Entretien avec un fantôme [Event Rebelle|Poison] PV Danaliel [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Partagez|
Natsume Kageya
Admin
avatar
Messages : 1216
Date d'inscription : 01/05/2012
Age : 25
Localisation : Là où tu ne me trouveras pas

Feuille de personnage
Particularité: Son albinisme
Emploi: Chasser du rebelle
Rang: Elite du Cercle

Message par Natsume Kageya le Sam 18 Oct - 18:10

Revenir en haut Aller en bas
Installé sur l’une des rangées les plus au fond de l’amphithéâtre, le garçon laissa échapper un bruyant bâillement d’ennui, lequel lui valut un regard noir de son voisin de droite. Natsume le lui rendit bien volontiers, avant de croiser ses bras derrière sa nuque. Une chance qu’il pouvait se permettre une position aussi décontractée, laquelle n’aurait pas pu être possible s’il s’était retrouvé au premier rang. Allons quoi ! Lui ? Assis au premier rang ? Autant exiger un miracle… Le darkness se demanda, l’espace de quelques secondes, si son lui d’avant était plus sérieux qu’il ne l’était aujourd’hui… Etant donné son âge, il devait probablement être étudiant, revenir en ces lieux n’était peut-être pas la meilleure chose à faire. Et s’il tombait sur d’anciennes connaissances ? Pire encore, dont il ne souvenait absolument pas ? Son absence avait dû être remarquée par ses probables amis et professeurs non ? On risquait de lui poser des questions et amener l’explication de l’amnésie ne semblait pas tellement possible… Bordel. Comment en était-il arrivé à se retrouver à une conférence sur la virologie pour commencer ? Sa fréquentation du moment lui en avait parlé il y a de ça quelques jours. Entre deux moments d’intimité. Les inconvénients de fréquenter une étudiante en médecine… Sur le moment, le darkness avait très bien su manifester son désintérêt profond pour ladite conférence mais l’insistance de la jeune femme avait eu raison de son j’men-foutisme quotidien. Et puis, il ne pouvait pas se vanter d’avoir autre chose à faire de ses journées non ? Son travail pour le Cercle n’occupait pas la majeure partie de ses journées et il faut croire que certains avaient décidé de lui lâcher un peu la bride depuis l’incident avec Jack et Maria. Natsume posa alors son regard sur le groupe d’étudiantes qui riaient ensemble, quelques rangées plus bas. Il n’avait pas non plus prévu que l’intéressée le planterait sur place pour aller retrouver ses amies… Soit disant parce qu’il plaisait à certaines d’entre elles. N’avait-on jamais entendu pire excuse possible et imaginable ? Non contente de l’avoir traîné ici sous peine de rompre, elle le laissait à présent en plan ?

Le garçon ravala sa mauvaise humeur et prit le temps d’analyser sa situation actuelle : il fréquentait une fille chiante mais bonne au pieu. Laquelle de ces deux informations allait primer sur l’autre ? Rapidement –trop peut-être- Natsume trancha en faveur de la première. A quoi bon rester avec une personne qui l’emmerdait à longueur de temps ? En apprenant la rupture, elle lui piquerait très probablement une crise, qu’il pourrait associer à de l’hystérie pour la faire rager un peu plus et après ? Le darkness était prêt à mettre sa main au feu que l’intéressée ne tarderait pas à retrouver de la compagnie ailleurs. Ce fut en gardant cette pensée à l’esprit, que le garçon entreprit de zieuter les différents visages féminins en vue…avant de se raviser quelque peu. Non pas que l’amphithéâtre ne comportait son lot de jolis minois mais s’il devait considérer que toutes les étudiantes en médecine seraient aussi chiantes que sa future ex, alors autant essayer un autre département universitaire non ? Peut-être que les étudiantes en littérature seraient moins bavardes, perdues dans leurs livres comme elles devaient probablement l’être ? Finalement, un nouveau soupir franchit ses lèvres. Au vu des éléments qui s’accumulaient dans son esprit, il n’avait rien à faire ici non ? Restait à savoir s’il prendrait la décision de partir avant que tout le monde ne se soit installé et que la conférence ne débute, ou au contraire, attendre sagement que toute l’attention soit dirigée sur une seule et même personne pour brutalement perturber l’instant présent. Sans que l’on se demande pourquoi, ce fut la seconde option qui lui plut le plus, d’autant plus qu’il s’était assis au beau milieu de la rangée, histoire de permettre à d’autres personnes de s’installer de part et d’autres de lui. Il avait hâte de se relever en toute hâte –ou presque- sitôt que la conférence aurait démarré pour déranger ses plus proches voisins…

~~~~Signature~~~~


[19:15:57 28/10/2015] Tomhas Paliakov : Na-tsu-me-sa-ma ♥
Nahelle Syllya
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 28/03/2014

Message par Nahelle Syllya le Lun 20 Oct - 14:49

Revenir en haut Aller en bas
Enfin, après plusieurs jours passés en tête à tête avec lui-même, il pouvait respirer de nouveau. Les fentes des murs, les recoins sombres et les égouts de la ville avaient étés ses meilleurs amis trop longtemps. Fuyant le soleil comme la peste, Danou en était réduit à la condition de rat amnésique. Et pourtant, il détestait déjà son autre lui. Mais si vous voyez de qui je parle, cet énergumène intangible qui ne cesse de discuter avec vous à longueur de journée. Jugeant vos actes, vos idées, vos réactions et même vos sous-vêtements si vous avez le malheur d’y prêter attention. Cette chose que l’on appel conscience, toujours scindée en deux partie souvent représentée à travers un petit ange et un petit démon se mettant dessus à longueur de journée. Et bien laissez-moi vous dire que celle de Danaliel était bien l’une de ses consciences lourdes, illogiques et insupportable qui ne vous lâchait jamais. Alors c’est pour ça qu’il se sentait revivre, soulagé de ne plus avoir à se faire face, regarder l’avenir d’une ville dont il ne savait rien courir les uns après les autres en s’envoyant des baballes plus ou moins grosse le soulageait. Les rongeurs, contrairement à ce qu’il s’imaginait étaient beaucoup moins intéressants.

Enfin qu’importe, cela faisait déjà plusieurs heures qu’un groupe n’était pas venue se dépenser. Alors au finale, même après ce bref moment de voyeurisme évasif. Il se retrouvait seul face à lui-même. Ennuyant, perdu et sans souvenirs il n’avait aucun repère auquel se tenir, rien si ce n’est des voix flouent où des têtes vaguement familière. Pas de quoi réaliser un projet productif, de plus Nahelle commençait à l’inquiéter. Que pouvait-elle bien faire en ce moment ? L’avait-elle abandonnée ? Quoi qu’il en soit, si sa condition actuelle était une punition, la sorcière n’aurait pas pu faire mieux. Privé de tout contact physique avec le monde réel, ils pouvaient tous le voir, l’entendre, mais les choses s’arrêteraient là. Il était une simple réplique inutile d’un souvenir dont il n’imaginait même pas les limites. Les rayons du soleil n’allaient plus tarder à s’effacer complètement, il allait de nouveau pouvoir se balader sans but à droite à gauche. Elle ne lui avait même pas donnée un moyen de mettre un terme à sa vie. Lorsqu’il ne parvenait pas à trouver un recoin sombre avant le lever du jour, il ne faisait qu’exploser dans une obscure pluie immatérielle. Réapparaissant toujours aux portes de la prison de la ville la nuit tombée. Une douleur oppressante serrant sa poitrine, sans qu’il ne puisse faire quoi que ce soit pour l’apaiser. Loin d’y comprendre quoi que ce soit, il s’était résigné à respecter le planning horaire imposé par sa forme de spectre.

Une fois le soleil définitivement couché, Danaliel traversa le toit, tombant mollement sur le terrain de basket fraichement ciré. Quitter cet endroit au plus vite lui semblait être une bonne idée, l’odeur de sueur était infecte. De plus, une impression douteuse le laissa penser qu’il n’avait jamais rien eu à faire ici. C’est sans se soucier de Charles, concierge fatigué par l’absurdité de son travaille, qu’il traversa les murs et retrouva la ville. N’ayant rien de claire à faire, c’est amusé qu’il entendit un groupe d’étudiants marcher en brayant. Les veinards terminaient leur tequila qu’il balançait dans l’une des poubelles ponctuant le chemin. Mais au lieu de se diriger vers l’endroit festif se dressant devant eux, ces élus préféraient aller s’amuser en ville.

Sans le savoir, Danou n’avait jamais autant envié autrui. Pourtant, il savait que les suivre ne servirait à rien, si ce n’est se faire du mal à lui-même. De plus, un vent lointain lui porta une odeur intéressante. Une odeur le rendant sans raisons précise, complètement dingue. Si seulement il avait un vrai corps ! Il serait allé à sa rencontre, puis il lui aurait présenté ses respects avec bestialité. Mais sa prochaine rencontre avec le loup blanc allait devoir attendre. S’il voulait retrouver son corps, s’était aussi pour pouvoir tester l’étendue de sa force. Et il devait admettre avoir pratiquement atteint son but avec ce sale con. Dommage, mais son odeur n’était pas la seule. Il y en avait tellement, à tel point que ses pas l’amenèrent finalement à l’entrée de l’amphithéâtre.

Entre lui et son objectif ne se dressait plus que deux choses, une route et deux chauffeurs s’étant vraisemblablement laissé emporter. Une petite albinos et un maigrichon à bonnet se fonçaient mutuellement dessus. En temps normale, l’esprit se serait arrêté pour observer le spectacle. Mais, d’autres odeurs l’attirait, sans pouvoir expliquer comment il savait les avoir déjà sentit au pare avant. Se maudissant de nouveau, comprenant qu’il risquait de faire face au passé en entrant là-dedans. C’est déterminé qu’il avança, passant entre les deux véhicules sans se soucier des dégâts. Il crut entendre des bruits de freinages ponctués par des hurlements, pourtant son instinct semblait rester endormit. Une fois à l’intérieur, un drôle de monsieur aux cheveux grisonnant se dressa devant lui. Son regard de vieux con insatisfait agaça le fantôme, c’est donc sans peine qu’il l’esquiva, traçant l’endroit regroupant le plus d’odeurs familières :

« Monsieur ! »

Impatient mais aussi définitivement intrigué, ce fut une véritable baffe visuelle qui le paralysa instantanément. Cette salle était vaste, belle et surtout bondée de monde. Jamais encore il… :

« Monsieur attendez ! »

Splendide, il y avait plein de femelles aussi mignonnes que Nahelle en plus !

« Monsieur ! Vôtre capuche ! »

C’est quoi ça encore ? Une insulte en péruvien ? C’est quoi un Monsieur ? S’il se fichait de lui, ce n’était vraiment pas la bonne nuit. Non seulement il ne pouvait pas lui péter la gueule, ais il avait d’autres chats à fouetter là ! Puis, fallait qu’il arrête de se rapprocher de lui, ce n’était vraiment pas le moment de se faire griller. Pas si près du but ! Si c’est son apparence qui posait problème, il ne pouvait pas vraiment y faire grand-chose. C’est alors qu’une idée géniale lui traversa l’esprit :

« Monsieur vous-même, ensuite … va capuche ailleurs ?!

-Pardon ? Je vous demande juste de découvrir vôtre visage ! C’est une université ici, pas un squat ! Les étudiants de nos jours ne ressemblent vraiment plus à rien.


-Trop de mots… »

L’homme chercha alors à décoiffer Danou, mais sa main ne brassa que de l’air, ses yeux semblaient ne plus suivre le cours des choses. Ils se révulsèrent, puis l’homme tomba raide comme un pic. Désespéré par l’absurdité de la situation, Danaliel enjamba le fragile vieillard, puis alla s’asseoir dans le fond de l’amphithéâtre. Deux places le séparaient d’un autre albinos, un garçon cette fois. D'ailleurs, son odeur ressemblait beaucoup à celle de Nahelle. Un ami de cette sorcière peut être ? Alors autant rester tranquille, même si quelque chose lui disait qu’il se trompait.
Natsume Kageya
Admin
avatar
Messages : 1216
Date d'inscription : 01/05/2012
Age : 25
Localisation : Là où tu ne me trouveras pas

Feuille de personnage
Particularité: Son albinisme
Emploi: Chasser du rebelle
Rang: Elite du Cercle

Message par Natsume Kageya le Jeu 23 Oct - 19:19

Revenir en haut Aller en bas
Sous le regard de l’albinos, l’amphithéâtre se remplissait doucement mais sûrement. Comment autant de personnes pouvaient s’intéresser à ce genre de conférence ? Natsume n’en avait aucune idée et c’était le cadet de ses soucis à l’heure actuelle. S’ils préféraient passer leurs soirées, enfermés avec de parfaits inconnus, à entendre un prétendu expert en la matière leur donner ses propres théories concernant les virus, alors tant mieux pour eux. Pour sa part, le darkness était dans l’optique de pécho ce soir et il doutait de plus en plus de dénicher la perle rare –pour quelques semaines du moins- à travers cette foule grandissante d’étudiants. Oh bien sûr, il ne restreignait pas son terrain de chasse aux seules figures féminines se trouvant sur place, tout comme il n’y avait pas que des visages juvéniles dans l’amphithéâtre. Plusieurs personnes ayant l’air totalement étrangères aux lieux s’étaient mêlées aux individus présents, sans que leur présence ne paraisse déranger qui que ce soit. Maintenant qu’il se faisait cette réflexion, le darkness ne se souvint pas d’être arrêté par quiconque au moment de pénétrer dans l’université. Personne ne lui avait demandé sa carte d’étudiant par exemple, histoire d’empêcher tout individu suspect de s’inviter à la conférence. Il faut dire qu’avec son physique actuel –et qui lui resterait pendant un long moment- on pouvait facilement le confondre avec les étudiants venus pour l’occasion. Et puis, qui irait perdre son temps à une conférence pareille, même pour y semer le désordre ? Franchement, les fauteurs de trouble dignes de ce nom n’avaient probablement même pas entendu parler de ladite conférence… C’était ridicule de croire un seul instant que des mecs pas nets puissent venir poser leurs fesses sur les bancs de l’amphithéâtre. A supposer déjà que la majorité d’entre eux connaissent l’emplacement de l’université… Un sourire amusé s’étira sur les lèvres de Natsume tandis qu’il se faisait mentalement cette réflexion, s’effaçant bien vite alors qu’une odeur immonde venait lui chatouiller les narines. Nullement disposé à masquer sa gêne, le garçon porta sa main à son visage –son nez pour être plus exact- et jura avec ennui :

« Putain. Ça pue la mort ici. »

Dans une question de pur réflexe, son regard chercha à trouver la source d’une odeur pareille. Lors de son arrivée ici, il ne se rappelait pas avoir senti quelque chose de semblable, à mi-chemin entre la pourriture et les effluves qui s’échappaient parfois des égouts. Bien vite, l’agacement de Natsume fut dirigé vers la personne qui se trouvait à seulement deux places de lui. Pas étonnant que l’odeur soit à présent si forte ! Furieux, le darkness détailla sans se gêner l’inconnu : de sexe masculin à priori, dont l’âge était difficile à déterminer du fait qu’une bonne partie de son visage était masquée. La taille n’étant plus un critère précis pour juger de l’âge d’une personne, l’albinos n’aurait su dire si l’intéressé était un étudiant ou bien un civil. Quoi qu’à l’allure de l’inconnu, Natsume penchait plus pour le statut de SDF qu’autre chose.

« Hé mon pote, ça te dirait pas d’aller voir ailleurs si j’y suis ? Disons, carrément à l’extérieur de l’amphithéâtre histoire de ne pas pourrir l’atmosphère ? »

L’exclamation précédente du garçon, ainsi que sa manière peu délicate de s’adresser à l’homme, attira l’attention de quelques personnes installées non loin d’eux sur les rangs adjacents. A en juger par leurs expressions respectives, elles étaient toutes plus ou moins partagées entre l’indignation de voir un étudiant employer un tel langage et l’irrésistible envie de voir sa requête exaucée, tellement l’odeur était insupportable. Bref, de la parfaite hypocrisie en soit. Pas une n’aurait eu le courage de faire remarquer à l’inconnu qu’il puait et pourtant, elles paraissaient encourager silencieusement le darkness dans son entreprise, en se gardant toutefois d’appuyer ses propos. Exaspéré par ce genre d’attitude passive qui le dégoûtait profondément, Natsume allait leur lancer une vacherie à la figure quand une exclamation féminine coupa court à l’échange :

« Appelez une ambulance ! Quelqu’un a fait un malaise ! »

Arquant un sourcil, l’albinos s’était mis debout, plus par curiosité et voir ce qui se passait réellement de l’autre côté de la rangée, que dans l’optique de porter secours au malheureux. A sa grande déception, il ne put pas discerner avec précisions la victime, pas avec l’amas de personnes qui s’était formé autour d’elle. L’agitation gagna les rangs adjacents et une voix, masculine cette fois, résonna non loin, entamant une conversation animée avec les secours en question. Comme quoi, les humains possédaient encore de bons réflexes en ce qui concernait l’instinct de survie…

« Et ben… Elle dépote cette conférence… Qu’est-ce que tu mates comme ça le vieux ? T’as un problème ? »

Outre l’odeur qu’il dégageait, il y avait quelque chose de dérangeant chez ce type mais le garçon n’aurait su dire quoi avec précisions. Ce n’était pas comme une sensation de déjà vu, loin de là et il chassa l’idée de retrouver un souvenir supplémentaire. Non, ça avait plutôt un lien avec l’aura que dégageait l’inconnu. C’était qui ce mec au juste ?!

~~~~Signature~~~~


[19:15:57 28/10/2015] Tomhas Paliakov : Na-tsu-me-sa-ma ♥
Nahelle Syllya
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 28/03/2014

Message par Nahelle Syllya le Jeu 23 Oct - 23:18

Revenir en haut Aller en bas
Il puait ? Non impossible, ce mec s'adressait sûrement à quelqu'un d'autre. Le fantôme pensait pourtant être effacé sur le point de vue sensoriel. Merde alors, personne d'autre ne siégeait à sa droite. L'énergumène s'adressait bien à lui alors? Ses yeux croisèrent plusieurs visages, partagés entre l'indignation bienpensante et l'inconfort olfactif ils ne cessaient de les observer rongés par la curiosité. L'ancien loup ne comprenait pas réellement l’enjeu de cette situation. Les humains avaient-ils un sens de l'hygiène si développé? Un sourire discret transforma l'expression fermée de Danou, en une magnifique grimace de sale enfoiré je m'en fumiste. Ses yeux orangés dévisagèrent le merdeux un instant conséquent. Sans réellement saisir à quel point, il sentait que ce bonhomme bouillait. S’il n'avait pas un minimum de retenue, cela ferait bien longtemps que chaque invité sur plus de trois rangs en aurait pris pour leur grade. Merde, pourquoi fallait toujours croiser des petits excités chétifs lorsqu’on n’avait aucun moyen physique de les broyer? Publiquement en plus, cette condition était décidément l'apogée de la torture. M'enfin, très vite l'attention du groupe tendu se porta sur un nouvel incident que l'esprit préférait oublier. Un soupir blasé libéra sa gorge inexistante, lorsqu’il retrouva le regard écarlate du sale merdeux.

Son sourire s'intensifia naturellement, comme si il avait toujours rêvé de se retrouver à avoir le faire. Les conflits, aussi insignifiants où complexes soient-ils intéressaient Danou. Depuis sa résurrection c'est la seule chose dont il était sûr. Les plusieurs affrontements, où prises de têtes auxquels il s'était mêlé l'avaient toujours fait se sentir vivant. Une fois la scène d’évanouissement du vieillard achevée, le fantôme puant reprit ses aises:

-Je matte une jolie petite gueule d'adolescent en colère. En fait, tu proposais que j'aille dehors, j'ai une autre proposition. Prends sur toi, assieds-toi et pètes un coup. Tu verras il n'y paraîtra plus.

Une simple suggestion de ce genre, devait être suffisante pour le faire exploser. Ou du moins, amorcer ce qui semblait être une jolie petite bombe sous tension. Pourtant, cette douce odeur démoniaque lui disait de se méfier. Elle différait en bien plus points qu'il ne l'imaginait de celle de sa sorcière. Les gens de son espèce pouvaient peut être l'atteindre? Non, ça serait vraiment un sort à chié si c'était le cas n'est-ce pas? Puis si lui avait remarqué ce qu'il était, est-ce que ce gosse aussi? Non, à peine assit à côté de lui ce gosse ne l'aimait pas, la preuve il pouvait à peine le sentir. Cette dispute n'était qu'une politesse, un simple jeu malsain pour tuer le temps. La race n'importait pas, seul celui qui se sentirait le moins blessé dans sa fierté sortirait vainqueur de cette embrouille puéril. Le lycan se faisait lui-même chié à être aussi puéril, mais que voulez-vous? Lorsque on s'ennuie depuis des jours, un rien vous rends heureux.
Natsume Kageya
Admin
avatar
Messages : 1216
Date d'inscription : 01/05/2012
Age : 25
Localisation : Là où tu ne me trouveras pas

Feuille de personnage
Particularité: Son albinisme
Emploi: Chasser du rebelle
Rang: Elite du Cercle

Message par Natsume Kageya le Sam 25 Oct - 17:00

Revenir en haut Aller en bas
Rien qu’à voir le rictus déplaisant qui apparut progressivement sur les lèvres de son interlocuteur, le darkness comprit que ce dernier n’aurait pas l’intention d’exaucer sa requête, aussi légitime était-elle. Alors quoi ? Natsume écouta les propos qui lui étaient adressés et finit lui aussi par afficher un sourire mauvais à l’intention de l’inconnu. Ce mec cherchait la merde ? Il était bien tombé. Ce n’était peut-être pas le bon moment et le bon endroit pour se battre, encore moins devant autant de témoins et probablement d’anciennes connaissances mais l’albinos n’avait envie de laisser ce rictus satisfait flotter une seconde de plus sur les lèvres de l’homme qui se trouvait en face de lui. En d’autres circonstances, le garçon aurait tout simplement pu partir d’un grand rire devant une réponse aussi puérile et lamentable que celle que son interlocuteur venait de lui sortir. Sauf que la-jolie-petite-gueule-d’adolescent en colère l’était un peu plus que ça bizarrement. Natsume laissa retomber ses épaules et soupira doucement, abandonnant peu à peu l’attitude d’un individu sur le point de péter un câble. Son sourire mauvais disparut lui aussi et l’albinos s’autorisa même de fermer les yeux, comme si tout son être laissait supposer qu’il en resterait là avec l’homme. Après tout, il ne s’agissait que d’une conversation inutile, inintéressante et surtout, puérile à souhait ! Mais non. Ce n’était pas dans son caractère. Le darkness ouvrit soudain les yeux, une froide détermination luisant au fond de ceux-ci. Sans laisser le temps à l’inconnu d’espérer contrer son geste, il leva une jambe pour subitement la faire pivoter et dirigeant son membre tout entier en direction de son interlocuteur, de telle sorte que son pied frappe l’autre en plein visage. Le tout avec des mouvements parfaitement calculés afin que personne dans l’amphithéâtre ne remarque le brusque changement d’attitude entre les deux interlocuteurs. Sauf peut-être un témoin silencieux qui n’aurait pas perdu une miette de l’échange entre eux. Si seulement tout c’était passé comme Natsume l’avait imaginé ! Son pied traversa soudain le visage de l’homme qu’il cherchait à atteindre, troublant l’image de ce dernier comme si l’on passait sa main dans un nuage de vapeur.

« Que- ? »

La stupéfaction et l’incompréhension se lisaient sur le visage ainsi que dans les yeux du garçon, qui ne comprit pas immédiatement ce qui se passait. Quel était ce phénomène ? Une illusion ? Mais une pareille technique ne pouvait pas affecter ses sens tels que l’odorat non ? Tandis que son esprit essayait de comprendre l’étrange résultat de son entreprise, le darkness ne réalisa pas que, emporté par son élan et faute d’avoir rencontré une résistance au niveau du visage de l’inconnu, son pied alla heurter le dossier d’une chaise située sur le rang supérieur au leur. La douleur le tira de ses pensées avec force, ramenant Natsume au moment présent. Il récupéra sa jambe tant bien que de mal, manquant de peu de perdre l’équilibre sous la douleur, alors qu’il sautillait sur place, dans l’espace relativement restreint qu’offrait la rangée en question, jurant de plus belle.

« Putain de bordel de merde ! »

Une chance que le brouhaha présent dans l’amphithéâtre réduisait l’impact sonore de ces vulgarités. Sinon, il ne faisait aucun doute que l’un des hommes chargés de l’organisation de la conférence se serait fait un plaisir de le mettre dehors, pour nuisances sonores et comportement outrancier. Rageant entre ses dents serrées, l’albinos reporta son attention sur l’espèce de spectre qui lui tenait compagnie –et non la jambe heureusement-. Passée la surprise et la douleur, les théories les plus folles allaient bon train dans l’esprit du garçon. Même si la chose la plus simple à faire était encore de poser la question au principal intéressé, à condition que ce dernier daigne lui répondre après avoir finalement repris une forme à peu près normale.

« Qu’est-ce que tu es enfoiré ? Une illusion ? Un spectre ? Un démon ? Le fruit de mon esprit ? »

Bon d’accord, il n’espérait pas non plus que l’inconnu réponde favorablement à la dernière de ces suppositions. Natsume en avait assez de passer pour –et de se croire- un fou. D’abord cette voix féminine dans sa tête et maintenant ce drôle de type détestable… Peut-être avait-il finalement la capacité de parler aux morts ?

~~~~Signature~~~~


[19:15:57 28/10/2015] Tomhas Paliakov : Na-tsu-me-sa-ma ♥
Nahelle Syllya
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 28/03/2014

Message par Nahelle Syllya le Mar 28 Oct - 19:42

Revenir en haut Aller en bas
Alors qu’un pied de sale gosse en pleine crise traversait son visage. Le spectre ne cesser de voir son sourire gagner en taille. Déformé par la jambe de l’étudiant, son visage s’éparpillait le long de son pantalon. Un rire sinistre lui échappa lorsqu'il entendit son pied heurter quelque chose après l’avoir traversé. Heureusement pour eux, personne ne semblaient s’être intéressés d’avantage à leurs gamineries. Peut-être qu’il allait finalement s’auto fracturer en essayant de le frapper ? Doux espoir qui s’envolèrent en fumée lorsqu’il reprit l’équilibre sans rien faire. Mis à part beugler comme une gamine effarouchée, le sale gosse se contentait de geindre. Une infime douleur comparée aux choses qu’il aurait aimé lui faire subir. Qu’importe, de toute manière une fois visage fantomatique rétablit Danou se contenta de soupirer. Pourquoi n’allait-il pas pleurer ailleurs ? Après avoir vue qu’il ne pouvait l’atteindre, ne pouvait-il pas simplement s’en aller ? Non, monsieur réclamait justice, il voulait savoir ce qu’il était. Comme si Dan en avait la moindre idée.  Puis, fallait arrêter de le prendre pour un con, le démon ici ce n’était pas lui mais bien l’albinos au caractère imbuvable. Non mais regardez-le, on avait l’impression d’avoir à faire à l’un de ces petits chiens infernale qui ne supportait pas que l’on approche de lui. Rien à faire, Dan refusait de sympathiser où de le calmer. Ah quoi bon ? De toute manière la partie était truquée depuis le début, il n’avait aucun moyen de s’en prendre à ce gosse. Si ce n’est en le hantant toutes les nuits bien sûr. Il en était évidement hors de question, il était bien trop emmerdant, même Dan n’avait pas envie de risquer son temps là dedans. Quoi que ? Il regarda attentivement l’albinos, jaugeant à quel point il bouillait. Quelque chose le faisait paniquer où quoi ?

Un soudain mal de crâne l’intrigua, sans broncher le spectre se contenta d’observer l’assistance. Des professeurs couraient d’un bout à l’autre de la salle, peaufinant eux seuls savaient quoi. Les élèves commençaient à tous gagner leurs rangées, pourtant personne ne semblait le regarder. Danou s’était imaginé quelque chose d’étrange un bref instant, mais voyant qu’il était finalement lui aussi un peu tendu il se contenta d’inspirer un grand coup. Ca ne servait pas vraiment à quoi que ce soit, mais le geste en lui-même l’apaisait. Ses yeux bifurquèrent de nouveau en direction de l’étudiant :

- Tu ne perds pas le Nord, même si je m’avérais être quoi que ce soit de ce style je reste un enfoiré. Sinon ta jambe ça va ?

Il baissa les yeux, comme si l’état de son pied l’intéressait puis replongea son regard vide de sens dans celui du jeune homme. Malgré ses airs de petits cons, il avait quand même réussit à lui envoyer son pied dans la tronche sans que personne ne puisse rien voir. Si ils avaient étés à égalités sur le plan physique, il n’y avait pas photo. La situation aurait dégénérée et ils se seraient tous les deux retrouvés dehors. Dans le meilleur des cas pour cet enfoiré, Dan aurait été le seul à être éjecté. S’il avait calculé son coup s’était plutôt bien vue de sa part, en revanche son entrejambe devait atrocement souffrir non ?

L’ancien loup mesura gauchement l’espace résident entre eux, puis commença à rire doucement avant de réellement se sentir emporter dans un fou rire. Bon, il lui en fallait peu c’est vrai. Surtout qu’en réalité il n’avait pas dû en souffrir. Le jeune homme s’impatientant sûrement allait peut être finalement s’en aller plus loin. De toute manière, quelque chose lui disait à Danou que cette abominable odeur qu’il dégageait n’abandonnerait pas ce garçon  tant qu’il resterait dans l’amphithéâtre. Peut-être n’était-il simplement pas habitué à sentir la présence des démons ? Après tout, les gens autour d’eux n’avaient pas ralliés sa cause. Par ce qu’ils ne sentaient tout simplement rien. Intrigué par cette supposition, le spectre reprit, ignorant les diverses insultes que le démon aurait pu lui envoyer à la face entre temps :

-Nous sommes maudis. Tu es le seul à réellement sentir cette odeur, pourtant tout le monde peut me voir. L’irrésistible envie qui reposait dans le fond de leurs yeux. Ce n’était pas le désir de me voir dégager…mais bien celui de te voir te calmer et la fermer. Si je puais vraiment autant que tu le prétends. Ils ne m’auraient jamais laissés entrer. C’est la seule réponse que je peux t’apporter, le reste c’est à nous de le chercher. Sale capuche.
Natsume Kageya
Admin
avatar
Messages : 1216
Date d'inscription : 01/05/2012
Age : 25
Localisation : Là où tu ne me trouveras pas

Feuille de personnage
Particularité: Son albinisme
Emploi: Chasser du rebelle
Rang: Elite du Cercle

Message par Natsume Kageya le Mer 29 Oct - 16:25

Revenir en haut Aller en bas
Et ben quoi ? Pourquoi le fixait-il comme ça ? S'il avait quelque chose à dire, qu'il le dise à la fin bordel ! L'albinos croisa les bras à présent que la douleur dans son pied avait légèrement diminué, lui permettant de reposer son membre douloureux sur le sol. Natsume essaya de se calmer en réfléchissant un peu : si l'autre était véritablement une sorte de fantôme alors oui, il ne pourrait pas l'atteindre physiquement, ce qui ne lui plaisait pas tellement. Mais ce serait également la même chose pour son interlocuteur si l'on prenait le temps de la réflexion, non ? Ce serait donc un match nul prévu d'avance ! A cette idée, le garçon se renfrogna un peu. Il avait réellement envie de démonter la gueule de ce type pénible que s'en était frustrant d'apprendre qu'il n'en aurait pas la possibilité. A quoi bon perdre son temps avec lui à présent ? L'ignorer était une bonne idée mais Natsume doutait de le pouvoir, tout d'abord à cause de l'odeur que dégageait le mec en question mais également à cause des provocations de ce dernier s'il se décidait à lui tenir la jambe pendant la conférence. En voyant que l'attention de son interlocuteur se dirigeait sur autre chose que lui, l'albinos suivit son regard pour observer les divers mouvements dans la foule. Étant donné l'agitation dont faisait preuve les organisateurs présumés de l'événement, celui-ci était sur le point de commencer. La darkness hésita alors entre rester sur place et tourner simplement les talons. Il n'avait jamais eu l'intention d'assister à la conférence, le cul assis pendant des heures sur un banc pas confortable pour un sou. Et vu que la compagnie ne serait pas spécialement agréable, pourquoi s'évertuer à demeurer jusqu'au début de ladite conférence ? Pour faire chier son monde comme il l'avait imaginé ? Curieusement, la douleur fulgurante qui s'était emparé de son pied un peu plus tôt l'en avait dissuadé. Comme quoi, une bonne claque vous remettez toujours les idées en place... La voix du prétendu fantôme le tira alors de ses pensées et Natsume mit quelques secondes avant de comprendre le sens de ses premiers mots. Donc le type ignorait lui-même ce qu'il était ? Vraiment bizarre...quoique pas vraiment surprenant de sa part. S'il s'agissait réellement d'un esprit errant en quête du salut éternel, peut-être que sa propre situation lui échappait... En revanche, qu'il avoue être un enfoiré lui arracha un sourire entendu, bien que mauvais en soi. Comme s'il pouvait le contredire sur ce dernier point ! Par contre, il fut sincèrement surpris de l'entendre se préoccuper de sa jambe. Arquant un sourcil, l'albinos le dévisagea, pour tenter de déterminer si l'autre se foutait encore une fois de lui ou non.

 « Ce n'est pas ma jambe mais mon pied ducon. »

Le regard vide de son interlocuteur le déstabilisa un peu et Natsume s'en voulut presque de le prendre sur ce ton. Après tout, si le fantôme n'avait eu aucun scrupules quant à ce qui venait de se passer, il ne lui aurait pas posé la question, non ? Sauf s'il avait affaire à un tordu mais en tant que tordu présumé, l'autre n'aurait pas avoué être un enfoiré... Soupirant intérieurement devant sa propre attitude et cette succession de réflexions inutiles, le darkness reprit la parole, après avoir laissé passer un court moment de silence entre eux :

 « Mais oui, ça va, j'vais pas en mourir. Dommage hein ? »

Passée cette dernière note de sarcasme entre eux, le garçon ne sut plus quoi dire. Inutile d'insister sur la nature de son interlocuteur et d'interroger ce dernier dans l'espoir d'en apprendre davantage. C'était, de toutes évidences, peine perdue. Pourtant, Natsume n'avait nullement l'intention de relancer la conversation entre eux. Et comme si l'homme l'avait compris, voilà qu'il se remettait à parler. Dès les premiers mots, l'attention du darkness fut entièrement rivée sur les lèvres du fantôme. Maudis ? Oui, il s'était fait à cette idée depuis plusieurs mois déjà... Mais il ne s'attendait pas vraiment à ce que son interlocuteur exprime aussi bien ce qu'il ressentait... Quant à la suite, elle le rendit plus perplexe qu'autre chose. Avait-il vraiment mal interprété cette lueur dans les regards lancés en biais dans leur direction, la sienne pour être exacte ? Même si une partie de lui réfutait cette théorie, l'autre ne pouvait pas s'empêcher d'y voir quelques éléments de réponse envisageables. Natsume médita quelques instants sur les dires de son interlocuteur, avant que l'insulte de ce dernier ne lui parvienne. Pensant que l'autre se foutait encore de lui, l'albinos n'y prêta pas attention.

 « Faut croire que oui... Je te souhaite de trouver le repos éternel. Et...capuche toi-même. »

C'était quoi ce sourire idiot sur son visage ?! Le darkness se reprit comme il le put et se rassit à sa place, laissant son regard aux reflets sanglants parcourir la salle. Finalement, il allait demeurer un peu plus longtemps sur place, dès fois que le fantôme se sente moins seul. Si ce phénomène l'intriguait ? Pas du tout ! Même si c'était de la mauvaise foi... Natsume remarqua soudain un détail qui attira son attention : une tignasse rouge feu, le genre de coloration qui ne passait pas inaperçue, un peu comme sa propre couleur, même si celle-ci était naturelle... Alors que le garçon allait passer à autre chose, le regard de la personne repérée le fit se raidir. Ces yeux... Ils étaient de couleurs différentes ! Sans même s'en rendre compte, le darkness ne quittait plus des yeux l'individu. De là où il se trouvait, difficile d'identifier avec précision la teinte exacte de chacun des iris de l'homme mais... L'un semblait être rouge, quant à l'autre... Les paroles de Maria lui revinrent alors en mémoire.

 « « Un homme grand avec des cheveux roux, rouges... Il faisait nuit mais il me semble qu’il avait des yeux étranges. L’un rouge et l’autre plus clair. Bleu, vert ou peut-être jaune. Je ne saurais être sûre à 100%... »

 « Putain. C'est forcément lui. »

Une montée d'adrénaline se fit sentir. Il fallait qu'il interroge ce type ! Des individus avec des caractéristiques aussi spéciales ne passaient pas inaperçus ! Natsume croyait son amie sur parole, seul cet homme pourrait lui fournir la preuve de ces accusations ou au contraire, les réfuter s'il en avait les moyens. Et le darkness ne comptait pas le laisser lui échapper aussi facilement. Dans un sens, il se révélait être un chasseur aussi tenace que les lycans, pourtant considérés comme les maîtres en la matière. Et pourquoi le prendre sur le fait ? Descendre de son piédestal pour aller sa rencontre et retarder le début de la conférence ? Sa décision prise, l'albinos se redressa d'un coup, prêt à se diriger vers sa cible. Mais la tête lui tourna alors qu'il restait sur place, parfaitement immobile, les jambes un peu tremblantes. Pourquoi sa vision se troublait-elle ? Contraint de se rasseoir lourdement pour ne pas perdre l'équilibre, Natsume porta machinalement une main à sa tête. Il lui semblait vaguement que plusieurs autres personnes n'avaient pas l'air de se sentir très bien. D'autres avaient adopté une position complètement avachie sur leurs places respectives, comme s'ils piquaient un somme.

 « Merde... »

Ses paupières se faisaient de plus en plus lourdes. Malgré ses efforts pour lutter, alimentés par l'envie d'aller attraper cet homme roux par le col pour lui arracher des réponses, le darkness se sentit partir. Les formes et les couleurs devenaient de plus en plus floues alors qu'il perdait peu à peu conscience. Son dernier souvenir résida en quelques exclamations de voix, des mouvements entre les rangs situés plus bas. Puis, ce fut le noir complet.

~~~~Signature~~~~


[19:15:57 28/10/2015] Tomhas Paliakov : Na-tsu-me-sa-ma ♥
Nahelle Syllya
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 28/03/2014

Message par Nahelle Syllya le Mer 29 Oct - 18:22

Revenir en haut Aller en bas
L’énergumène s’apaisa soudainement, modérant ses propos petit à petit à tel point que ça en était presque pathétique. Pourtant, l’esprit percevait une certaine sincérité qui ne le laissa, à sa grande surprise, pas indifférent. Avait-il déjà pu parler ainsi dans son autre vie ? Librement sans se soucier de quoi que ce soit. Certes, ils usaient leurs temps de paroles à des fins vulgaire et conflictuel. Mais les mots que l’ancien loup échangeait avec ses ennemis n’avaient rien à voir avec ceux qu’il employait actuellement. Bien qu’il admettait avoir douté, il était désormais sûr que la mort de ce garçon ne l’intéressait pas. Dans un certain sens, bien que cela risquait de ne jamais être exprimé de vive voix. Cet emmerdeur méritait de vire aux yeux du spectre, il n’avait pas réellement de personnes avec qui comparer. Bien qu’il soit moins utile qu’un buraliste où un barman, ce mec ne le dérangeait plus réellement. De plus, il venait de lui révéler une faiblesse dont il n’avait pas la moindre idée.

Son odeur empestait ! Les humains autours de lui ne le sentaient peut-être pas. Mais il était clair que beaucoup de créatures avaient croisées sont chemins depuis sa résurrection. Entraînant beaucoup de combats, ainsi qu’énormément d’ennui autours de lui. Sans le savoir, ce jeune con lui avait donné une information cruciale. Impossible de deviner ce que Nahelle savait. Elle se gardait bien de lui révéler les infos utiles cette garce. Peut-être devait-il faire quelque chose de particulier ? Qu’importe, de toute manière, le seul emmerdeur capable de le sentir venait d’abandonner sa chasse. Il l’avait imaginé un peu plus tenaces quand même. Peut-être avait-il simplement comprit lui aussi que ce match était perdu pour eux deux ?

Sans comprendre ce qui avait pu à ce point adoucir son voisin de siège, Danaliel s’étira faussement amenant ses deux mains deux doigts au-dessus de sa nuque. Les gens n’étaient plus très nombreux à être debout, mis à part l’équipe du corps enseignant, ainsi que quelques mecs bizarres dont faisait partie l’albinos. Les invités attendaient désormais le début de quelque chose. Un concept humain qu’il avait sûrement oublié. Intrigué et ennuyé l’esprit s’impatientait en soupirant de plus en plus. Il n’avait pas échangé la moindre insulte avec son voisin depuis plus d’une minute, un record qu’ils allaient peut être fêté avec une remarque cinglante ? Non même pas, l’albinos lâcha quelques mots qui ne semblaient pas concerner le loup. Il l’aurait bien emmerdé en lui disant de la fermer, mais l’expression du garçon le laissa de marbre. Ce n’était pas le moment de déconner, une affaire urgente semblait lui avoir explosé instantanément à la tronche. Alors devinons qui était lui… une capuche peut être ? Sûrement vue la réaction qu’il venait d’arracher au bonhomme. Cherchant au loin ce que regardait son voisin. Il ne trouva rien de spéciale, si ce n’est quelques tableaux, un mec aux cheveux teint ainsi que quelques autres messieurs.

En y portant un peu plus d’attention, ils semblaient vraiment décontractés là-bas perchés sur leur estrade. La vue devait être magnifique faudrait qu’il monte dessus une fois les formalités achevées. Le spectacle allait enfin pouvoir commencer, alors autant ne pas tout gâcher. Un sourire enfantin, aussi appelé sourire du débile étira délicatement ses lèvres. Avait-il déjà sentit un tel moment de tranquillité avant ? En y réfléchissant, il n’avait pas touché une seule clope depuis… ho merde !

C’est sur cette pensée agréable, qu’il comprit pourquoi s’attacher à ce genre de chose était futile. Très vite l’albinos commença à montrer des signes de faiblesses. Jambes tremblantes, paupières qui se fermaient de plus en plus souvent en oubliant une fois sur deux de se rouvrir. D’autres gens autour d’eux commençaient à s’effondrer sur leurs tables. D’autres prenaient leurs aises puis se laissaient partir dans le fond de leurs fauteuils, confiant leur destin aux mains invisibles de Morphée.
Loin d’être en phase avec l’idée de pioncer au milieu de tous ces gens, il pensait comprendre d’où provenait sa haine de la civilisation. Si rassemblait sérieusement autant de personne ici pour dormir, c’est qu’on se foutait réellement de leurs gueules depuis le début. Incapable de saisir le sens de cette farce, c’est emmerdé qu’il demanda à son copain de soirée :

"Ho, on est vraiment là pour pioncer ?

-Merde...

-Merci Natsume..."


Trop tard, lui aussi venait de s’en aller pour les huit prochaines heures. Tiens, certains groupes de gens commençaient à s’en aller par la porte arrière. Peut-être ferait-il mieux de les suivre ? Non, l’estrade allait sûrement se libérer ! Il allait patienter un petit moment encore, en faisant semblant de dormir. Quoi que non, en fait il n’avait pas envie de jouer à ça, il allait monter sur cette estrade après que tout le monde se soit endormit, l’air de rien. Il y avait des microphones un peu partout face aux premières rangées. Si son odeur et sa voix imprégnait réellement le monde réel, peut être pouvait-il se servir de ces instruments ? Le seul hic était d’en trouver un branché, loin d’être saut les humains avaient sûrement envisagés cette possibilité. Alors autant attendre que la sécurité soit à son plus faible niveau pour passer à l’action. Puis, son instinct lui commandait ne pas laisser tomber Natsume, juste avait qu’il s’endorme, Dan cru voir une forme de rébellion dans sa gestuel. Comme si la sieste était une contrainte où quelque chose dans le genre. Alors au cas où, mieux valait observer sans bouger.

« Attends… je viens de t’appeler comment là ? Nathan ? Non merde… »

Maugréait-il doucement depuis son fauteuil. Il fallait absolument qu'il lui rebalance ce mot à la tronche lorsque il se réveillerait. C'était sûrement une sale insulte, où alors un mot qui n'avait aucun sens. Mais son instinct ne lui avait pas menti à propos de la capuche, alors autant continuer sur cette voie.
Leann Ridley
Admin
avatar
Messages : 975
Date d'inscription : 30/09/2012

Feuille de personnage
Particularité: Supporte la douleur à l'extreme.
Emploi: Stripteaseuse
Rang: Chienne érrante

Message par Leann Ridley le Ven 7 Nov - 11:07

Revenir en haut Aller en bas
Peu de temps après, la presque totalité de l’amphithéâtre était tombée dans l’inconscient et le monde des rêves. Bien chanceux qu’ils étaient. Leann afficha un sourire complice à son ami lupin avant de se lever à son tour. Toutes les personnes encore debout savaient ce qu’elle avait à faire et cela devait prendre le moins de temps possible. Pour éviter de se faire plus ou moins choper par des indiscrets qui seraient encore en train de trainer à l’extérieur de cette salle. Mais pour sa part, avant d’aller chercher sa proie, qu’elle prendrait plus ou moins au pif, il fallait le dire, la louve prit d’abord la direction des rangs qui se trouvaient un peu plus bas que sa position. Et pour cause : elle voulait être sûre qu’il s’agissait bien de Natsume qu’elle avait reconnus. Pour l’autre personne qui se trouvait à ses côtés, la jeune femme faisait un effort monstre pour ne pas s’en préoccuper, essayant de se convaincre de plus en plus que c’était là un tour de son cerveau. Puisqu’elle revoyait ici son ex-colocataire et ami, pourquoi ça n’en serait pas de même pour son ex-compagnon ? C’était ce qu’elle voulait se dire. Parce que sinon, elle ne saurait tout simplement pas comment réagir, s’il était lui aussi revenu -d’entre les morts ?- Dans le fond, elle aurait pu tout aussi bien enlever sa cible et quitter cet endroit pour ne pas avoir à vérifier quoi que ce soit. Ca aurait été tellement plus simple d’agir comme ça. Simple mais tout aussi lâche de son point de vue. Inspirant profondément pendant que ces collègues rebelles s’occupaient de leur tâche, Leann arriva -enfin- à hauteur de l’albinos. Il avait la tête contre la table, pas facile pour voir correctement ses traits. Elle fit fi de la présence à côté de Natsume, tant bien que mal -s’il s’agissait bien de lui- et elle prit son visage en coupe, pour le relever doucement et pouvoir le voir correctement. Et quand elle fut certaine que ces traits faciaux étaient ceux de son ami -ex-ami probablement maintenant- elle faillit le lâcher. Ce qui lui aurait donné certainement un bleu à son réveil. Du coup, elle se retint et le reposa délicatement sur le bureau. Elle se demanda l’espace d’un instant si elle ne devrait pas l’emmener avec elle à la grotte. Mais s’il devait faire parti des cobayes, la louve savait qu’elle ne l’accepterait pas. Chose qu’il vaudrait mieux taire à Jilan. Même si elle défendrait son point de vue si jamais ils venaient à parler de ce sujet. La rebelle se mordit la lèvre alors qu’elle se mit à fouiller dans les poches de l’endormi. Sa cible : le portable de ce dernier. Si elle ne prenait pas contact avec lui maintenant, elle voulait avoir un moyen de le joindre par la suite. Elle le trouva plutôt rapidement et pour ne pas perdre de temps, elle copia son répertoire qu’elle s’envoya. Elle vérifierait plus tard si son numéro y était. Et dans le pire des cas, elle appellerait quelqu’un pour lui donner son numéro. Elle remit le tout en place, avant de lever les yeux vers celui qu’elle préférait éviter. Avec un peu de chance, elle avait réellement rêvé ? Elle l’espérait vivement parce qu’elle doutait de rester maitresse d’elle dans le cas contraire.

« Qu’est-ce que tu fais ici Danaliel ? »

Les mots étaient sortis plus vite qu’elle ne l’aurait voulu. Mais au moins, sa voix ne tremblait pas comme elle l’aurait supposé. Elle allait peut-être être moins touché qu’elle pensait par cette double rencontre ? A voir. Et si ce n'était pas lui ?


>> hrp : désolée c'est un poil court >.>" <<
Nahelle Syllya
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 28/03/2014

Message par Nahelle Syllya le Sam 8 Nov - 3:33

Revenir en haut Aller en bas
Bon ils étaient en train de descendre de l'estrade, l'heure de gloire approchait! Fier d'avance, c'est sans complexe qu'il arbora un joli sourire. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir dire? Si seulement il était capable de chanter! En relativisant même si il possédait la voix adéquate, aucunes paroles ne lui viendrait à l'esprit. Puis à quoi bon chanter? C'est vrai, au finale ce qu'il vouait s'était les réveiller. L'idée même qu'ils puissent tous jouir d'un sommeil que lui refusait son état actuel l'agaçait.

Sans désirer y réfléchir d'avantage il se décida enfin à bouger. Mais la plaisante coutume dû, "Tu ne feras pas ce que tu veux tant que tu seras maudis!" frappa de nouveau. Une étrange créature lui coupa l'envie de se lever, approchant un peu trop prêt de l'albinos à son goût. Même si en l'état il ne pouvait pas faire grand-chose pour l'aider, il pouvait toujours tenter de l'effrayer. Pourtant, une sensation étrange le figea, comme un parfum inhabituel qui vous laisse perplexe. S'attardant d'avantage sur la créature fraîchement débarquée, d’étranges impressions l'empêchèrent de l'incendier au moment où elle faillit réveiller le jeune fou.

« Souris. »

Nahelle l'avait averti, certaines choses risqueraient d'être naturellement douloureuses. Pour décrire la chose elle avait mentionnée une sensation de vide infinis. Comme si son être entier refusait de garder contact avec ce monde, et s'engouffrait dans l'autre. Un processus qui à l'heure actuelle lui semblait tout sauf naturel. Malgré son amnésie il savait ne pas être aussi puéril. Une fois le court-circuit surmonté, le spectre comptait se rendre sur l'estrade. Mais son fidèle destin lui rappela qu'il était maudit. Pourquoi avait-elle éprouvée le besoin de lui parler? De plus, pourquoi mentionner ce nom? Une douleur insupportable s'empara de ses tempes, tentant d'atténuer cette dernière en gardant en tête qu'il était un spectre. C'est perturbé qu'il affronta le regard de la louve. Comment savait-il qu'elle était une lycan? Son odeur était-elle si particulière? Qu'importe, le passé ne l'intéressait plus, il n'avait pas besoin de ça pour exister. Qu'est-ce que ça voulait dire Danaliel? La mention de ce mot avait suffi à le troubler. Bon, il n'avait pas besoin de se prendre autant la tête. Comprenant malgré tout qu'elle s'adressait réellement à lui c'est inflexible qu'il prit la parole:

-Je m'ennuis. Il était marrant le petit que tu viens de toucher, ça serait cool si tes copains ne lui faisaient pas de mal. Je n’ai pas envie de me fâcher...

« Souris… »

Aussi surprenant que cela puisse paraître, aucune agressivité n’assombrissait sa voix. Au contraire, il faisait usage d'un ton sincère dont il n'avait jamais envisagé l'existence. Bon, maintenant si elle voulait bien l'excuser il avait une foule de glands à secouer! Même, cet objectif lui semblait bien lointain désormais. Pourquoi n'arrivait-il pas à bouger son cul? Il lui suffisait de se redresser, traverser son corps puis aller gueuler dans un microphone. Pourtant, quelque chose le retenait, bien plus oppressant que n'importe quelle envie de se soulager, le regard de cette femme l'empêchait d'agir à sa guise. Pourquoi avait-elle l'air aussi? Il ne pouvait pas dire changer, mais c'était presque ça! Ou étaient la grâce, la douceur et la chaleur? Pourquoi éprouvait-il un tel sentiment, pourquoi avait-il l'impression d'avoir échoué. Était-ce par ce que le sommeil le gagnait à son tour? Non, malheureusement il ne rêvait plus depuis que le soleil s'était évanouis, la nuit l'avait récupérée. Que lui était-il arrivé? Il en était sûr, quelque chose le reliait à cette femme. L'avait-elle tué? Non, ce n'était pas aussi simple, comment pouvait-il l'affirmer? Trop de questions l'étouffaient, il fallait faire quelque chose. N'importe quoi, mais il devait cesser de se comporter de la sorte. Bon, comme d'habitude il imaginait dissimuler ses sentiments avec habileté, donc il avait encore l'avantage de pouvoir simplement s'en aller sans en faire d'avantage.

« Souris … »

Ho, mais allez quoi! Pourquoi n'y arrivait-il pas? Et qu'est-ce qu'il lui était arrivée à elle? Pourquoi cet air dégagée et insouciante ne lui allait pas? Puis, comment pouvait-il dire ça d'une personne qu'il n'avait jamais vue ? Bordel...mot le plus approprié pour définir le carnage auxquels se livraient ses pensées.
Leann Ridley
Admin
avatar
Messages : 975
Date d'inscription : 30/09/2012

Feuille de personnage
Particularité: Supporte la douleur à l'extreme.
Emploi: Stripteaseuse
Rang: Chienne érrante

Message par Leann Ridley le Dim 9 Nov - 10:30

Revenir en haut Aller en bas
Elle était désireuse d’entendre sa réponse tout comme elle avait maintenant une cruelle envie de sortir de cette pièce en ne se retournant pas. Leann avait beau vouloir se montrer forte et faire face à la situation ou n’importe lesquelles, celle-ci était peut-être un peu trop. Mais il le fallait bien, elle ne pouvait pas tout simplement fuir alors qu’elle avait une chance d’apprendre pourquoi il était... Revenu ? Mais était-il réellement mort ? Face à cette interrogation, la louve se trouva ridicule mais usa de son flaire pour renifler son interlocuteur. Même s’il avait gardé cette odeur, il y avait un autre parfum collé à lui qui ne lui avait jamais appartenu. Elle se senti un peu mal, à moins que ce ne soit les souvenirs liés à son odeur qui étaient en train de remonter qui la perturbait davantage. Elle fut obligée de se tenir à la table pour ne pas que ses jambes flanchent totalement. Merde. Elle devait se reprendre ! Surtout qu’elle n’était pas seule avec lui et que des membres pourraient apercevoir sa faiblesse. Ce qui n’était pas concevable. Malgré tout, elle reste à le regarder et soutenir son regard fut l’une des choses les plus difficiles qu’elle avait eu à faire depuis des mois. Mais comme pour abréger ses souffrances, si on pouvait réellement les appeler comme tel, il reprit la parole. Mais quand l’explication tomba, elle se figea. N’étant pas très certaine d’avoir bien comprit sur le coup. Il était ici parce qu’il s’ennuyait ? Comment pouvait-il lui répondre avec une excuse aussi bidon ?! Non, cela pouvait ressembler à Danaliel mais... C’était tout ? Pas d’autres explications ? Même pas un putain de mot d’excuse pour être mort en la laissant derrière ?! Leann dû fermer les yeux et reprendre son souffle -qui s’était accéléré sans qu’elle ne s’en aperçoive- pour se calmer. Pourquoi elle s’énerver de la sorte pour une histoire qu’elle avait décidé de laisser derrière elle ? Qui faisait parti d’un passé révolu ? Mais le voir agir comme s’ils n’avaient jamais eu de relation, comme s’ils n’avaient jamais été proches était tout simplement atrocement douloureux. Elle se mordit la lèvre inférieure à sang, histoire d’essayer de se reprendre un peu plus et plus vite. Mais c’était loupé.

« C’est tout ? C’est là toute l’explication que tu peux me fournir ?! J’étais donc pas si importante que ça à tes yeux pour que tu daignes m’avertir que tu es revenu d’entre les morts ?! »

Merde. Elle avait élevé un peu trop la voix. Elle ne devait pourtant pas attirer davantage l’attention sur une personne qui ne dormait pas. Leann se figea à cette révélation. Pourquoi elle ne l’avait pas remarqué plus tôt ce détail ? Cette histoire liée à son passé l’avait assez perturbée pour qu’elle en oublie les précautions liés à la mission. Ce n’était pas bon du tout ! La louve serra ses poings, même sa bête intérieure réagissait à la situation et était désireuse de sortir. Elle voulait à la fois venir se coller à cet homme -à ce loup- mais également lui ouvrir le ventre pour avoir autant fait souffrir la partie humaine de ce corps. Un petit paradoxe que même Leann avait du mal à gérer. Ses yeux avaient déjà dû prendre leur teinte un peu plus jaune que d’habitude.

« Pourquoi tu ne dors pas Danaliel ? Tu devrais être comme tous les autres. Pourquoi ce n’est pas le cas ? » Demanda-t-elle un peu plus maitresse de sa voix que précédemment.

C’était mieux. Se concentrer sur la mission pour ne pas perdre les pédales avec l’autre sujet. Mais ses mains tremblaient quand même. Ce mélange de sentiment n’était vraiment pas bon à gérer.

« Explique-moi tout... »

C’était à mi-chemin entre un ordre et une supplication. Parce qu’elle voulait se montrer forte mais que cette histoire commençait à faire remonter trop de souvenirs et que la différence entre ce qu’elle était avant et maintenant lui sautait de nouveau aux yeux. Merde !
Nahelle Syllya
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 28/03/2014

Message par Nahelle Syllya le Dim 9 Nov - 16:32

Revenir en haut Aller en bas
Qu'est-ce qu'il lui arrivait? pourquoi s'énervait-elle pour si peut? De plus elle n'avait pas répondu positivement à sa requête, devait-il imaginer que celà n'était pas possible? Non, elle n'en avait juste rien à foutre, quelque chose d'autre la préoccupait. L'évidence s'amusait encore à le baffer, elle avait réellement fait partie de sa vie et elle ne semblait pas être n'importe qui. Danou l'avait comprit avant qu'elle n'ouvre de nouveau la bouche, mais refusant d'y croire, c'est passablement agacé qu'il supporta le caprice de cette femme. Chaque mot, chaque regard et expressions ne cessaient d'arracher des spasmes douloureux à l'esprit. Sans comprendre exactement pourquoi, une sorte de force invisible l'empêchait de se concentrer. Elle envahissait son être, son corps, sa réflexion arrachant tout sur son passage. Il voulait lui hurler dessus, l'incendier, lui ordonner de la fermer et de retourner danser ailleurs. Danser? Oui, elle était une danseuse de génie, quelque chose semblait lui parler. Comme un doux murmure, de brèves sensations d'exaltations apaisèrent la douleur. Sa forme spirituel semblait se déformer très légèrement, bouleversé il ne pouvait ignorer ce petit bout de louve. Surtout qu'elle le savait mort, pour qu'elle soit mise au courant de son décès elle avait dû marcher à ses côtés. Mais soudainement, comme foudroyé, elle exigea des explications.

"Non, non, non! Je ne veux pas, mon passé quel qu'il soit fais toujours mal. J'ai échoué en tant qu'être vivant, alors à quoi bon s'encombrer? Je dois rester aux côtés de Nahelle, je dois être moi. Un mort revenu de nul part, la mort n'a pu me garder en son royaume. Ou alors elle ne voulait vraiment plus de moi. Qu'importe, j'ai rien à dire à cette...merde qu'est-ce que j'essaye de faire là? Stop! STop! STOP!"

Le spectre se redressa sans dire un mot, plongeant son regard dans celui de la louve. Il n'avait de toute manière pas souvenir d'avoir entendu quelqu'un le traiter de bau parleur. Que l'on mentionne son nouveau ou ancien lui, on l'avait toujours qualifié de meurtrier. De sale ingrat, lâche, dégueulasse ivre de sang et de souffrance. Alors pourquoi osait-elle s’intéresser à lui? Ce n'était pas l'intérêt d'une victime, mais bien celle d'une amie. Peut être avait-elle été plus que ça? Cette réflexion fut de trop, sans s'en rendre compte le loup perdait peut à peut la teinte sombre attachée à son corps spirituel. Comme un enregistrement buggé sur un vieux magnétoscope, le reflet permettant à Dan de se projeter au milieu de cette salle s'effaçait. Les mains de la louve étaient encore agrippée à la table, la situation n'était donc facile d'aucun côté:

- J'ai mal, pourquoi quand je te vois j'ai envie de te... prendre dans mes bras? Qui es-tu pour m’obséder à ce point? Je veux juste ... Je ne peux rien expliquer. Si ce n'est qu'une femme aux cheveux verts est derrière tout ça. Si j'étais important à tes yeux désolé... désolé j'ai chier!

Et c'était vrai, la souffrance ne s'altérait pas, sa forme se distordait lentement, emmenant dans sa course ses propres membres. D'ailleurs, là il buggait encore, un frisson sans saveur déforma son échine l'obligeant à retranscrire une émotion de peine qu'il n'imaginait pas pouvoir éprouver. Le loup se contrefoutait des autres, elle était un problème qu'il devait régler. Il savait que sa question était stupide, mais il ne se voyait pas lui demander concrètement si oui ou non ils avaient étés ensemble. Il le sentait, elle avait étée sa louve, l'être pour qui il voulait devenir fort. oui il voulait toujours cette force, encore et encore. Elle était la raison qu'il avait choisit, cette raison qu'il avait perdue. Cette louve, il lui devait tout. La peine ne pouvait être canaliser aussi simplement, un flot de souvenirs étrange, indescriptible et pourtant agréable le submergèrent. Il se sentait libre, comme si un vent frais et matinale lui caressait la peau. Dan tenta de saisir les mains de cette femme, mais s'arrêta à quelques centimètres de ces dernières, se souvenant de son état:

-Pardonnes moi, j'ai voulu encore et encore plus de puissance, je voulais devenir encore plus fort. Je voulais être inégalable, j'ai perdue la raison le jour ou je t'ai abandonner tu... non. Leann.

Une sorte de fumée inodore émanait désormais de la carcasse spirituel, emmenant avec plusieurs parties du corps de l'ancien loup. Chose inhabituel, une fine perle semblait vouloir s'échapper depuis son oeil gauche. Toujours plus douloureux que d'habitude, le spectre sentait son âme vibrer, sa bête voulait retrouver une forme solide. Elle voulait retrouver cette louve, lui montrer qu'il l'aimait encore mais, un autre souvenir balaya tout ça:

-La puissance que je désirais n'aurait jamais pu protéger qui que ce soit...
Leann Ridley
Admin
avatar
Messages : 975
Date d'inscription : 30/09/2012

Feuille de personnage
Particularité: Supporte la douleur à l'extreme.
Emploi: Stripteaseuse
Rang: Chienne érrante

Message par Leann Ridley le Dim 9 Nov - 19:58

Revenir en haut Aller en bas
Le fixant toujours, bien que cela ne soit pas une si bonne idée que ça, puisqu’elle revoyait chaque trait de son visage qu’elle avait pu explorer, faisait ressortir ce qu’elle avait éprouvé dans ces instants passés avec lui, Leann s’aperçu au bout de quelques instants que son corps prenait une forme étrange. Même si le terme de forme n’était pas le plus approprié à la situation. En fait, elle ne savait pas ce qui était en train de se passer avec son ex-compagnon, avec son corps et encore moins avec son esprit. Pourquoi agir de la sorte ? Elle ne comprenait tout simplement pas ! Dans le passé, Danaliel avait peut-être des défauts mais elle avait réellement cru en l’amour qu’il lui portait à cette époque. Elle n’avait pas pu s’être trompée à ce point ! Elle concevait naturellement qu’il puisse ne plus la porter dans son cœur aujourd’hui, mais la louve pensait mériter des explications, y avoir le droit. Ou alors... Serait-ce parce qu’elle était devenue ce qu’elle était aujourd’hui ? Qu’elle n’avait pas le droit d’exiger quoi que ce soit de sa part ? Elle n’aimait pas du tout cette explication mais si elle était exacte, elle ne pourrait malheureusement rien faire contre. Puisque c’était entièrement sa faute si elle était devenue ainsi. Sa faute et aussi la mort de l’être qu’elle aimait à cette époque. Leann avait dû se perdre dans ses pensées plus de temps qu’elle ne le pensait parce qu’elle le vit soudainement se lever. Il allait partir ? Sans aucune explication ? Comme cette fois là ? Alors pourquoi son visage n’exprimait rien qui pourrait corroborer ses suppositions ? Pourquoi est-ce qu’il avait l’air presque -voir plus- perturbé par cette rencontre qu’elle ? Qu’est-ce qui avait bien pu lui arriver ?! Non, la lycanne se mordit la langue pour se reprendre. Elle ne devait pas penser comme ça. Ce loup, aussi fort qu’elle ait pu l’aimer, faisait parti de son passé. Elle ne pouvait pas se permettre de repenser à lui comme un amant... Si elle le faisait... L’image de Danaliel en face d’elle semblait de plus en plus floue, moins nette, comme s’il était en train de s’effacer. Ce qui stoppa net ses réflexions et ne lui laissa simplement qu’un sentiment de peur. Qu’est-ce qu’il lui arrivait maintenant ? Pourquoi avait-elle tellement envie de lui poser la question pour lui venir en aide ? Ce n’était pas bon du tout ! Elle le remercia mentalement lorsqu’elle vit ses lèvres commencer à bouger, ce qui signifiait qu’il allait prendre la parole, jusqu’à ce que le sens de ses propos lui parvienne. Et là, elle devint totalement livide. Elle senti littéralement la couleur de son visage la quitter, ses muscles se relâcher totalement et la laisser comme flasque. Bien qu’elle soit toujours debout, en face de lui. Encore une chance que ses jambes semblaient être ses dernières alliées. Toutes ces paroles la transpercèrent et lui firent mal. Parce qu’elle aurait aimé répondre qu’il lui avait manqué, qu’elle avait été sa compagne et qu’elle le regrettait, mais dans le fond, elle n’en avait plus le droit. Elle n’était même plus celle qu’il avait connu, celle dont il avait pu tomber amoureux ! La lycanne avait tellement travaillé pour ne plus l’être... Et maintenant, elle ne pouvait se permettre de revenir en arrière. Ce n’était plus possible. Voir cette expression sur le visage de son interlocuteur lui fit baisser les yeux quelques instants, se sentant parfaitement incapable de le soutenir. Mais une main, plus ou moins floue, apparut dans son champ de vision, près de l’une des siennes et elle releva aussitôt son regard vers lui et son geste. Non, il ne devait pas la toucher ! Même si au fond, elle en mourait presque d’envie. Elle n’avait toujours pas répondu à ses questions, encore incapable de trouver quoi dire. Tout et rien. Lui hurler dessus que ce n’était qu’un enfoiré qui l’avait laissé seule, qu’il n’avait pas tenu ses promesses, qu’elle le détestait autant qu’elle l’avait aimé. Qu’elle... l’aimait encore. Non. Ca ne se pouvait. Elle était passée à autre chose le jour où elle s’était donnée à Jilan, ce soir . A moins... Qu’elle n’ai fait que fuir et chercher un moyen comme un autre d’oublier sa peine, de la refouler ? Bordel de merde ! Elle ne savait plus où elle en était et ce n’était pas bon du tout ! Surtout maintenant ! En pleine mission ! La suite, fut d’autant plus difficile à entendre. Lui pardonner ? Comment osait-il lui demander une chose pareille ?! Qu’il lui rappelle ce moment lui serra la gorge. Qu’il se taise... Maintenant. Entendre son prénom dans sa bouche finit par la faire craquer et une larme se mit à rouler le long de sa joue. Il fallait absolument qu’elle sorte de là, qu’elle change d’air ou elle allait s’effondrer. La fin de ses propos lui permet de se reprendre, un peu. Alors même qu’elle essayait de ne pas s’inquiéter de cette fumée qui semblait le consumer.

« Enfoiré. » Murmura-t-elle, pourtant assez fort pour qu’il l’entende. « Je voulais devenir forte pour t’aider, rester à tes côtés. Pourquoi n’as-tu pas attendu ?! Ne m’as-tu pas attendu ?! Tu étais mon loup, tu aurais dû... Avoir confiance en moi. »

Elle leva la main pour toucher celle qui s’était approchée d’elle précédemment mais elle devint fumée au contact de ses doigts. Le faisant un peu plus disparaitre.

« Non... »

Reste ? Comment pouvait-elle lui dire ça ?! Alors qu’il devait partir le plus loin possible d’elle pour qu’elle se reprenne ? Elle le fixa dans les yeux, sentant les siens malheureusement rempli de larmes contenues. Elle voulait le voir partir autant qu’elle voulait se blottir contre lui. Putain de sentiments !

« Je vais retrouver cette femme aux cheveux verts, et lui faire cracher ce qu’elle sait sur toi... Sur ce qui t’es arrivé. »

Sa voix était devenue un peu plus froide, bien que tremblante. Mais diriger sa colère contre quelqu’un d’autre était presque un soulagement. Un échappatoire inattendu en quelque sorte.


>> hrp : mp-moi si le coup de la main ne te conviens pas x) <<
Nahelle Syllya
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 28/03/2014

Message par Nahelle Syllya le Lun 10 Nov - 1:54

Revenir en haut Aller en bas
Enfin, elle daignait enfin lui répondre. Oui il se sentait comme libérer. La douleur s'évaporait avec lui . Les larmes contenues finirent par dissoudre ses yeux, emportant dans leurs chutes plusieurs lambeaux de peau. Poussières, fumée et haine constituaient son être. L'amour, la joie, le bonheur, le désir et la compassion ne pouvaient imprégner plus longtemps son âme. Plusieurs craquelures parcoururent sa peau, délivrant une fumée aussi sombre qu'opaque. Lorsque sa main disparut à son tour, il eu la même réaction que la louve. Sans comprendre pourquoi, il trouvait cette dernière farce injuste.

Pourquoi ne pouvait-il pas la toucher, ne serait-ce qu'une brève seconde ? Pourquoi fallait-il que ce genre de choses arrivent? Qu'avait-il bien pu faire au monde pour qu'il se venge ainsi? Le processus de dissolution allait trop vite, sans réellement réaliser le pourquoi du comment, il savait que la sorcière était encore derrière tout ça. Une forme de système de sécurité peut être? La réponse sommeillait sous la langue de l'autre vipère. Il savait ce qu'ils étaient, il se rappelait maintenant d'elle, sa louve ne méritait pas qu'il revienne la hanter. Danaliel, tel était son nom. Danaliel Lofen, bêtes assoiffées de violence et de haine. Tuer, voler, frapper et intimider furent un quotidien dans lequel il avait baigné de très longues années. A nombreuses reprises, le loup s'était retrouvé seul. Perdu dans cette ville, son errance n'avait jamais été remise en question. N'éprouvant ni le besoin de changer de vie, ni celui de faire quoi que ce soit de mal, jusqu'aux jours ou elle s'était pointée dans sa boîte. Cette fameuse soirée, cette nuit qu'il pensait inoubliable.

Il ne pouvait plus bouger, ses bras venaient de s'effriter, se volatilisant là ou rien n'est, tout comme ses jambes et plus généralement le reste de son corps. Ne restaient plus qu'une moitié de visage, ainsi qu'un buste s'effondrant tranquillement sur son abdomen. Il ne pouvait même plus la voir, son parfum avait disparut en même temps que le reste. Ses dents se serrèrent les une contre les autres, allant même jusqu'à s'entre fendre. Il allait l'étrangler de ses propres mains, cette maudite pute. Comment osait-elle? Elle le savait et ne lui avait rien dit. Qu'importe la raison, la folie allait s'exprimer encore un peu. Elle allait payer, comment osait-elle le mettre dans cet état. Il en avait rien à foutre de son passé, rien à foutre de devenir un esclave zombifié, rien à foutre de cette ville. Mais ça, il ne lui pardonnerait jamais. Il se voyait déjà lui briser la nuque à coup de ranger. Vivant, mort, ressuscité, personne, non personne n'avait le droit d'infliger ça à Leann. Elle aurait dû lui dire dès les premières secondes! Comment avait-elle osée? Qu'importe la raison il allait lui faire payer. Il allait la chercher, la trouver, puis lui démonter la gueule. Mais avant, il lui restait quelque chose à faire.

Ses lèvres s'entrouvrirent, laissant une faible complainte filer au loin. La voix des morts n'était jamais chaleureuse, ni rassurante pour les mortels. Elle portait une teinte fataliste rappelant à chacun à quel point l'autre côté était floue. Ses souvenirs lui avaient révélés quelque chose qu'il espérait être aussi doux que n'importe quelle caresses. S'étirant avec une fluidité contrastant parfaitement avec son état, ses lèvres offrirent un sourire qu'il espérait être le dernier. Vous savez, ce fameux sourire, cette signature qu'il imposait aux gens lui étant cher. Son ventre éclata dans un nuage de fumée, plongeant les trois énergumènes dans un brouillard inodore. Ne restait plus que ce sourire salvateur, sa seule et unique force. Son véritable pouvoir, sa puissance, dernière chose qu'il lui prêterait. :

-Je retournerais cette ville, je la trouverais, je la frapperais jusqu'à ce qu'elle implore pardon et je te l'apporterais. Là tu pourras lui demander ce que tu veux... dans ce bois maudis ou j'ai trompé raison avec folie.

Son sourire s'effaça comme le reste, ne laissant encore une fois qu'un éphémère souvenir,
Leann Ridley
Admin
avatar
Messages : 975
Date d'inscription : 30/09/2012

Feuille de personnage
Particularité: Supporte la douleur à l'extreme.
Emploi: Stripteaseuse
Rang: Chienne érrante

Message par Leann Ridley le Mer 12 Nov - 10:22

Revenir en haut Aller en bas
Le voir disparaitre petit à petit sous ses yeux était une vision qu’elle n’aurait jamais souhaité avoir. Elle avait essayé de le toucher et le résultat n’avait pas été très probant : cela l’avait fais encore un peu plus disparaitre. La louve aurait aimé détourner les yeux pour ne plus le voir dans cet état, pour ne pas être hantée par cette vision, mais elle ne le fit pas. Elle ne savait pas si elle allait le revoir, elle ne savait même pas si elle le désirerait, alors si encore un peu, elle pouvait apercevoir sa carrure, sentir une petite partie de cette odeur qui l’avait tant rassuré, alors elle ne pouvait pas se permettre de détourner le regard. Et tant pis si elle ne pouvait plus dormir pendant des jours, elle devait le regarder. Sa gorge était toujours autant serrée mais ses larmes avaient arrêté de couler, restant suspendues à ses cils. Elle ne pouvait pas se permettre de se laisser davantage aller dans cette situation, elle voyait du coin de l’œil ses collègues rebelles s’affairer à leur mission, lui rappelant ce qu’elle était venue faire ici, même si une grande partie d’elle avait envie de tout envoyer valser et ne se préoccuper que de Danaliel. Merde. Ce n’était pas bon du tout ! Leann inspira à plusieurs reprises, pour se calmer du mieux qu’elle le pouvait mais elle ne pu empêcher un sursaut quand le son sorti de la bouche de son ex-compagnon, lui donnant des frissons incontrôlables tout le long de l’échine. Cela donnait littéralement froid dans le dos et elle savait qu’aucune couverture, présence, ne pourrait parvenir à la faire fuir. Quand se fut au tour de son ventre de voler en éclat, elle fit un pas vers lui, chose inutile puisqu’elle n’avait aucune possibilité de le garder ici, près d’elle. Sa bête grogna violemment à l’intérieur d’elle, grattant presque les parois métaphysique de son corps pour sortir. Mais elle ne pouvait la laisser faire. Elle ne pouvait se permettre de perdre le contrôle. Même si c’était ce qu’elle désirait : laisser la place à sa bête pour se replier sur elle-même et réfléchir à tout cela. Mais ça ne lui était pas permis. Elle avait une mission à accomplir et elle devait s’y tenir, aussi douloureux cela puisse être.

Son sourire, l’une des nombreuses choses qui lui manquait, la fit trembler violemment et elle dû s’envelopper de ses bras pour se calmer. A défaut d’avoir d’autre bras pour le faire. Elle était seule ici, face à ce phénomène, à cet être qu’elle avait tant aimé. Même si son ami lupin ne devait pas être loin, Leann se sentait cruellement seule et sans défense. Ce qu’elle détestait ce sentiment. Elle voulait se sentir forte et protégée, protégée par elle-même, puisque personne ne pourrait le faire mieux. Ou parce qu’elle ne voulait plus laisser quelqu’un le faire. Bref, toute son attention se concentra sur les lèvres de son loup, ce qu’elle aurait aimé les embrasser une toute dernière fois, mais ça ne lui était pas permis. Elle écouta chacune de ses paroles et aussi étrange que cela puisse être, elle les crut toutes. Elle lui faisait toujours autant confiance que dans le passé, alors même qu’il avait faillit à sa parole, mais qu’importe. La jeune femme hocha bêtement la tête de haut en bas comme signifie d’accord, alors même qu’il ne pouvait plus la voir. Ridicule. Quand il finit par littéralement disparaitre, la louve leva une main dans la fumée qu’il restait pour essayer de s’en saisir, alors même qu’elle avait conscience que cela ne servait à rien. Une dernière goûte salée glissa le long de sa joue, en guise de pardon. Elle se rendit compte à cet instant qu’elle aurait le lui demander. De l’excuser elle. D’être devenue ce qu’elle était aujourd’hui. Différente de celle qu’il avait connu. Elle n’aurait pas dû lui parler ainsi alors que leur histoire était normalement terminée. Elle n’aurait pas dû vouloir le retenir mais plutôt l’aider à partir. La rebelle finit par faire descendre sa main, qu’elle plia pour faire un poing et elle frappa violemment la table sur laquelle se trouvait encore endormi Natsume. Elle brisa le meuble en deux à l’endroit où elle avait frappé et elle dû rattraper son ex-colocataire pour ne pas qu’il tombe et dévale les escaliers de l’amphithéâtre. Lui aussi, elle allait devoir lui reparler. Mais plus tard, quand elle aura déjà surmonté ce qui venait de se passer ici. Elle déposa doucement le corps endormi sur le sol, sur le dos. Une mèche de ses cheveux fut repoussée du bout du doigt pour dévoiler son visage, et elle ne pu s’empêcher de le revoir. Endormi sur le canapé de ce trio qu’il avait formé. Stop. Il fallait que cela cesses. Immédiatement.

La louve se redressa, essuyant d’un revers de son bras les larmes qui subsistaient dans ses yeux. Si elle voulait pleurer, elle le ferait plus tard, à l’abri des regards et surtout, seule. Elle jeta un coup d’œil à la salle, des cibles avaient déjà étaient emmenées, elle ne pourrait pas dire lesquelles mais il y avait de nombreux trous dans les étages, ça ne pouvait être que ça. Regardant une dernière fois où s’était trouvé Danaliel, elle se mordit la lèvre à sang et tourna les talons. Déterminée à laisser tout ce bordel de côté et finir sa mission. Elle laissa son flaire jouer pour elle et elle ne tarda pas à trouver l’odeur d’un hybride. Quand elle tourna les yeux dans la direction indiquée par son sens, elle découvrit une jeune femme. Elle ferait l’affaire. Elle l’attrapa par les cheveux pour la redresser, sans aucune délicatesse et la jeta sur son dos par la suite. Direction ce véhicule pour la fourrer dedans.
Natsume Kageya
Admin
avatar
Messages : 1216
Date d'inscription : 01/05/2012
Age : 25
Localisation : Là où tu ne me trouveras pas

Feuille de personnage
Particularité: Son albinisme
Emploi: Chasser du rebelle
Rang: Elite du Cercle

Message par Natsume Kageya le Mer 12 Nov - 17:52

Revenir en haut Aller en bas
Des soupirs féminins. Des caresses sensuelles. Il s'agissait là d'un rêve vraiment délicieux sous tous les angles. Le garçon revint doucement à lui, non sans essayer de lutter pour demeurer un peu plus longtemps en compagnie de ces deux charmantes créatures venues peupler ses songes. Natsume ouvrit lentement les paupières, celles-ci lui semblaient lourdes. Intrigué de ressentir les articulations de ses avants bras douloureuses, il se rendit compte -après quelques minutes passées à les fixer bêtement- qu'il avait levé les bras pendant son sommeil. La forme arrondie que ses mains essayaient vainement de saisir, ne laissait planer aucun doute sur l'objet de leur désir. Tch. Tout ça n'avait vraiment été qu'un rêve ? Il devait être frustré pour rêver de la sorte... Le darkness reprit possession de son corps, les dernières illusions de son long sommeil se dissipaient progressivement. Il n'avait pas bougé, s'étant simplement avachi sur le dossier de son siège lorsque le produit libéré avait finalement agi sur lui. Mais son esprit avait encore du mal à comprendre ce qui s'était passé. Il s'était endormi ? Comme ça ? Non, il se rappelait vaguement quelques détails perçus avant de perdre complètement connaissance. Quoi qu'il ait pu faire pendant tout ce temps, ce n'était en rien volontaire ! Bien que plaisant malgré tout. Son sourire satisfait disparut lorsque Natsume sentit quelque chose d'humide sur son menton. Quoi, il avait bavé dans son sommeil en plus ? Super tiens. Le garçon s'essuya rapidement pour éviter que d'autres personnes, en particulier ses voisins les plus proches ne remarque quelque chose à leur tour. Et maintenant ? Le regard rubis parcourut l'assemblée. Tout l'auditoire semblait reprendre doucement connaissance, comme lui un peu plus tôt. Un problème technique ? Une simulation en vue d'introduire le vif du sujet de la conférence ? Le darkness se souvint alors de l'individu qu'il avait remarqué un peu plus tôt et son attention se dirigea aussitôt vers l'estrade. Chaque membre du personnel ainsi que du corps enseignant, chargé d'organiser ladite conférence paraissait lui aussi dans les vapes. A commencer par le mec aux cheveux rouges. Sans s'en rendre compte immédiatement, Natsume s'était levé d'un bond, pour tenter de repérer sa cible plus rapidement. Si ce type n'était pas dans le coup alors qui... ?

 « Dites, vous n'auriez pas vu un garçon de mon âge ? Grand, aux yeux bleus et... »

Agacé, le darkness se tourna en direction de l'étudiante qui venait de l'interpeller. Comme s'il s'intéressait aux mecs ! Bon, en soi, il n'omettait pas cette possibilité en termes d'expériences mais il préférait encore juger la marchandise avant de la tester. Il n'allait pas remarquer chaque figure masculine qui se présenterait à lui merde ! Alors qu'il ouvrait la bouche pour lui répliquer sèchement qu'il n'en avait rien à faire et qu'elle ferait mieux de chercher par elle-même, ses propos-ci restèrent au fond de sa gorge, pour être aussitôt remplacés par d'autres.

 « Bordel ! Il est passé où mon double fantasme ?! »

Une expression de dégoût se lut sur le visage de son interlocutrice, visiblement pas du tout contente d'entendre à la fois ce genre de propos dans la bouche de l'albinos mais également de se voir ignorée dans sa détresse. Elle s'éloigna donc, vexée et peu désireuse de renouveler sa demande d'aide auprès de Natsume. Quant à ce dernier, ses deux mains venaient d'agripper fermement la table en bois qui constituait le rang devant lui alors que son entière attention était dirigée sur l'un des premiers rangs, tout en bas. En effet, lorsqu'il s'était installé à cette place, le garçon avait remarqué un charmant duo féminin, qu'il imaginait bien se taper à la suite de cette fichue conférence. Les deux en même temps entendez bien. Mais à sa grande surprise, l'une des filles avait disparu. Ce genre de détail ne pouvait pas lui échapper ! Comment étais-ce possible alors que tout le monde ici présent semblait sortir d'un long sommeil ? Pourquoi cette déesse aux longs cheveux blonds s'était-elle évaporée dans la nature ? Aurait-elle miraculeusement échappé à la somnolence générale ? Dans ce cas, pourquoi quitter les lieux sans son amie ? Laquelle ne tarda pas à remarquer l'absence de ladite déesse...

 « Christie !  Quoi ? Elle a disparue ?! » paniqua-t-elle.

Oui Christie. Pourquoi as-tu donc mystérieusement disparu ? Le darkness ne comprenait plus ce qui se passait. Deux personnes portées disparues ? Non, ci et là, de nouvelles exclamations se faisaient entendre. Des proches, des amies appelant leurs connaissances brusquement sorties de leur champs de vision. La panique s'empara doucement mais sûrement de l'amphithéâtre. Il restait là, debout, immobile. Que devait-il faire ? Il n'en avait aucune idée ! Son attention revint alors en direction de l'estrade. Oui, il devait interroger ce type, lui faire cracher ce qu'il savait ! Alors pourquoi il n'en avait soudain plus du tout l'envie ? Natsume voyait bien que sa cible semblait aussi déboussolée que lui dans ce début de chaos. Déjà, elle était prise d'assaut par les personnes chargées de l'organisation de la conférence, probablement ses collègues, qui tentaient de lui soutirer des réponses quant à ce qui venait de se passer. Alors, ils n'étaient vraiment pas dans le coup hein ? Laissant de côté cette hypothèse pour le moment, le garçon ne put que constater la situation actuelle, impuissant : des personnes venaient de s'évaporer devant ses yeux, sans même qu'il ne s'en rende compte ! Des civils, des étudiants, bref, des citoyens qui n'avaient rien demandé ! Le darkness serra les dents à s'en faire mal. Comment avait-il pu laisser ça se produire ?! Et il osait prétendre faire parti du Cercle, organisation gouvernementale chargée de protéger les habitants de l'Avventura ? Quelle honte... ! Cependant, s'il ne pouvait pas prétendre agir pour eux du fait de sa faiblesse et de son manque de vigilance, il comptait bien mettre tout en œuvre pour retrouver les personnes portées disparues. A commencer par cet étudiant aux yeux bleus... Natsume chercha du regard la jeune femme qui l'avait accosté peu de temps auparavant et s'approcha d'elle. Après une courte conversation, le darkness entama les recherches à ses côtés.

~~~~Signature~~~~


[19:15:57 28/10/2015] Tomhas Paliakov : Na-tsu-me-sa-ma ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Entretien avec un vieux
» Entrevue avec le DG des Bruins
» Entretien avec ma future baby-sitter [pv Charlotte]
» Event #3 : Nouvel an 2016 !
» Des extraits d'un entretien avec Jean Erich René

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Avventura :: Archives RPs :: Rp terminés :: RPs évenementiels-