faire n’était pas permis. Même si elle parvenait à ses fins, l’effroi et l’horreur causés par son acte immoral, glaceraient ses parents déjà rongés par le chagrin d’avoir perdu une fille. Pourtant, elle voulait le faire. Tant pis si cela revenait à devoir tout quitter pour vivre avec Ambre. Elle l’aimerait toujours, quoiqu’il arrive. Réfugiée à la cave, la jeune fille entama le rituel. Oui elle pouvait le faire, elle pouvait ramener sa sœur de l’au-delà. Il suffisait de suivre les instructions à la lettre. Elle ne pouvait pas échouer. La peur se mêlée à l’excitation, l’excitation à l’espoir. Une vive lumière irradia alors la pièce, jaillissant des inscriptions en latin inscrites sur le sol. L’espace d’un instant, elle fut si vive qu’elle en éblouit la jeune fille. Ce ne fut pourtant pas la silhouette gracile d’Ambre qui jaillit du néant cette nuit-là. Des membres tordus et brisés vinrent faire trembler le sol en pierres. Un corps allongé, maigre et où on pouvait imaginer les côtes toutes aussi cabossées que le reste des membres de la créature, pénétra lentement dans la cave à partir du cercle qu’Alice avait dessiné sur le sol. Horrifiée, cette dernière ne put qu’assister, impuissante, à la venue du démon dans son monde. Le rituel avait bien ouvert un passage entre le sien et celui des morts mais pas pour en faire revenir Ambre, bien au contraire. La créature se redressa lentement, humant l’air avant de darder sa tête sans regard sur Alice. Un rictus grimaçant étira le trait que l’on devinait être sa gueule, dévoilant une rangée de crocs aiguisés, comme la mâchoire d’un prédateur aquatique. La jeune fille voulut hurler, appeler à l’aide, tout en sachant que cela ne servirait à rien. Le dernier souvenir qu’elle emporta de cette vie, ce fut la gueule béante qui s’ouvrait sur elle, aussi noire que le néant d’où provenait le démon. Ce dernier dévora son esprit, détruisant l’humaine qu’elle était pour prendre possession de son corps, seul barrière qui l’empêchait de se désagréger dans un monde qui n’était pas le sien.

Sa chevelure soudainement cendrée choqua. Auparavant souriante, Alice perdit tout expression. Ses parents mirent ce changement sous le compte du chagrin suite à la disparition de sa jumelle. Ce qu’ils ignoraient, était qu’elle n’était plus que la poupée de la créature, l’enveloppe charnelle qui l’abritait. Mais une fois dehors, le démon n’existait que pour la chasse. Loin de se contenter de se nourrir des émotions les plus noirs enfouies en chacun de nous, la créature aimait traquer et faire souffrir ses proies, le plus souvent condamnées à une mort certaine. Car quiconque découvrait son existence dans le corps frêle de cette jeune fille constituait un danger. Le monde des vivants l’affaiblissait s’il demeurait trop longtemps à l’extérieur de son enveloppe, voilà pourquoi il en devenait vulnérable une fois réfugié dans la jeune fille. Les domestiques de la maison furent les premiers à disparaître, mystérieusement. Certains corps furent retrouvés, atrocement mutilés. La rumeur d’une bête se répandit dans la région, affolant les populations. Puis vinrent les premiers soupçons : on cherchait un responsable, la chasse aux sorcières était ouverte ! Du moins… Jusqu’à ce que le prête soit assassiné. A partir de là, plus rien n’empêchait le démon de commettre ses crimes. La chasse en était d’autant plus cruelle, douloureuse, mortelle puisque le démon se plaisait à élire domicile dans les demeures de ses victimes pour une nuit ou deux. Leurs morts n’étaient pas découvertes immédiatement, ce qui permit à la jeune fille de conserver un semblant de normalité dans son errance. Laquelle la conduisit à l’Avventura. Avec les années, le démon avait appris les différentes saveurs procurées par ses victimes. Et sa préférence allait pour ces créatures presque divines, à l’aura lumineuse et pleine de vie : les lightness. Ils étaient les seuls à être si savoureux au moment d’être envahis par le désespoir lorsqu’ils comprenaient le sort qui les attendait. Dangereux pour lui mais tellement délicieux. Il les collectionnait. Il entendit parler de ce conflit qui secoua l’Avventura. Savoir que des êtres inférieurs s’entretuaient ne l’intéressait pas le moins du monde. Mais une information le fit changer d’avis : les Jours Sombres auraient pu se prolonger sans l’intervention de l’un de ces Némésis, une lightness pour être exact. Alors comme ça, ces créatures avaient également élues domicile dans cette ville, que l’on qualifiait de berceau multiracial ? Intéressant. Le démon songea de plus en plus à tous les repas délicieux qu’il ferait dans cette ville. Il voulait devenir plus fort, pouvoir chasser plus loin et plus longtemps grâce à tous ces lightness qu’il dévorait. La convoitise l’animait plus que la prudence. C’est ainsi qu’Alice, poupée silencieuse, fit ses premiers pas à l’Avventura… avant d’être attirée par les lumières d’une fête foraine comme un papillon de nuit le serait d’une vulgaire ampoule… De découvertes en découvertes, elle fut saisie d’une folle admiration pour les ballons semblant dominer la foule en restant en hauteur.

« Je veux un ballon. »

Loin d’être autoritaire ou impolie – le sens de la politesse est quelque chose d’abstrait pour elle – , sa voix résonna si faiblement que le vendeur, un homme d’une cinquantaine d’années à la bedaine bien rebondie, faillit ne pas l’entendre. Surpris puis amusé par la requête de sa jeune interlocutrice, Roland s’esclaffa :

« Pour ça, faut d’l’argent petiote ! »

« Alors je veux de l’argent. »

Le forain sédentaire fut plus qu’amusé par cette simplicité de la part d’Alice et décida de lui donner sa chance. Lorsqu’il en aurait assez de rester debout à attendre la prochaine famille de 5 enfants pour espérer arrondir ses fins de mois, l’homme laissa la jeune fille tenir les ballons à sa place, tout en lui expliquant bien qu’elle ne pouvait ni partir avec, ni les laisser s’envoler. Ce serait comme lui rafler son gagne-pain quotidien… Assez contente de cette nouvelle mission, la darkness se prêta au jeu et il n’est pas rare de la croiser à la fête foraine, les ballons trônant toujours fièrement au-dessus de sa tête.





Compléments d'information


Logement : Aucun pour le moment

Animal de compagnie : Est-ce que ça se mange ?

Arme(s) et objets de défense : Un démon ça compte ?

Thème musical, Armoiries : https://www.youtube.com/watch?v=KzEfkUNqpwk

Autres détails : Le changement de personnage sera opéré lorsque j'aurai fini mon dernier rp avec Natsume, ça tombe bien, je n'ai pas fini son avatar ! /PAN/





Et derrière l'écran


Un petit mot sur vous ? : Pour quoi faire ? Vous savez déjà tout de moi… Ah non ? Dommage ! What a Face

Où avez-vous découvert le forum ? : Sur google ou sur un top-site, je ne m’en souviens plus

Un conseil, un avis sur le forum à donner ? : Le graph est trop beau /PAN/

Aurez-vous des difficultés à venir sur le forum : J’aurai de longues absences prochainement mais je vous préviendrai en temps voulu~

Signature de la charte et du règlement : Je signe !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Event: Attaque sur Angel's Sky !] Une louve parmi les moucherons [Terminé]
» Pourfendons les Ombres ! [Terminée]
» Parmi les ombres... [PV Kikio]
» Une ombre parmi les ombres
» Alice Margatroid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Avventura :: L'explication du Coeur. :: Registre des personnages :: Présentations validées :: Lightness&Darkness-