Rencontre imprévue [Event Rebelle|Poison][ pv Aline] (CLOS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Partagez|
Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Ven 17 Oct - 18:17

Revenir en haut Aller en bas
(Pour faciliter la suite des évènements j'ai directement posté dans l’Amphithéâtre mais le début du rp se déroule dans la cour du campus)

Combien de jours s'étaient écoulés depuis ma fugue? 3 semaines? Un mois? Je ne comptais même plus le nombre de jours de marches me séparant de mon ancienne demeure que je haïssais tant depuis la mort de ma mère. J'étais enfin arrivé à l'Avventura, la fameuse ville où se trouvait mon père avec qui j'avais de nombreux comptes à rendre. Après des débuts tumultueux dans les montagnes près de la ville, j'espérais enfin avoir un peu de repos. Cependant le désir de le retrouver avait été plus fort que tout. Animée par la vengeance, je souhaitais voir souffrir cette personne autant que j'avais souffert, quitte à mourir en essayant d'y parvenir.

Désireuse d'explorer cette ville qui allait devenir mon nouveau foyer le temps que la mission que je m'étais fixée soit accomplie, je décidais en premier lieu d'explorer l'endroit le plus réputé de la ville: son campus. Malgré que nous étions en début de soirée et que le soleil s'estompait peu à peu pour laisser place à l'obscurité, certains étudiants vadrouillaient ci et la bien qu'ils étaient loin d'être aussi nombreux qu'en pleine journée. Sans prononcer un seul mot et faire le moindre bruit dans mes pas, certains étudiaient semblaient me fixer comme si je venais d'une autre planète. Mes longs cheveux blonds descendants jusqu'à mes fesses combiné à mes yeux couleur de l'océan me donnait en effet un air peu commun par rapport à la plupart des filles de ce lieu. Ma peau quant à elle, pâle et vierge de toute imperfection comme tout autre vampire, se faisait moins remarquer par sa blancheur alors que la nuit montrait le bout de son nez. Je portais un jean ainsi qu'un chemisier blanc, dont l'ensemble donnait une impression de fille sage et innocente. Ils étaient bien loin de se douter que j'avais largement de quoi me défendre et bien plus de force que mon corps petit et frêle d'apparence laissait penser.

En ayant finalement marre de me balader sans cesse, je m'assis dans l'herbe en regardant les environs. Mon regard perçant pouvait sans problème regarder tout ce qui m'entourait tout en restant à ma place. Ayant toujours vécu comme vampire, on m'avait dit que les humains étaient moins forts, moins rapides et avaient des sens moins développées que les nôtres. Pour un être comme moi, ayant été un être considéré comme faisant partie des légendes par les humains dans le passé. Être allergique au soleil et devoir me nourrir de sang était quelque chose de tout à fait normal et je trouvais même cela bizarre que les humains ne craignaient pas le soleil comme nous et n'avaient même pas besoin de boire du sang pour vivre. D'une façon nonchalante je m'allongeais dans l'herbe en fixant le ciel. Les nuages avaient complètement disparues et l'on pouvait voir très clairement les étoiles qui commençaient à pointer le bout de leur nez. Me sentant alors calme et sereine, en m’imprégnant du calme de l'endroit, un détails vint cependant perturber ma sérénité.

"Y'en aurait un autre dans le coin?"

Me dis je en pensée, tandis que son odorat venait de desceller l'odeur caractéristique d'un autre vampire, mâle ou femme ça je n'en avait aucune idée mais j'étais certaine de ne plus être seule au milieu de tout ces humains. Soudain prise d'une intense curiosité, je me relevais d'un bond en cherchant du regard d'où provenait l'odeur que j'avais desceller précédemment. En face de moi, à quelques mètres seulement, se tenait une jeune femme qui semblait avoir un âge semblable au mien, du moins en apparence. Ses longs cheveux ainsi que ses yeux étaient très semblables aux miens, si bien que je me mis à penser qu'il y avait une certaine ressemblance physique entre nous. Venant aussitôt près d'elle et usant de mon tact légendaire je me mis à lui près d'elle.

Dis tu serais pas une vampire?


Souriant légèrement, j'attendais la réponse de la demoiselle qui curieusement semblait beaucoup moins joyeuse que moi à l'idée de trouver un congénère.
Aline
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 17
Localisation : Non loin des montagnes

Feuille de personnage
Particularité: Peut hypnotiser les humains
Emploi:
Rang:

Message par Aline le Sam 18 Oct - 15:44

Revenir en haut Aller en bas
Il faisait presque nuit, si bien qu'Aline pu sortir et se rendre à l’université sans se faire rôtir vivante. Cela faisait tellement longtemps que la demoiselle n'était pas retournée à l'école, et on ne pouvait pas dire que cela lui manquait atrocement. Mais alors, pourquoi y retourner maintenant? Aline elle-même n'en avait aucune idée. Peut-être pour voir comment les cours se déroulaient au 21ème siècle? Ou tout simplement, pour apprendre de nouvelles choses? N'était-ce pas là, le but principal de l'éducation? Quoi qu'il en soit, la vampirette aux cheveux d'or se retrouvait désormais dans la cour d'un établissement scolaire, totalement perdue.

Des étudiants passaient de partout, et Aline ne savait plus comment se repérer. Mais hors de question pour elle de demander de l'aide à qui que ce soit. Non, certainement pas. Son égo le lui reprocherai lourdement. Étrangement, la blondinette obéissait toujours à son égo et à sa conscience -à se demander si elle en avait une-.
La jolie blonde tournait la tête de tous les côté, à la façon d'un suricate apeuré, cherchant vainement un point de repère. N'importe le quel. Un panneau indiquant quelle porte prendre, une pancarte avec le nom des salles inscrit dessus... Il ne faisait aucun doute, les moyens d'éducation avaient considérablement changé depuis les années 1830. Années, pendant lesquelles Aline avait reçu la meilleure éducation que l'on puisse offrir à une jeune fille de bonne famille de cette époque, au cour de laquelle l'éducation des femmes n'étaient pas la principale préoccupation de la population. Il suffisait à une femme d'être bien mise, bien préparer, bien polie et souriante, bien obéissante, et surtout bien naïve pour plaire à la gent masculine. Ses qualités intellectuelles et sa culture générale n'étaient pas spécialement mise en avant lors des réunions mondaines et autres. Si bien que notre Aline, n'avait jamais vu en l'école une activité qui pouvait rapporter beaucoup de privilèges. Sans le savoir, elle se trompait ouvertement. L'école est bien une chance quand on sait que des milliers et des milliers d'enfants, filles et garçons confondus, n'ont pas encore accès au savoir et aux connaissances malgré la belle époque que nous vivons. Mais tout cela, Aline ne s'en était jamais préoccupée, ayant été élevée dans cette atmosphère ci. Aline, jeune fille pleine de vie à l'époque, s’intéressait plus au choix de sa future robe de bal et de ses nouvelles tactiques de flirt qu'à ses résultats scolaires et à ses leçons de mathématiques. Mais qui n'a jamais préférer aller faire une fête plutôt que de rester chez soi à réviser ses leçons en vue du contrôle du lendemain?

Ainsi, Aline était de retour à l'école après des années passées à vadrouiller de ci de là, sans s'attarder dans un établissement scolaire quelconque. N'ayant jamais follement aimé l'école, elle se demandait toujours à ce que ça pouvait bien servir... A son époque, elle suivait des cours à domicile avec une gouvernante. Une vieille fille qui ne souriait jamais, et qui avait un goût prononcé pour les robes grises ternes et les chignons bas et bien serrés. Avec ses sœurs, la jeune fille insouciante qu'était Aline en faisaient voir de toutes les couleurs à leur gouvernante au sourire si pincé. Élève dissipée, Aline n'avait jamais obtenue des notes qui atteignaient des sommets. Pourtant, elle arrivait toujours à amadouer son institutrice, pour que cette dernière élève ne serai-je qu'un tout petit peu, ses notes. Sa pauvre mère, qui n'y voyait que du feu, s'évertuer à féliciter sa fille, sans se douter une seule seconde qu'elle se faisait mener en bateau. Ses sœurs, portant si complices avec Aline pendant les heures de cours, vouaient une jalousie chronique à Aline, se demandant bien quel était son secret pour être si adorer et aduler alors qu'elle ne faisait absolument aucun effort pour répondre correctement aux questions de leur pauvre gouvernante.

Donc, reprenons. Aline était en train de chercher un point de repère, serrant contre elle un classeur aux teintes roses et un stylo. Les quels, ainsi que sa tenue du jour composé d'un pantalons en toile fluide d'une couleur crème, d'une chemise claires aux motifs désordonnés de petits papillons pâles et d'une paire de sandales basiques, avaient été acheter avec l'argent que gardait une nouvelle de ses victimes sur elle. Avant de venir, comme à son habitude la demoiselle s'était nourri et avait récupérer l'argent de la personne.
Elle avait également tressé ses longs cheveux clairs en une grande natte qu'elle laissait reposer sur son épaule. Dans cette tenue, Aline semblait si fragile, si délicate qu'on pourrait croire qu'elle pouvait se briser à chaque instant. Elle ressemblait plus à une jeune fille frêle et douce, qu'à une meurtrière sans pitié. Qui aurai-pu se douter de son passé douteux à la voir dans cette tenue?

Pendant qu'Aline était perdue dans ses pensées, une jeune fille -un vampire à en juger par son odeur et son teint un peu trop pâle pour appartenir à l'espèce humaine- s'approcha d'elle et l'aborda comme si elle se connaissaient depuis toujours. Aline ne l'avait pas vu arriver, et n'avait même pas prêté attention à ses bruits de pas. La jeune fille en question semblait être le sosie vivant d'Aline. Les mêmes cheveux, aussi mince qu'elle, la petite taille tout était, du moins presque, semblables.

Notre chère Aline, qui n'était pas d’excellente humeur aujourd'hui, la toisa d'une regard farouche.

*D'où c'est qu'elle sort, celle là?!* pensa-t-elle.

Elle la dévisagea un moment, trouvant sa question bien stupide et tellement naïve.

"Sans blague, pas besoin d'avoir bac plus dix pour le deviner." répondit-t-elle froidement.                

~~~~Signature~~~~

Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Sam 18 Oct - 23:55

Revenir en haut Aller en bas
Moi qui me faisais une joie de rencontrer une autre congénère après des semaines passés seule au milieu de tout ces humains (à part un lycan et un Darkness). Je me mis vite à déchanter en voyant la réaction de mon interlocutrice. D'abord stupéfaite de cette réaction que je n'avais pas prévue, la stupéfaction laissa bien vite la place à la colère.

Hey! Tu pourrais être un peu plus aimable! C'est une habitude de snober les gens dans le coin?

Lui rétorquais je, mes yeux passant temporairement du bleu au rouge sous l'impulsion de mon courroux. Une fois que mes yeux eurent reprit leur apparence de base, je toisais la vampire avec un air plus calme mais toujours un peu vexée. Après ce qu'elle venait de me dire, une chose était sure, elle et moi n'allions certainement pas devenir les meilleures amies.

Tu connais les lieux au moins? Je voulais visiter mais je me suis un peu paumé.

Déclarais je, non sans un certain embarras bien que cette vampire se foutait certainement de mes états d'âme comme de l'an 40. Qu'importe car je comptais juste lui demander un renseignement et de préférence rester à distance de cette femme. Je ne pensais pas ça uniquement car elle m'avait blessé dans mon amour propre, elle avait un regard des plus intimidants. Je l'avais bien senti quand elle m'avait fixé tout à l'heure, ses yeux étaient les mêmes que les vampires psychopathes pouvant tuer à tour de bras. Nous les vampires Castellan, étions des vampires ayant renoncé à nos pulsions meurtrière, mais par le passé ma famille avait rencontré de nombreux autres vampires qui eux prenaient toujours autant de plaisir à la tuerie et ma mère me racontait souvent quel genre de regard ils possédaient.... Quelle ironie sachant que ma mère s'était éprise d'un homme possédant lui aussi ce genre de regard.

Poussant un bref soupir, j'attendais la réponse de la demoiselle tout en faisant une sorte de duels de regard avec elle. Si elle pensait que j'allais baisser les yeux en premier elle se plantait magistralement, je n'était pas du genre à me laisser marcher dessus et ce n'est pas maintenant que ça allait commencer. Vu ses vêtements et sa façon de parler, c'était à coup sur une petite bourge qui ne sentait pas pisser. Remarque je venais aussi de la bourgeoisie mais j'avais tout de même la décence de ne pas prendre les gens de haut comme elle venait de le faire avec moi. Sans savoir réellement pourquoi je restais malgré tout près de cette femme dont le physique était tellement semblable au mien, à nous voir assises l'une à côté de l'autre, des étudiants auraient sans doute penser que nous étions sœurs jumelles. Si on excluait bien sur le style vestimentaire et la personnalité qui nous opposaient du tout au tout. Souhaitant tout de même tenter une dernière fois de briser la glace au risque de me prendre une autre remarque en pleine figure, je repris la parole.

Je m'appelle Aéris et toi comment tu t'appelles?

Demandais je avec un sourire forcé, faire au mieux pour être polie quand on avait envie à ce point d'envoyer chier une personne était vraiment une chose difficile que j'étais loin de maitriser. Politesse ou pas, la demoiselle en face de moi avait toujours un air sévère et peu enclin pour sympathiser. Ne sachant même pas si elle prendrait la peine de répondre à ma question, j'adoptais alors une mine blasée et découragée. Hormis mes projets de vengeance j'aurais aimé sympathiser avec deux ou trois personnes, mais à part Bran qui s'était montré si gentils avec moi, je n'avais fait que des mauvaises rencontres.
Aline
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 17
Localisation : Non loin des montagnes

Feuille de personnage
Particularité: Peut hypnotiser les humains
Emploi:
Rang:

Message par Aline le Dim 19 Oct - 19:12

Revenir en haut Aller en bas
La première remarque de la dite Aéris ne plut guère à Aline. La demoiselle redressa le menton fièrement, geste si simple mais qui pourtant pouvait en dire tellement long sur la personne qui le faisait. Elle continua à détailler la jeune fille de la tête aux pieds. Mais elle choisit de laisser couler. Inutile de vous demander pourquoi, Aline elle-même n'en savait strictement rien. Mais pourtant, elle ne répondit rien.

Aline fut surprise devant les changements de couleurs des yeux de son interlocutrice. Ils passaient du rouge le plus profond au bleu le plus pâle, d'un instant à l'autre. Jamais durant sa -trop- longue vie, Aline n'avait rencontré quelqu'un capable d'une telle chose. Il fallait préciser aussi, qu'Aline n'en avait rien à fiche des autres. Elle s'en fichait éperdument, seule sa précieuse carcasse trouvait grâce à ses yeux. Elle avait toujours était autant individualiste et égoïste qu’aujourd’hui, cela faisait tout simplement parti de sa personnalité un peu trop glauque. Seulement un fois dans sa jeunesse, Aline avait cessé de penser uniquement à elle-même. Cela s'était produit la première et dernière fois qu'elle était tombait amoureuse d'un vampire. C'était à cause de lui -ou grâce à lui selon les points de vue- qu'elle était devenue un vampire et par conséquent une assassine. Mais c'était quand même elle qui lu lui avait demandé. Sans sa demande, il n'aurait évidemment pas créer une meurtrière de plus. Elle pensait certainement qu'en devenant comme lui, une créature de la nuit, il resterait avec elle pour toujours. Seulement voilà, la vie ce n'est pas comme dans les contes de fées, loin de là. Ce vampire, dont on ne se souvient même plus du nom, était finalement parti de la région où résidait Aline. Les habitants de cette région là, étaient totalement superstitieux et assez paranoïaque envers les créatures surnaturelles. Comme au Moyen-Age, ils essayaient de traquer les vampires. Ils tombaient d'ailleurs, essentiellement sur des soi-disant sorcières. Et qu'il soit dit en passant, n'étaient des sorcières uniquement dans l'esprit des habitants. Mais bon, il ya toujours un risque pour un vampire. Alors il s'était fait tout simplement la malle, sans en toucher mot à Aline. Et elle ne le revit plus jamais. Cette dernière avait ressentit alors pour la première fois de sa vie, de la tristesse du à quelqu'un. En essayant de reprendre sa vie normale, elle s'était rendue compte qu'elle avait fait une énorme erreur. Mais elle avait refusait de se l'avouer, et refuse toujours aujourd'hui. Depuis ce jour, la vie d'Aline avait commencé à aller de mal en pis, de même pour son mental. Et la jeune folle avait totalement renoncer à son humanité, et avait également perdu radicalement confiance en les hommes.

 Aline remarqua que son interlocutrice semblait autant déboussolée qu'elle-même dans ce bâtiment inconnu. Les soupçons d'Aline se confirmèrent avec la question de la jeune blonde. Aline haussa les épaules d'un air navré. Bien qu'elle ne soit pas vraiment navrée. C'était juste par habitude.

"-Hum, non. Je suis nouvelle." déclara-t-elle en bien tout honneur.

Bizarrement, Aline n'avait pas tellement envie que la jeune Aéris s'en aille découvrir les lieux toute seule. Non, qu'Aline souhaite se faire amies avec la jeune fille. Il ne faut tout de même pas rêver... Disons plutôt, qu'elle n'était pas la seule à être perdue. Et quand on est deux, on se sent plus fort. Bien qu'Aline n'ai besoin de personne. Elle est tellement égocentriste qu'elle se suffit à elle-même.

Ne voulant demander la première, Aline répondit seulement à la dernière question de Aéris. D'un ton glacial et mauvais, comme pour bien lui montrer qu'elle ne l’appréciait pas le moins du monde. Même si elles ne se connaissaient pas du tout.

"-Aline." répondit-t-elle simplement, sans s’embarrasser de tous ces chi-chi qu'elle détestait tant.    

~~~~Signature~~~~

Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Lun 20 Oct - 20:14

Revenir en haut Aller en bas
Alors comme ça cette vampirette était nouvelle elle aussi? Petit à petit je me rendais compte que je n'étais donc pas la seule paumée dans le coin. Exprimant un air embarrassée devant le fait qu'elle n'en savait pas plus que moi sur ce lieu, je tentais une nouvelle question pour espérer avoir d'autres renseignements.

Tu viens d'arriver en ville toi aussi alors? Je suis venu ici par ce que je suis à la recherche de quelqu'un mais j'imagine que tu ne dois pas connaitre beaucoup de monde ici...

Rétorquais je, espérant qu'elle aurait la curiosité de me demander quelle personne je recherchais et que par miracle elle ai déjà vu cette fameuse personne. Cependant je ne me faisais pas trop d'illusions, on sentait bien qu'elle se fichait complètement de ce qui m'amenait ici, de même que son attitude vis à vis de moi ne me demandais pas spécialement envie d'en savoir plus à son sujet. Sans même que je m'attende vraiment à une réponse, la jeune femme me dit son nom, Aline? C'était un prénom assez joli et encore une fois assez semblable à mon propre prénom. On m'avait caché que j'avais une sœur jumelle diabolique ou quoi?

D'accord...

Répliquais je. En d'autres circonstances j'aurais volontiers dit "enchantée", mais venant de ma part à son sujet ça aurait sonné comme beaucoup trop hypocrite. Elle avait encore ce même ton qui me donnait envie de l'envoyer paitre mais je me retenais malgré tout de le faire pour une raison qui m'échappait. Sans doute que je voyais en elle un moyen de soutirer des informations sur mon père, qu'elle avait peut être déjà rencontré au détour d'une rue ou dans un autre lieu. Cependant, je préférais éviter tout questionnement de ce type pour l'instant, c'était encore trop tôt pour lui poser des questions de ce genre et elle risquait de s'en aller sans me fournir les informations que je souhaitais, en partant du principe qu'elle avait des informations m'intéressant ce qui n'était pas vraiment sur pour le moment.

Bon, tu n'as pas l'air de m'apprécier et c'est réciproque, mais vaut mieux qu'on visite ensemble car deux vampires paumées valent mieux qu'une.

Sur ces mots, j'enjoignais la vampire à venir avec moi pour visiter les locaux, ce campus paraissait vraiment énorme et il aurait même été ardu de tout visiter en une seule soirée. D'un œil je surveillais ma congénère qui me suivait d'un air pas vraiment motivé, mais comment lui reprocher ce fait alors que moi même je n'appréciais définitivement pas sa compagnie. Désireuse d'enfin lever le voile sur ce qui m'intéressait je me risqua à lui poser une question.

Dis, tu connais d'autres vampires dans cette ville? C'est justement un vampire que je cherche.


Après cette interrogation je continuais de marcher avec Aline à mes côtés. A ce moment précis elle et moi nous dirigions sans même le savoir vers l’amphithéâtre sans savoir ce qui nous y attendais. Pendant que nous marchions j'observais encore mon interlocutrice sans réellement parvenir à la cerner. Pourquoi était elle si désagréable? En général ce genre de personnes envoyant chier tout le monde était bien souvent des gens amères et solitaires, Aline semblait convenir à merveille à cette description. Remarque j'étais bien placée pour savoir ce qu'était la solitude, depuis le décès de ma mère je n'avais plus personne à qui me confier et je n'avais jamais considéré les autres Castellan comme faisant partie de ma famille, eux non plus d'ailleurs.
Aline
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 17
Localisation : Non loin des montagnes

Feuille de personnage
Particularité: Peut hypnotiser les humains
Emploi:
Rang:

Message par Aline le Mer 22 Oct - 18:13

Revenir en haut Aller en bas
Mais qu'est-ce que cette Aéris était bavarde ! Elle ne s'arrêtait donc jamais de piailler? Aline ne l'écoutait presque pas, elle était plus occupé à observer les lieux et à essayer de mémoriser le chemin qu'elles empruntaient. Il ne faudrait pas qu'après la fin de la conférence, la blondinette ne sache plus par où s'en aller. N'ayant jamais eue un sens de l'orientation excessivement développé, Aline préférait commencer à retenir le trajet. Sans savoir, qu'elle n'aurait pas besoins de sa mémoire pour le chemin du retour. Bien qu'elle vivote dans la nature, Aline n'avait jamais vraiment maîtriser l'orientation. Quand elle menait son petit train-train quotidien, elle n’allait pas forcément d'un endroit à l'autre. Elle se laissait seulement guidée par ses pas. Elle ne faisait que suivre tout simplement son instinct. Comme une bête sauvage. Elle ne réfléchissait presque jamais quand elle vivait dans la nature.  

Non en effet, Aline connaissait presque personne dans cette ville. Pour deux raisons. La première, très évidente, parce qu'elle en s'aventurait pratiquement jamais en ville. La vampirette trouvait l'air bien pollué par le dioxyde de carbone, à côté de celui frais et plein des senteurs diverses de la forêt. Et l'agglomération ne tentait pas vraiment Aline. Pour elle, les gens ne servaient presque à rien. Hormis, bien sur, de petit déjeuné. Depuis sa transformation, la blondinette ne s'était plus beaucoup mélangée dans la population. Pourtant, autrefois, elle adorait les fêtes et la grandes réunions mondaines. Elle adorait être adulée, avoir tous les jeunes hommes à ses pieds et attiser les jalousies. Maintenant, elle préférait s'isoler, loin de tout ce brouhaha qu'était la ville. Elle se plaisait plus à vivre sa vie comme elle l'entendait, indépendante jusqu'aux bouts des ongles, sans se soucier de ce que pouvait bien penser la population d'elle et de ses manières d'agir. De toute façon, les gens, ils n'avaient de ça à faire, critiquer, toujours critiquer.

Depuis son arrivée ici, elle avait rencontré que très peu de monde. Sans qu'elle s'en plaigne néanmoins. Elle avait croisé la route de certain darkness, prénommé Ryuku. Elle n'avait été que trop heureuse que l'avoir perdu de vue. Puis elle avait lier connaissance avec un dénommé Néro. Mais il aurait été trop fort que son interlocutrice cherche effectivement, un de ses deux personnages.
C'était les seules personnes qu'elle avait connu dans cette ville, avec en plus sa nouvelle connaissance. Qu'elle n’appréciait pas le moins du monde.

"-Si je connais deux/trois personnes de ci, et de là." annonça-t-elle, toujours avec son ton tellement aimable.

Aline répondait tout de même aux questions de sa congénère, avec bien sur un ton peu enclin à la conversation. Elle conservait un ton si froid et mauvais, pour lui montrer qu'elle n’appréciait guère sa présence. Et pourtant, elle lui répondait, pour que Aéris reste avec elle. Deux sentiments contradictoires qu'Aline avait bien du mal à comprendre.

"-Je suis d'accord avec toi." dit-t-elle, en lui offrant le premier sourire de la soirée.

Un sourire si minuscule pourtant, qu'on pouvait bien se demander si s'en était un.

"-Oui, je connais un autre vampire." déclara-t-elle à son interlocutrice, sans développer d'avantage.

Il était impensable que Aéris cherche le seul vampire qu'Aline avait rencontré. Le seul, avec lequel la blondinette avait été capable de sympathiser un minimum. Mais bon, elle ne donnerait pas sa vie pour lui. D'ailleurs, elle ne donnerait sa vie pour personne. Elle y tenait trop à sa vie misérable. Elle aurait été capable de laisser mourir une quinzaine de personnes sous ses yeux sans lever le petit doigt. D'ailleurs, elle arrivait à lyncher des centaines de personnes sans rien ressentir d'autre qu'un amusement malsain. Et même sa famille avait trinqué.  

Pendant que les deux vampirettes évoluaient dans l'établissement, Aéris n'avait pas cessé d'observer d'un œil curieux son interlocutrice. Et ça commençait à agacer Aline. Déjà qu'elle n'était pas d’excellente humeur ce jour-ci, un moindre faux pas de la part de la dénommée Aéris pouvait bien faire monter la moutarde au nez de notre douce Aline.

"-Si ce n'est pas trop de te demander, Aéris, pourrai-tu cessais de me fixer comme ça ?! Qu'y a t-il? N'aurai-je plus le nez au milieux de la figure ?!"

      

~~~~Signature~~~~

Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Jeu 23 Oct - 16:24

Revenir en haut Aller en bas
Enfin la demoiselle s'était décidé à lui sortir un sourire, si minuscule soit il. Comme je le pensais, elle ne connaissait pas grand monde dans cette ville. Les chances qu'elle ait pu rencontrer un jour la personne que je recherchait était donc infimes. Décidant de tirer un trait sur cette partie la, je me doutais à présent qu'Aline ne me serait guère utile pour avoir plus d'infos sur mon père. J'avais néanmoins entendu dire ci et la, qu'un vampire vêtu de noir était actuellement le second du représentant vampire du Cercle. Il y avait donc de fortes chance que ce sois lui. Après tant d'années, j'avais enfin une piste concrète qui pourrait me mener à mon père, pour enfin régler mes comptes avec lui. Continuant à avancer, cette fois plus silencieusement. Je voyais que la vampire m'accompagnant semblait de plus en plus courroucée au fur et à mesure de notre avancée. C'est donc sans réelle surprise que j’accueillis sa nouvelle tirade, essayant tant bien que mal de ne pas m'énerver à mon tour face à une remarque si désagréable.

Pourquoi tu pense que je fais que de te fixer? La terre tourne pas autour de toi non plus!


Bon ok, pour se la jouer calme et posée c'était râpé. Surtout que je n'étais pas vraiment de bonne foie sur ce coup la car je l'avais effectivement regarder souvent d'une manière très peu discrète. Mais même si j'avais du mal à la supporter, cette fille avait quelque chose de fascinant, pas seulement car elle était une vampire ou qu'elle me ressemblait, mais aussi en raison de son regard à la fois si méprisant et si perturbant. Pour éviter un autre conflit qui aurait pu donner lieu à une bagarre, avec un lieu peu propice pour ce genre de choses étant donné qu'un combat entre deux vampires faisait bien souvent des ravages. Je cessais de regarder Aline, me concentrant sur un autre élément de mon environnement, à savoir les panneaux d'indication. Sur un des panneaux était indiqué la direction de l'Amphithéâtre, je ne connaissait pas grand chose de la façon qu'avait les humains d'étudier, mais j'avais entendu dire que dans ce genre de lieux se tenait régulièrement des conférences et autres débats plus ou moins intéressants selon les thèmes abordés. Me demandant si une non étudiante tel que moi serait acceptée dans ce genre d'endroit, je me résolu malgré tout à y jeter un oeil une fois que moi et ma congénère serions arrivées au niveau de la porte de cette pièce.

Tu as envie d'aller à l'Amphithéâtre? Je ne suis pas sure qu'on y verra des choses très intéressantes mais j'ai envie d'y jeter un œil. Il y a peut être une conférence qui a lieu ce moment même.

Disais je, soudainement motivée par l'envie de découvrir d'avantage la vie des humains dans une université. Après tout je n'étais pas encore très familiarisée avec l'espèce humaine, n'ayant connu que d'autres vampires de la famille Castellan par le passé. Le peu de choses que je savais sur eux, c'était ma mère qui me les avait apprises. Elle qui avait mener une longue vie avant sa mort avait eu l'occasion de voyager et n'était pas toujours restée cloitrée dans la demeure familiale comme se fut le cas pour moi. Pourquoi la peau des humains paraissait rosâtre? Pourquoi n'avaient il pas besoin de sang pour s'alimenter contrairement à nous? Pourquoi étaient ils si fragiles? Tant de questions que je lui avait posées quand elle était encore de ce monde, à bien y réfléchir j'avais surement du être pénible à poser autant de questions et ma curiosité était loin de s'être arrangée en vieillissant, c'était à présent Aline qui en faisait les frais. Sauf qu'Aline était bien entendu beaucoup moins patiente que ma mère et elle n'hésitait pas à me rembarrer dès qu'elle me trouvait soulante.

Bon, c'est parti on y va!

Déclarais je. Le panneau indiquait que nous étions proche de l'endroit que nous cherchions, encore quelques mètres à parcourir et nous pourrions découvrir ce fameux endroit qui scellerait notre destinée...
Aline
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 17
Localisation : Non loin des montagnes

Feuille de personnage
Particularité: Peut hypnotiser les humains
Emploi:
Rang:

Message par Aline le Sam 25 Oct - 18:48

Revenir en haut Aller en bas
Aline n'était pas reconnue pour son calme mythique et sa douceur exemplaire. Elle faisait plutôt partie de ces gens qui serait capable d'arracher la tête de leur voisin uniquement parce que ce dernier leur porte sur les nerfs. Et le moins qu'on puisse dire, était que cette jeune Aéris commençait sérieusement à taper sur le système d'Aline. La blondinette avait juste envie de lui arracher ses drôles yeux qui changeaient de couleur. Mais il valait mieux pour elle, qu'elle s'en abstienne. Pas seulement parce qu'elles se trouvaient dans un lieu très peu favorable à une bagarre, mais aussi parce qu'elle ne savait rien de son interlocutrice. Certes, elle semblait maigrichonne et sans défense. Mais, Aline savait très bien qu'il ne fallait jamais se fier aux apparences. Et si Aéris cachait un pouvoir quelconque? En tout cas, elle ressemblait comme deux gouttes d'eau à Aline. Aline était elle aussi, rachitique et gringalette. Seulement, elle était parfaitement capable de se défendre. Et, il ne l'aurait pas étonné que son interlocutrice en soit capable elle aussi.
Deuxièmement, il ne fallait jamais frapper quelqu'un la première. Ni hurler la première. On se discrédite à coups sûrs. Surtout, lorsqu'on se trouve dans un endroit si fréquenté et par conséquent rempli de témoins.

*Je sens que je vais l'étriper dans pas longtemps!* pensa-t-elle, malgré ses efforts pour maitriser ses nerfs.

Ce qui l'énervait le plus, ce n'était pas que cette jeune fille lui ressemble comme si elles étaient jumelles. C'était surtout, que Aéris ai du répondant. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, et répondait du tac au tac. Et ça, ça énerve beaucoup. Mais d'un autre côté, cette jeune blonde plaisait tout de même à Aline. Elle avait toujours préféré les gens avec du caractère que ceux qui se laisse humilier sans riposter. Elle préférait largement les gens qui osent dire ce qu'ils pensent qu'aux mollasses qui n'ouvrent que la bouche pour dire oui et non. On se débrouille beaucoup mieux dans la vie quand on est une vraie teigne que quand on est une grosse nouille, ça c'était sûr. Quoi que puissent en dire les gens.

"-Si tu n'as même pas le cran d'assumer ce que tu fais, tu risques pas d'aller les loin dans la vie!" répliqua-t-elle d'un ton hargneux.

En même temps qu'elle disait cela, Aline la toisa d'un œil vénéneux. Dans une dispute, elle commençait toujours par déstabiliser son adversaire avec le regard. Beaucoup de gens disent que le regard est le reflet de l'âme, et ils ne croient pas si bien dire. Chez certaines personnes, avec seulement un seul regard on peut arriver à deviner leur trais de caractère.

Devant la question de son interlocutrice au caractère si exécrable du point de vue d'Aline, la demoiselle osa de nouveau les épaules d'un air morose. Qu'aller t-elle faire à une conférence? En sachant d'abord, qu'elle n'avait pas suivit de cursus scolaire depuis des dizaines d'année. C'est tout juste si elle arrivait à lire et à écrire. Naguère, on enseignait aux jeunes filles l'écriture et la lecture. Pour qu'elles puissent écrire de jolies lettres parfumées à leur soupirants. Un peu d'arithmétique également. Savoir un minimum compter ne serait pas de trop. Et aussi l'Histoire de la France. Mais on approfondissait pas beaucoup leurs connaissances. Les seules femmes qui avaient fait des études, n'étaient pas forcément vues d'un bon œil. Tout comme le fait qu'une femme ose espérer devenir médecin à cette époque aurait était impensable.
Pour tout dire, Aline savait qu'elle serait complètement perdue dans cette conférence. Qu'elle n'arriverait à saisir pas un traître mot de ce qu'ils allaient raconter.

"-Si ça te fait plaisir..." dit-t-elle d'une voix totalement plate.

Sur ce, devançant Aéris, elle fit poussa la porte et entra dans l'Amphithéâtre.    

~~~~Signature~~~~

Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Dim 26 Oct - 13:22

Revenir en haut Aller en bas
La réplique acerbe que venait de sortir Aline me fit un tantinet hérissé le poil mais je ne répliqua rien car sinon cela aurai vite pu dégénérer. Toujours est il que la vampire semblait nettement moins emballée que moi à l'idée de visiter un des locaux. Elle semblait tellement blasée que je me demandais même pourquoi elle s'était aventurée ici, mais bon ce n'était pas mes affaires. Toujours est il qu'Aline avait accepté mon offre, certes d'une façon peu motivée mais cette réponse me suffit. C'est alors qu'à ma grande surprise, la vampirette me devança pour ouvrir la porte qui n'était à présent plus qu'à un mètre de distance. A peine la porte fut ouverte que mon ouïe fine décela aussitôt la présence d'un brouhaha infernal venant de l'Amphithéâtre. En entrant toutes les deux dans la pièce, nous découvrîmes en même temps la horde d’étudiants présents ci et la dans les gradins. Certains nous fixaient d'une façon interloquée, surement en raison de notre ressemblance, tandis que d'autres discutaient entre eux sans même prêter attention aux nouveaux arrivants. N'étant pas habituée à autant de monde, mon premier réflexe fut de regarder dans tout les sens, me rendant compte un peu plus à chaque fois du nombre impressionnant de jeunes dans le coin.

Mes oreilles soufraient tellement à cause de ce boucan que j'étais fortement tentée de les cacher avec mes mains pour que ma souffrance puisse s'apaiser un peu. Je me retins cependant en raison du fait qu'avec tant de regards braqués sur nous, je n'aurais pas eu l'air fine à faire ce genre de choses en publique.  Voyant qu'il y avait encore quelques places de disponibles dans les derniers rangs, j'invitais d'un regard Aline à me suivre pendant que mes tympans en prenaient toujours autant pour leur grade. Comment les vampires arrivaient à garder leurs tympans intacts avec des groupements d'humains aussi bruyants? Une fois que nous étions installées, je remarquais que le maitre de conférence était présent. En plein milieu de la salle, tous pouvaient voir son regard si particulier, un de ces yeux avait une couleur dorée tandis que l'autre était rouge sang. Un mélange bien étrange qu'Aéris n'avait encore jamais vu. Je m'apprêtait à sortir un calepin de ma poche pour commencer à noter des infos qui pourraient m'être utiles quand une odeur étrange me retins. Soudainement j'arborais un air méfiant et très peu rassurée.

Aline... Finalement je pense qu'on aurait pas du venir ici.

Alors que c'était moi même qui avait poussée la vampirette à venir ic je m'attendais déjà à des protestations de sa part suivi de ronchonnements.

Cependant j'avais flairé comme une odeur... suspecte. Je ne savais pas encore de quoi il s'agissait mais à présent je me disais que pénétrer en ce lieu n'avait pas du être une si bonne idée. Me servant de ma vue perçante, je regardais la sortie de secours et remarquais un petit attroupement de personnes suspectes qui n'étaient certainement pas des étudiants vu leur dégaine. Me sentant soudainement en danger, je grinçais des dents, mes yeux devenant rouges par réflexe. Je me faisais peut être des idées, mais mon intuition me disait de partir d'ici au plus vite tant qu'il en était encore temps. Mais partagé entre mon ressenti et le bon sens commun qui voudrait que la conférence se passe sans aucun soucis, je ne savais pas trop si je devais fuir ou pas. Une chose est sure, au moindre comportement suspect du professeur ou de ces gens louches, je n'hésiterai pas une seule seconde à me carapater en emmenant Aline avec moi. Cette fille était peut être insupportable mais je ne souhaitais pas qu'il lui arrive malheur pour autant. Me rendant compte que mon attitude pouvait surprendre à plus d'un titre, j’approchai ma bouche de l'oreille d'Aline en parlant à voix très basse.

Je peux me tromper mais cet endroit ne m'inspire pas confiance mutuellement. C'est peut être juste moi qui suis paranoïaque mais il y a des gens bizarres près de la sortie de secours et même le prof a l'air suspect.


Aline allait surement me prendre pour une folle à moins qu'elle aussi n'ai flairer l'embrouille. Cependant, folle ou pas, je me devais de rester sur mes gardes. Le professeur qui se tenait en face de nous affichait un petit sourire qui pouvait se montrer rassurant à première vue mais qui avait aussi quelque chose d'effrayant et d'insondable.
Aline
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 17
Localisation : Non loin des montagnes

Feuille de personnage
Particularité: Peut hypnotiser les humains
Emploi:
Rang:

Message par Aline le Dim 26 Oct - 18:38

Revenir en haut Aller en bas
Quel bruit, mais quel bruit ! Aline, tout comme Aéris, avait du mal à supporter un boucan pareil. Comment les gens pouvaient-ils être aussi bruyants? Emboîtant le pas de sa compagne de fortune, la vampirette alla s'installer dans les gradins. Le plus au fond possible. Aline, ne souhaitant pas avoir l'air de la première de la classe, était particulièrement heureuse que les seules places disponibles se trouvent autant éloigné du professeur. D'ailleurs, il avait quelque chose de bizarre ce professeur... Il abordait de drôles de yeux vairons, l'un doré et l'autre écarlate.

*Personne n'a les yeux de couleur normale ici?!* se demanda Aline.

La jeune fille déposa doucement son classeur sur la table, et s'apprêta à s'assoir quand Aéris lui fit par de ses inquiétudes. Il était vrai que cet endroit ne respirait pas la bienveillance et ce drôle de professeur n'inspirait guère la confiance. De même que ces curieux personnages qui se tenaient devant la sortie de secours. Les deux vampirette se trouvaient vraiment dans un endroit louche. Théoriquement, un établissement scolaire devait être un endroit où les élèves se sentent bien, pour qu'ils puissent étudier dans les meilleurs conditions possibles.
La jeune Aéris avait raison, elles n'auraient jamais du s'aventurer dans cet endroit glauque. Mais Aline refusait de lui donner raison. Alors uniquement pour la contrarier, elle se pencha à son tour vers elle et murmura sur le même ton:

"-Faut savoir ce que tu ..."

Aline n'acheva pas sa phrase, car à cet instant même l'énergie lui manqua. Ses poumons s'embrasèrent comme si on lui transpercer la poitrine avec des centaines d'aiguilles. Son souffle se fit plus court, sa vue se brouilla...

*Qu'est ce qu'il m'arrive?!* pensa-t-elle affolée.

Les vampires normalement ne tombaient jamais malades. Ils résistaient généralement à la plupart des virus qui touchaient les humains. Aline avait toujours eue une santé fragile, surtout à cause de son faible poids. C'était son caractère qui faisait sa force, et depuis sa transformation elle n'était plus jamais tombé malade. Alors que lui arrivait-il en ce moment? Pourquoi cette difficulté à respirer?

La vampirette respirait bruyamment, haletante. Quelques perles de sueur coulèrent sur ses tempes. Petit à petit, sa vue s'estompait. Si bien qu'elle en voyait plus que des ombres floues qui tournaient autour d'elle. Des ombres floues, et le sourire de cet étrange professeur.
Une main serrée contre sa gorge, l'autre cramponnée à la table, Aline luttait contre cet étau qui lui écrasait les poumons. Elle étouffait, sans comprendre pourquoi. Elle suffoquait comme si une main invisible lui enserrait la gorge. Son regard froid et méprisant avait disparut. Remplacé maintenant par une lueur de terreur, et de désespoir.

Une pensée plus qu'affolante traversa l'esprit la première victime de ce gaz toxique et inodore. Aline avait, il y a si longtemps, assisté à la Seconde Guerre Mondiale. Elle s'était établie dans une petite ville en zone libre. Mais pourtant, des bruits couraient sur la déportations des Juifs et surtout sur les moyens de les exterminer. On enfermait les gens dans une grande chambre, et on libérait un gaz asphyxiant. Les pauvres gens commençaient d'abord par suffoquer puis ils tombaient les uns après les autres, morts.

Plus la vampirette pensait à sa fin prochaine, plus sa respiration se faisait absente. Les ombres floues se mirent à tourner de plus en plus vite, sa poitrine lui brûlait, la main sur sa gorge se faisait de plus en plus pressante... Aline avait envie d'appeler à l'aide, de se cramponner à quelqu'un, d'être secourue. Mais aucun son ne sortait de sa bouche sèche, hormis d'atroces bruits de suffocations. Le brouhaha infernal s'estompa doucement, et Aline se sentait défaillir.
Mais elle ne voulait pas quitter ce monde, elle en voulait pas mourir. Pas maintenant. Pas après tout ce qu'elle a accompli...

"-Je veux pas aller en enfer..." murmura-t-elle faiblement.

Et ce fût la dernière parole qu'elle prononça, fatiguée de lutter contre ce carcan qui lui broyait la poitrine. L'instant d'après ses forces l'abandonnèrent, sa tête heurta le coin de la table et elle s'écroula au sol, inanimée.          

~~~~Signature~~~~

Aéris Castellan
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/06/2014

Message par Aéris Castellan le Mar 28 Oct - 19:03

Revenir en haut Aller en bas
Je n'aimais vraiment pas ce ressenti. C'était comme si tout mon être présageait une catastrophe imminente, cependant j'avais aussi le mauvais pressentiment que si je tentais de fuir, les gardes présents près de la sortie de secours seraient la pour m'en empêcher. Je ne me doutais pas qu'Aline partageait les mêmes impressions que moi et consciente que mon interlocutrice allait encore me lancer une remarque acerbe, je me préparais à l'encaisser et à répliquer cependant Aline ne termina jamais cette phrase. Voyant qu'elle se sentait soudainement à bout de souffle, respirant bruyamment comme si quelque chose était en train de lui déchirer les poumons. Je m'apprêtais à lui demander ce qu'il lui arrivait quand tout à coup les mêmes phénomènes se produisirent sur moi. Je sentais ma poitrine me faire souffrir comme si celle ci était prise dans un étau. Mon sens de la vue faiblissait à vue d’œil tandis que tout mes autres sens commençaient aussi à me lâcher. Qu'est ce qui était en train de m'arriver? Lentement je suffoquais tandis que je cherchais du regard l'autre vampire.

Aline...

Fut tout ce que je parvins à articuler, je remarquais alors dans mes derniers instants de lucidité qu'elle était déjà évanouie voir pire encore... Allais je vraiment mourir ici? Non! Je ne voulais pas, pas ici, pas maintenant. Je refusais de rendre l'âme avant d'avoir réalisé mon objectif. Je repensais alors à ce fameux homme, tout de noir vêtu qui avait fichu ma vie en l'air dès ma naissance. Je refusais de l'avouer mais dans cette situation j'avais peur, peur de mourir de façon totalement stupide et inutile. Usant des quelques forces qui me restaient je me levais avec grande difficultés, les muscles de mes jambes ne m'avaient jamais paru aussi faibles et je n'avais guère plus de force qu'un nouveau né dans mon état actuel. J'entamais quelques pas pour sortir d'ici mais à peine deux pas plus tard je m'écroulais de façon totalement pathétique. A présent totalement impuissante je ne pouvais que me résoudre à la mort, pourtant je refusais du plus profond de mon être de m'en aller maintenant. Je voulais faire payer à ce salaud tout le mal qu'il avait fait, le fait de ne jamais y parvenir et de ne même pas avoir pu le revoir me rendait enragée malgré que ma conscience s'évanouissait peu à peu.  

"Bordel, qu'est ce qui m'arrive?"

Malgré ma vue baissant de plus en plus, je promenais une dernière fois mon regard sur la salle pour découvrir que tout les autres étudiants étaient dans le même état qu'Aline, complètement inconscients et peut être même morts. Maintenant que je n'était plus qu'à deux doigts de sombrer dans les ténèbres, je vis plusieurs silhouettes floues se dessiner dans la pièce. Sans pouvoir discerner leur visage je sentais qu'il s'agissait des mêmes personnes qui étaient postées près de la sortie de secours tout à l'heure. je fermais ensuite les yeux, rompant tout contact avec ce qui m'entourait.

"Maman, j'ai échoué..."

RP CLOS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [TERMINE] Tout est une question d'imprévu... [PV]
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Aline c'est pour toi, rien que pour toi.
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Avventura :: Archives RPs :: Rp terminés :: RPs évenementiels-