"L'orage rajeunit les fleurs" (suite) [PV Aline et Aéris] (pause)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Partagez|
Néro
Hyperactif(ve) ou
avatar
Messages : 871
Date d'inscription : 25/09/2011
Age : 26

Message par Néro le Mar 26 Avr - 11:41

Revenir en haut Aller en bas
Néro ignorait vraiment ce qui le poussait à aider cette vampire qu'il ne connaissait pas réellement et qui en plus de ça faisait autrefois partie du camp adverse. Etait ce au nom du "bon vieux temps" ? Néro ne pouvait pas vraiment prétendre avoir passé énormément de temps avec elle autrefois. C'était seulement son instinct qui guidait ses actions, tout comme il l'avait toujours fait, bien avant d'intégrer le Cercle. Il était quelque part intriguée par la seconde vampirette qu'on disait ressembler comme deux gouttes d'eau à Aline. Des jumelles ? Si c'était le cas, Aline ne l'avait pas précisé, elle avait juste signalé qu'il s'agissait d'une amie et non pas d'une sœur.

Les deux vampires sortirent de la pièce pour revenir vers la secrétaire qui regardait toujours Aline avec une certaine arrogance. Arrogance, qui bien vite fut calmée par la présence du second des vampires qui précisa à cette femme qu'il accompagnait la vampirette. On leur autorisa donc l'accès à la prison et ils ne leur manquaient plus que de chercher du regard la cellule de la fameuse amie d'Aline.

Si elle vous ressemble autant qu'on le dit, je n'aurais surement aucun mal à la reconnaitre.

 Dit Néro d'un ton léger, en restant aux côtés d'Aline pour éviter qu'elle se perde. La présence du second en compagnie d'une petite fille attirait bien entendu les railleries des autres détenus qui gloussaient en s'imaginant surement des scénarios tordus dans leurs petites têtes étriquées. Sans tenir compte de toutes ces jérémiades, l'homme en noir observait la vampirette qui semblait totalement impatiente de retrouver sa comparse. C'était donc ça l'amitié ? Néro n'avait plus éprouvé cela depuis si longtemps qu'il en avait presque oublié ce que c'était de compter autant aux yeux de quelqu'un. Après plusieurs minutes de marches silencieuses, les deux comparses arrivèrent à la bonne cellule. Quelle était son nom déjà? Aéris Castel... Castellan?

Soudain, l'homme en noir se figea sur place, comme frappé par la foudre. Castellan... Ce nom ne lui était pas inconnu. Après un temps de réflexion, il se rappelait de cette femme, répondant elle aussi au nom de Castellan que Néro avait rencontré autrefois. Cette vampire de sang pur qui l'avait totalement subjugué à la fois par sa beauté, mais aussi par sa personnalité des plus uniques. Y'avait il une probabilité que... Non, c'était impossible....

Il se contenta d'observer en retrait la jeune fille, qui effectivement ressemblait énormément à Aline, et regarder les retrouvailles touchantes de ces deux demoiselles. Le tableau serait resté idyllique si Aéris n'avait pas elle même remarquée la présence de l'homme en noir en se figeant, exactement de la même façon que Néro précédemment. Les deux individus se jaugeaient sans se parler, mais on sentait que soudainement la pression était montée d'un cran.  

Qui est tu?


Demanda alors le vampire en rompant le silence. Il ne savait pas qui elle était, mais son nom de famille semblait indiquer qu'elle était liée à la femme qu'il avait autrefois connu. En attendant la réaction de cette demoiselle et peut être aussi celle d'Aline, le vampire continuait de regarder Aéris d'un air méfiant, sans vraiment savoir quelle attitude adopter.

~~~~Signature~~~~



Si tu devais choisir entrer aller en enfer ou aller au paradis en croisant mon chemin d'abord, crois moi sur parole mon jeune ami, tu choisirai l'enfer.
Invité

Message par Invité le Ven 29 Avr - 20:18

Revenir en haut Aller en bas
Aline bondissait plus qu’elle ne marchait, tant son impatience était grande. Le trajet jusqu’à la prison lui sembla durer des heures : Néro ne se déplaçait pas suffisamment vite et la secrétaire mit un temps fou pour retrouver les informations concernant Aéris. A croire qu’elle le faisait exprès, cette vieille bique ! Aline l’avait décidément en horreur. Cette bonne femme dévisageait la jeune fille avec un air supérieur, et cela horripilait la concernée. Malgré tout, son mépris apparent pour cette gamine insolente disparu bien vite devant Néro. Cette fois-ci, Aline lui adressa un superbe sourire merdeux à souhait tout en la remerciant de son amabilité. Elle lui aurait bien tiré la langue également, mais elle préféra ne pas trop s’attirer les foudres de la secrétaire. On ne sait jamais ce qui peut se passer…

Le reste du chemin se déroula sans embûche, si ce n’est les railleries dont ils furent la cible. Trop de détenus se souvenait du passage éclair de la vampirette au pénitencier et de sa crise de nerfs légendaire pour qu’elle puisse encore passer inaperçue. Comme si toute la prison aurait entendu mes cris … Et c’était certainement le cas. Mais Aline ne dédaigna même pas poser les yeux sur eux, histoire de leur faire croire que leurs commentaires désagréables ne l’atteignaient pas. Mais la réalité était toute autre : la jeune fille était si désireuse de retrouver son amie qu’elle n’y fit pas attention. Elle n’allait tout de même pas les laisser lui cacher un moment si important !

Lorsqu’ils arrivèrent enfin à destination, Aline poussa un cri de joie pure et parcouru en courant les derniers mètres qui la séparaient d’Aéris. Dans son élan elle bouscula Néro qui s’était figé sur place, comme frappé par la foudre. Elle ne prit même pas la peine de se demander ce qu’il lui arrivait. Désormais, une seule chose comptait : Aéris. A travers les barreaux, Aline s’était emparée du visage de son amie à deux mains et versait à présence des litres de larmes. De joie, sans aucun doute.

« Oh Aéris… » bredouilla-t-elle.

Tu peux faire mieux Aline ! La blondinette hoquetait, incapable d’aligner plus trois mots susceptibles de donner une phrase cohérente. Elle aurait aimé dire tant et tant de choses qu’il lui était impossible de choisir par où commencer.

« Aéris, oh Aéris … »

Deuxième tentative… La gorge lui serrait, la tête lui tournait, ses joues blanches étaient trempées de larmes. Aline aurait aimé lui dire combien elle avait été malheureuse sans elle, combien elle lui avait manqué. Et surtout, combien elle s’en voulait. Les regrets la tenaillaient depuis des mois, et alliés au chagrin, ils lui faisaient vivre un véritable enfer.

« Je croyais que tu étais morte, moi ! Tu refais plus jamais ça, t’entends ?! » balbutiait-elle, d’une voix entrecoupée.

La chevelure couleur des blés d’Aéris était maintenant complètement trempée par les larmes d’Aline. Ce ne fut que lorsqu’Aline se recula pour se moucher dans sa manche, qu’elle se rendit compte que quelque chose n’allait pas. Aéris s’était figé, elle-aussi, à l’instar de Néro. Les yeux bleutés d’Aline allaient de l’un à l’autre, inquisiteurs. C’est quoi le problème là ? Seuls ses hoquets étouffés rompaient le silence. Du moins, jusqu’à ce que Néro se décide à ouvrir la bouche. La question tomba, pleine de méfiance et de soupçons. Aline plissa les paupières, dévisageant tour à tour Aéris et Néro.

« Qu’est-ce qui se passe ici ? » questionna la demoiselle, tout d’un coup très curieuse.  
Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Mar 3 Mai - 23:48

Revenir en haut Aller en bas
Depuis combien de temps au juste j'avais passé dans ce trou à rat ? Je n'arrivais même plus à m'en rappeler, tant la notion des jours et des semaines était devenue floue pour moi. Quitte à croupir dans une cellule, j'aurais préféré être en compagnie d'Aline, elle m'aurais tenu compagnie elle au moins.. Cependant, les forces du Cercle avaient pris grand soin de nous séparer, nous pensant peut être trop dangereuses en étant réunies. Je passais mon temps à vadrouiller dans mes pensées pour m'occuper la journée. Le soir, je me servais de mon pouvoir pour m'introduire dans les rêves des détenues par simple curiosité même si je fus plusieurs fois choquée par la nature des rêves assez troublante de certaines personnes. Me servir de mon don était devenu la seule occupation possible pour moi.

"Combien de temps encore vais je rester ici ?"

Pensais je, maudissant le destin qui avait signé la défaite des Rebelles. La où j'étais, je n'avais à présent plus la moindre possibilité d'accomplir ma vengeance. J'espérais seulement que mon amie allait bien, depuis la fin du conflit j'étais restée sans nouvelle d'elle. Si elle était morte, je n'arriverais jamais à me le pardonner. Elle que je trouvais autrefois si arrogante et prétentieuse était devenue sans même que je m'en rende compte au départ, une amie fidèle et chère à mes yeux. Ma seule amie. Pendant que je continuais de ruminer sur mon sort, j'entendis distinctement des bruits de pas ainsi que des sons se rapprochant petit à petit. Au delà du brouhaha généré par les prisonniers, je discernais une voix féminine, ressemblant à s'y méprendre à celle d'Aline, était il possible que...

Ni une ni deux, je me relevais de ma position peu chalante pour me préparer à la venue de ces gens même si je n'avais aucune certitude de si ils étaient là pour moi ou non. Quelle ne fut pas ma surprise, en voyant débarquer de nulle part ma chère amie que je pensais disparue à jamais. Ne trouvant pas les mots pour exprimer ma joie, je me contentais de verser des larmes en même temps qu'elle.

A...Aline !!


M'écriais je, la voix un peu enrouée en raison de l'émotion qui à présent me submergeait. J'aurais voulu serrer dans mes bras Aline, mais les barreaux m'en empêchaient. Je ne pouvais sentir que le doux contact des mains de mon amie sur mes joues, toutes aussi humides que l'étaient celles de ma congénère. J'aurais pu continuer de la regarder pendant des heures, si mon regard ne fut pas attiré par une autre personne, dont j'avais aussi senti la présence. Dès l'instant où nos regards se croisèrent, ce fut comme une douche froide, qui gela brièvement mon corps comme mes sens.

Je savais qui était cet homme. Pendant des années, j'avais voulu le rencontrer pour accomplir ma vengeance. Et maintenant que ce jour était arrivé, je ne pouvais que le regarder, impuissante, enfermée dans une cellule. Je défiais du regard le vampire qui eu le culot de me demander d'un ton tout aussi glacial qui j'étais. Arborant un sourire arrogant, je répondais à l'homme en noir.

Qui je suis ? Tu devrais t'en douter non? Mon nom de famille ne te dit vraiment rien. Espèce de lache, briseur de vie !

Je fus alors prise par l'envie de tordre mes barreaux pour faire ensuite de même avec le cou de cet enfoiré. Cependant, les barreaux de cette prison étaient spécialement prévus pour les créatures surnaturelles et même un Lycan n'aurait su tordre ces tiges de fer. Je ne pouvais que regarder avec fureur cet homme que j'avais tant haï depuis son départ du manoir. Je voulais le voir souffrir autant que j'avais souffert.

Contente de te retrouver enfin. J'ai des comptes à régler avec toi !

Bien qu'Aline était sans doute dans la confusion la plus totale, je n'avais pas suffisamment la tête froide pour lui expliquer les raisons de ma réaction. Je lui avais bien sur déjà parlé de mes envies de vengeance à l'encontre de mon père mais je ne lui avais jamais précisé que ce dernier était Néro, le second des vampires.
Néro
Hyperactif(ve) ou
avatar
Messages : 871
Date d'inscription : 25/09/2011
Age : 26

Message par Néro le Sam 14 Mai - 22:21

Revenir en haut Aller en bas
Plus Néro regardait Aéris plus elle lui faisait penser à une certaine personne qu'il avait bien connu. Ces traits de visage... Ces yeux.. Néro avait bien sur noter le changement de couleur de ses yeux et cheveux, notamment son regard à présent rouge sang qui ressemblait étrangement au sien. Elle ressemblait à la fois à Aline, Catherine mais surtout à une femme qu'il avait rencontré autrefois. Décidant de couper court à cette comédie qui commençait à l'énerver, Néro soutint le regard de la jeune fille pour venir lui poser la question qui le taraudait.

Toi... Est ce que tu as un lien quelconque avec Stéphanie Castellan ? Vous avez le même nom de famille et tu lui ressemble étrangement. Réponds !

En effet, tout comme elle l'avait souligné, son nom de famille était loin de lui être inconnu. Il se rappelait bien avoir connu la famille Castellan et plus précisément Stéphanie. Cette famille était connue pour leur obsession de la pureté de leur lignée. Autant dire que quand Néro, un ancien humain, avait eu une liaison avec Stéphanie, cela en avait fait jaser plus d'un. Cependant, les chances de procréer pour un vampire, étaient minces et très rares. Néro n'aurait jamais envisagé avoir eu une progéniture, avant aujourd'hui... Cette révélation eu pour lui le même effet qu'une douche froide. Ne sachant comment réagir face à cela et considérant le caractère agressif d'Aéris, cette dernière devait certainement lui en vouloir pour avoir ainsi fui ses obligations. Pour diable Stéphanie ne lui avait jamais dit qu'elle était tombée enceinte de lui ? Le savait elle au moins ? Ou l'avait elle appris uniquement après son départ ? Tant de questions qui resteraient probablement sans réponse.

Qu'est devenue Stéphanie Castellan ?

Demanda il à nouveau, loin de se douter du sort funeste qu'elle avait rencontré. Une fois qu'il eut la réponse à sa question, cela fit l'effet d'un second coup de tonnerre chez l'homme en noir qui ne savait même plus où se mettre avec toutes ces questions qui lui taraudaient l'esprit et tout ces mystères qui paraissaient sans fin. En attendant de voir la suite la suite des évènements, Néro baladait son regard entre sa prétendue fille et Aline. Ces dernières semblaient vraiment proches, l'homme en noir était loin de se douter les épreuves que ces dernières avaient du traverser.

Vous étiez au courant de tout ça ?

Demanda alors Néro en se retournant vers Aline, le regard totalement consterné et perdu. Ainsi Stéphanie était morte... L'homme en noir ne s'était vraiment pas attendue à une telle nouvelle, qui plus est, elle s'était elle même donnée la mort. Attendant de connaitre la réponse d'Aline, l'homme en noir ne pouvait que resté planté là où il était, avec des milliers de questions en tête.

~~~~Signature~~~~



Si tu devais choisir entrer aller en enfer ou aller au paradis en croisant mon chemin d'abord, crois moi sur parole mon jeune ami, tu choisirai l'enfer.
Invité

Message par Invité le Dim 12 Juin - 15:38

Revenir en haut Aller en bas
L’atmosphère avait brusquement revêtit un aspect pesant. L’air semblait étrangement surchargé de soupçons, de méfiance et de rancune. Quelque chose n’allait clairement pas et Aline avait tôt fait de le remarquer. Sur le visage de son amie, qui précédemment affichait une expression de bonheur, était inscrite une froide animosité. En l’espace d’un instant, la tension était montée d’un cran et la haine était presque palpable.

Vivement, Aline fit volte-face pour se trouver face à face avec Néro. C’était visiblement lui la cause du problème. Elle connaissait le passé d’Aéris et ses folles envies de vengeance. Cette dernière lui en avait fait part une seule fois, mais cela avait largement marqué l’esprit d’Aline. Bien sûr, elle n’avait pas tenté de la raisonner et de lui faire comprendre que la vengeance ne servait à rien. Qu’Aéris ait des envies de meurtres à l’encontre de son géniteur n’avait pas choqué plus que cela la demoiselle. Les liens du sang ne représentaient pratiquement rien à ses yeux. Elle avait elle-même liquidé sa propre famille. Entièrement. Comment pouvait-elle ensuite se permettre de donner des leçons ? Bien entendu, Aline l’aurait fait si elle avait éprouvé du regret. Mais ce n’était pas le cas. Abandonner son enfant à la rue comme l’avait fait ses parents était, selon Aline, un crime impardonnable. Ils l’avaient mise à la porte sans aucun état d’âme. Aline, certes, pouvait être perçue comme une dévergondée, une pècheresse, une salope. Mais ce n’était pas vraiment une raison valable pour renier son enfant. Adolescente, Aline refusait catégoriquement de se plier aux convenances qui faisaient de la femme une esclave, un objet. Elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi la femme était-elle vu comme sale. Le corps féminin était sale, le plaisir que pouvait éprouver une femme était sale… Tout était si sale que la femme devait cacher ses honteux attributs aux yeux des gens. Aline n’avait clairement aucune envie de finir comme sa mère qui avait à peu près autant de valeur que le joli vase en porcelaine de l’entrée. Cependant, un petit détail la titillait. Si la femme était si impure que cela, pour quelle raison l’homme était-il aussi galant ? Longtemps, très longtemps après, elle avait enfin trouvé la réponse. La galanterie plaisait aux femmes. L’homme veillait à ce qu’elles ne manquent de rien et celles-ci n’avaient aucune envie d’abolir leurs privilèges. Ainsi, l’idée de quitter leur cage dorée leur déplaisait. L’homme leur faisait sentir qu’elles n’étaient pas dignes d’abattre la même besogne que lui mais les chouchoutait tellement qu’elles ne délaisseraient jamais leur confortable position. Puisqu’elles avaient tout ce qu’elles désiraient, pourquoi demander à être l’égale de l’homme ?

Aline écarquilla de grands yeux étonnée lorsqu’elle capta enfin. Ainsi donc, Néro était le père d’Aéris. Au fil des minutes, l’histoire d’Aéris se dessinait. Aline était de moins en moins à l’aise. Elle se dandinait avec un air plus que gêné et espérait secrètement que tout cela se termine rapidement.

« De l’histoire oui, mais je ne savais pas que c’était vous. » bredouilla-t-elle, confuse.
Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Jeu 23 Juin - 14:25

Revenir en haut Aller en bas
Je n'en finissais plus de grincer des dents dans mon coin en fixant mon géniteur avec mépris. Il avait un sacré toupet de prendre autant cette histoire à la légère, mais ça ne m'étonnait même pas du personnage. J'avais envie d’exercer sur lui ma vengeance et de le tuer de mes propres mains, la seule personne que j'avais envie de voir mourir c'était lui et lui seul. Mes yeux restaient rouge sang tandis que mes cheveux refusaient de reprendre leur teint blond habituel.  Toujours aussi fulminante, je répondais à la question de Néro, sans le quitter des yeux une seule seconde.

Tu as bien deviné... C'était ma mère et elle est morte à présent. Tout ça à cause de toi !

Mon interlocuteur semblait de plus en plus perdu face à mes accusations, comme pour en rajouter une couche, il demanda à nouveau ce qu'il était advenu de ma mère, était il sourd ou juste stupide ?

Je te l'ai dis, elle est morte, elle s'est elle même donnée la mort ! J'imagine bien que ça ne te fait ni chaud ni froid mais contrairement à toi, certaines personnes, elles, possèdent des sentiments.

Détournant totalement le regard du mien, l'homme en noir interrogeait Aline, visiblement totalement perdu et confus. Quelque part, cela me procurait une intense satisfaction de le voir aussi confus et perturbé. Avant de l'achever, il était également appréciable de le torturer un peu mentalement. Des souvenirs extrêmement douloureux me revenaient alors en mémoire, le sourire de ma mère, son odeur, son visage. Autant de choses que je ne verrais plus jamais à cause de cet individu qui avait fait tant de mal autour de lui. Étais je la seule personne dont ce vampire avait brisé la vie en mille morceaux ? Surement pas, il devait certainement en avoir bien d'autres à qui ce sale vampire avait joué des tours. Détournant un instant mon attention de l'homme en noir, je regardais à présent Aline pour m'adresser à elle.

Fais attention, cet homme n'est pas fiable et croit moi j'en sais quelque chose.

A présent je regardais à nouveau mon géniteur, attendant une quelconque réaction de sa part, même si pour le moment il semblait surtout occupé à chercher ses mots.  Je ne savais vraiment pas par où commencer dans le récit de ce qu'il avait fait subir à ma famille. Si seulement il avait su endosser son rôle de père, les choses auraient été bien différentes aujourd'hui.

Alors, qu'as tu à me répondre ? Même si je doute que tu as de vrais bons arguments pour ta défense !
Contenu sponsorisé

Message par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» Vin de fleurs de sureau
» Aline c'est pour toi, rien que pour toi.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Avventura :: La Ville de L'Avventura - Centre ville :: Le Bâtiment du Cercle :: La prison-